Pistolet an XIII (Davide Pedersoli) / calibre .69 (17,6 mm)

La réplique du pistolet an XIII, réalisée par le fabricant italien Davide Pedersoli, accompagnée ici de balles sphériques de calibre .675 (17,15 mm), en plomb martelé, fabriqués en Allemagne par Haendler & Natermann, de calepins « Black Powder N°1 », en pur coton pour calibre .62 à .69, fabriqués par Pedersoli, d’une poire à poudre en cuivre d’un modèle civil et d’une petite poire d’amorçage en laiton contenant le pulvérin (poudre noire fine PNF4 pour l’amorçage du bassinet).

La réplique du pistolet an XIII, réalisée par le fabricant italien Davide Pedersoli, accompagnée ici de balles sphériques de calibre .675 (17,15 mm), en plomb martelé, fabriqués en Allemagne par Haendler & Natermann, de calepins « Black Powder N°1 », en pur coton pour calibre .62 à .69, fabriqués par Pedersoli, d’une poire à poudre en cuivre d’un modèle civil et d’une petite poire d’amorçage en laiton contenant le pulvérin (poudre noire fine PNF4 pour l’amorçage du bassinet).

Cette très belle reproduction d’un pistolet réglementaire français utilisé durant les conquêtes du Premier empire se révèle particulièrement décorative, par l’élégance de sa silhouette et les contrastes que présentent entre elles les parties en métal blanc (acier), en métal jaune (laiton) et en bois richement veiné (noyer).

Cette très belle reproduction d’un pistolet réglementaire français utilisé durant les conquêtes du Premier empire se révèle particulièrement décorative, par l’élégance de sa silhouette et les contrastes que présentent entre elles les parties en métal blanc (acier), en métal jaune (laiton) et en bois richement veiné (noyer).

La poignée arrondie procure une prise en main confortable et amortit le recul en permettant à l’arme de se relever sans tordre le poignet. En l’absence de hausse et de guidon, la prise de visée ne peut être qu’approximative, et encore faut-il être capable de la conserver après l’inflammation de la poudre d’amorçage…

La poignée arrondie procure une prise en main confortable et amortit le recul en permettant à l’arme de se relever sans tordre le poignet. En l’absence de hausse et de guidon, la prise de visée ne peut être qu’approximative, et encore faut-il être capable de la conserver après l’inflammation de la poudre d’amorçage…

La platine telle qu’elle apparaît, sérieusement encrassée, à l’issue de la séance de tir. Un nettoyage s’impose sans tarder, les résidus de poudre noire brûlée étant très corrosifs.

La platine telle qu’elle apparaît, sérieusement encrassée, à l’issue de la séance de tir. Un nettoyage s’impose sans tarder, les résidus de poudre noire brûlée étant très corrosifs.

Cette réplique nous permet d’apprécier l’ingéniosité des armes militaires de cette époque, conçues pour en faciliter le démontage et l’entretien.

Cette réplique nous permet d’apprécier l’ingéniosité des armes militaires de cette époque, conçues pour en faciliter le démontage et l’entretien.

Le banc d’essai de la réplique du pistolet an XIII a été publié sur 6 pages dans le magazine Action Armes & Tir n°276 (mai 2004)

Le banc d’essai de la réplique du pistolet an XIII a été publié sur 6 pages
dans le magazine Action Armes & Tir n°276 (mai 2004)

 

 

 

 

 

 

Retrouvez des armes de catégorie B chez l'Armurerie Pascal.

"Vous avez aimé cet article ?
Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons Facebook, Twitter, Google + ci-dessous. Merci."

2 commentaires sur “Pistolet an XIII (Davide Pedersoli) / calibre .69 (17,6 mm)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour,

    Un bon tireur chargeait ce pistolet avec 2,5 grammes de PN, plus de la semoule de blé et la balle avec un calepin. Il mettait de la semoule pensant que le calepin risquait de mouiller la poudre et de la rendre moins performante.
    A 25 m sur une cible C50 après des dizaines d’essais rien dans la cible. Même en appui sur trépied et assis.
    Il a essayé à 10 m rien dans la cible. Malgré les contre visées rien dans la cible et des tirs en arrosage.
    Ce tireur a enlevé la semoule dans son chargement sans rien changer d’autre et à 25 m à chaque tir il est dans la cible.
    Nous avons chercher à comprendre pourquoi et nous n’avons toujours pas la solution.
    Avez-vous une idée?

    Merci d’avance.

    Patrick.

    • Pour ma part, je n’utilise jamais de semoule ni de bourre. Penser qu’une balle graissée (ou un calepin graissé) risque de contaminer la poudre est tout à fait logique, mais les tests que j’ai effectués avec des balles graissées et des balles non graissées prouvent que cela n’a aucune réelle influence. Ne perdons pas de vue que le mieux est presque toujours l’ennemi du bien…