Confection et tir des cartouches combustibles de calibre .44

H&C cartouches combustibles_petite

Quelques cartouches combustibles, réalisées par nos soins grâce au coffret commercialisé par la maison française H&C, réunissant tous les ingrédients nécessaires : mandrin, dosette à poudre, papier nitré, projectiles et colle nitrocellulosique.

Rien d’étonnant, quand on utilise la poudre noire, de constater que flamme et fumée sont au rendez-vous !

Rien d’étonnant, quand on utilise la poudre noire, de constater que flamme et fumée sont au rendez-vous !

Le banc d’essai du revolver Remington 1858 « Sheriff » et des cartouches combustibles H&C a été publié sur 8 pages dans le magazine Action Armes & Tir n°347 (septembre-octobre 2012)

Le banc d’essai du revolver Remington 1858 « Sheriff » et des cartouches combustibles H&C a été publié sur 8 pages dans le magazine Action Armes & Tir n°347 (septembre-octobre 2012)

Retrouvez des armes de catégorie B chez l'Armurerie Pascal.

"Vous avez aimé cet article ?
Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons Facebook, Twitter, Google + ci-dessous. Merci."

85 commentaires sur “Confection et tir des cartouches combustibles de calibre .44

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour,

    J’ai trouvé des moules à balle pour le 36 et le 44 ainsi que pour le Colt Dragoon.
    Ces moules permettent de faire des balles pour cartouches papier. Les balles sorties de ces moules ont une embase retrécie, ce qui permet de faire des cartouches papier sans surépaisseur par rapport au diamètre de la balle. Ces balles peuvent être aussi tirées directement dans le barillet.
    Pour ceux qui tirent beaucoup, on voit combien les balles moulées coûtent cheres.
    Et aussi que tous les moules vendus n’accèptent pas la surépaisseur du papier,
    ce qui rend difficile la rentrée de la cartouche dans le barillet. Cela peut abimer les leviers de chargement.
    J’ai commandé ces moules Lee qui au final vont me permettre de faire pas mal d’économie et ne plus trop forcer pour rentrer mes cartouches.Ces moules sont faits à base de balles historiques.

    Lien : https://www.bonanza.com/booths/Eras_Gone_Bullets

    Le kit H&C reste quand même utile pour réliser de jolies cartouches et performantes avec son papier nitrité.

    Amis tireurs et tireuses, bons tirs.

  2. Bonjour,

    Je coule toutes mes balles moi même, 44, 36, 58, etc…
    Il m’arrive qqs fois d’avoir des stries horizontales sur mes ogives.
    J’ai un creuset Lee, des moules de qualité.
    J’ai essayé plusieures températures, rien n’y fait, il y a toujours des balles qui sortent striées. Apparemment le tir se passe bien, je sui satisfait de mes résultats.
    Avez-vous une idée?

    Merci.

    • A priori, je ne vois pas. Ce qui importe, concernant la précision en cible, c’est que le poids des projectiles soit homogène. Si c’est le cas, ce stries n’ont sans doute pas d’importance.

  3. Bonjour,
    J’ai compris que vous n’utilisez ni bourre ni semoule mais vous utilisez de relativement fortes charges. Pensez vous que même avec 1 g de poudre dans un .44 on peut se dispenser de semoule ? Ça simplifierait la vie.
    Merci

  4. Bonjour,
    j’ai apprécié les démos et commentaires je suis un « vieux tireur » mais aux armes modernes je me suis lancé à la PN question j’ai acquis un remington 1858 pietta cal 44 dans le livret le fournisseur donne une charge de PN allant de 0.8 à 1 g de PN s’agit-il d’un sous dosage ? merci de votre réponse

    • Oui, évidemment, on peut mettre beaucoup plus de poudre sans le moindre risque. La précision en cible ne sera pas forcément meilleure, mais le plaisir de tirer avec une arme puissante sera bien présent.

  5. Bonjour,
    Je me suis récemment procuré le kit de cartouches papier H&C en calibre 44.
    Je voudrais tirer les balles ogivales et semi wad cutter dans un UBERTI .44 modèle New Army inox; seulement les balles ont l’air très large pour passer dans le canon. Le document fourni avec le kit H&C précise qu’il faut parfois meuler le passage de balle d’où mon inquiétude… Que faire?
    est ce que les balles sont réduite au moment du chargement? Merci d’avance.

  6. Bonjour Monsieur Bottreau,

    Que pensez-vous de cette méthode de confection de cartouches combustibles, à partir de papier à cigarettes ?

    http://www.youtube.com/watch?v=IzBbO9HV0So

    Certes :

    – On veillera sans doute à prendre le papier le plus fin possible. D’après mon buraliste, papier le OCB premium répond bien à ce critère.

    – Pour du calibre .44, il faudra coller deux feuilles ensemble. J’ai essayé, la largeur d’une seule feuille n’est pas suffisante pour recouvrir le périmètre d’une balle de ce calibre, à la différence du calibre .36.

    – Et étant donné qu’une partie de l’enveloppe combustible se situe devant la balle, il me semble également impératif de graisser les chambres, sinon, bonjour les départs en chaîne !

    Mais malgré tout, cela me semble quand même beaucoup plus simple et bien moins cher qu’avec du papier nitré et de la colle nitrocellulosique. Et l’on peut d’ailleurs mettre une dose de poudre plus importante.

    Savez-vous par ailleurs ou peut-on se procurer le mandrin qui permet à cet utilisateur de confectionner ses cartouches en un clin d’oeil ?

    Merci d’avance.

    Cordialement

  7. Bonjour,

    Pourriez vous détailler la conception de votre graisse pour les cartouches combustibles?
    Les différents composants ainsi que leur dosage?
    Un grand merci pour toutes vos videos ainsi que tout vos conseils.

    Cordialement

    Kevin

    • La graisse à utiliser dans les armes à poudre noire doit être à la fois assez fluide pour pouvoir être introduite facilement dans les chambres et assez consistante pour ne pas se liquéfier dans les chambres adjacentes au moment du tir. C’est pourquoi on mélange plusieurs ingrédients, afin de parvenir à ce juste équilibre. Il est souvent préconisé un mélange composé de 25 % de cire d’abeille, 25 % de paraffine et 50 % de suif. Peter Schiffers, auteur du livre « Civil War carbines : Myth vs. Reality », explique qu’au cours de la Guerre de Sécession les arsenaux militaires utilisaient un mélange composé de 25% de cire d’abeille et 75% de suif, mais il précise avoir retenu quant à lui, comme étant le plus efficace après avoir réalisé de nombreux essais, un mélange de cire d’abeille et de suif à raison de 50% de chaque.

      Pour ma part, j’utilisais au départ un mélange de cire d’abeilles, de paraffine (solide) et d’huile de parafine (liquide) et c’est ce mélange que j’ai employé, en le faisant chauffer dans une casserole, pour graisser la balle des cartouches combustibles.

      Mais en dehors des cartouches combustibles, dont la confection prend du temps et qui n’ont ni la puissance ni la précision des charges de poudre noire directement introduites dans la chambre des revolvers, je ne me donne plus la peine de fabriquer la graisse. Je me simplifie la vie en utilisant la graisse « Wonder Lube 1000 Plus » de la firme américaine Ox-Yoke. Elle présente l’avantage, outre son efficacité et sa facilité d’emploi, de dégager une bonne odeur de camphre…

  8. Bonjour, j’aurait besoin d’un conseil s’il vous plait.
    Les balles plomb semi-wad-cutter 177 grains/11.50g calibre 44 poudre noire coulées dans des moules Hensley & Gibbs proposées chez H&C sont elles adaptées à mon Remington 1858 Pietta.
    Sur leur site H&C annoncent un calibre 460 et sur d’autres armureries en ligne qui propose les produits H&C on peut lire 454″ !
    L’idéal pour mon 1858 étant 454″
    Merci
    Chris

    • Je ne sais pas répondre à cette question. D’une part, il y a souvent des différences entre le calibre théorique annoncé et le calibre réel mesuré. D’autre part, une balle un peu plus forte que le calibre réel du canon convient parfois très bien. Le seul moyen d’être sûr serait de tester…

  9. Bonjour, J’ai voulu testes les cartouches papier avec des balles rondes et ogivales.
    Dans le Remington aucun problème, mais dans le colt 1862 seul les balles rondes peuvent se charger. Donc quand vous dites dans votre commentaire que les cartouches papiers ont été inventées pour les colt je suis d’accord, mais que les balles ogivales étaient utilisées avec ces cartouches j’ai un doute.!

    • Les cartouches combustibles d’époque qui figurent dans les coffrets des revolvers Colt sont à balle ogivale, je ne me rappelle pas avoir jamais vu de cartouches à balle sphérique…

  10. Bonjour,

    Je cherche depuis quelques temps un moule à balles ogivales pour du 44 en 454, j’en ai trouvé en 450 mais ça ne correspond pas à mes armes.
    J’ai pas mal cherché mais à ce jour je n’ai toujours pas trouvé;
    Savez-vous où je pourrais trouver ce genre de moule?

    Merci.

    Patrick.

  11. Pour être plus clair au sujet de ces questions qui reviennent périodiquement, qu’il s’agisse de cartouches combustibles ou de poudre versée directement dans la chambre, voici quelques précisions :

    L’utilisation d’une dose de semoule ou d’une bourre en feutre présente, en théorie, trois avantages : éviter de polluer la poudre noire avec de la graisse, si on utilise des balles graissées ; éviter un espace vide, ou plus exactement empli d’air, entre la poudre et la balle si la course du bourroir se révèle insuffisante ; éviter un espace libre entre la balle et le rebord du barillet si on tasse bien la poudre. Evidemment, ces deux dernières remarques concernent l’utilisation de faibles charges, qui laissent beaucoup de place libre dans la chambre.

    Les tireurs affirment, parce qu’ils l’ont entendu dire et répéter dans les stands de tir, que la présence d’air entre la poudre et la balle crée une surpression pouvant faire exploser l’arme et qu’une course à vide d’un centimètre de la balle dans le barillet, avant qu’elle n’atteigne le cône d’entrée du canon, dégrade la précision en cible.

    Cependant, les très nombreux essais, que je réalise depuis plus de trente ans avec des revolvers à poudre noire, n’ont jamais pu démontrer la validité de ces affirmations. C’est pourquoi je n’utilise jamais de bourre, ni de semoule, même avec une balle sphérique roulée dans la graisse. Mais vous n’êtes bien sûr pas tenu de me croire. Si l’utilisation de bourres ou de semoule peut vous rassurer, en vertu du sacro-saint principe de précaution, ne vous en privez surtout pas…

    • Je tire depuis trois ans avec de la poudre noire, et malgré les différents essais, avec ou sans semoule,avec ou sans bourres. Balles rondes, coniques ,semi wad cutter…
      Je n’ai vraiment jamais constaté de différence…
      Je pense que les doses de poudre peuvent faire la différence, ça reste à prouver, là aussi, après nombreux essais et notes, rien de vraiment concluant.

      Je voulais en être sûr, vous avez répondu à ma question.

      Merci.

      Patrick.

      • Il y a quand même une différence au niveau des projectiles, les balles sphériques étant nettement plus précises que les balles coniques, du moins celles obtenues avec des répliques de moules d’époque. Mais on peut effectivement obtenir de très bons résultats avec des projectiles modernes de type semi-wadcutter. La dose de poudre peut également faire la différence, mais le principal problème reste bien sûr l’encrassement du canon, qui nuit à la précision…

  12. Bonjour Monsieur,

    Tout d’abors merci pour vos vidéo tres bien réalisees..
    Petite question, je fabrique mes avec le papier H&C depuis peu pour un Remington 1858 et une fois la balle enfoncée dans la chambre le plomb se retrouve a 10 mm du bord du barillet…
    Est-ce normal l’espace entre le plomb et le canon ? Je comble le vide par de la graisse mais je ne voit pas comment faire des balles plus longue car papier pres decoupé.
    Merci

    • Non, cela ne pose pas de problème.

    • Bonsoir monsieur Bottreau,
      Tout d’abord je vous remercie également pour la qualité de vos vidéos, fort pédagogique pour un novice en Pn comme moi.
      Je ne voudrais pas faire un redit de la dernière question qui vous a été posé mais j’ai un doute (que vous pourriez lever immédiatement) sur des questions de sécurité. J’ai fait l’acquisition 1858 shérif modèle inox de chez pietta et je confectionne mes balles avec le kit H&C. Je précise que possède uniquement des balles sphérique. Une fois montée, chargée à 1.2g sans semoule, elles mesurent entre 27 mn et 29 mn.
      J’avoue avoir un crainte que le bourroir du révolver n’aille pas jusqu’au fond de la chambre et laisse un vide qui pourrait être dangereux. Pensez-vous qu’il y ait un risque quelconque ? la question peut paraitre stupide, mais n’ayant pas la réponse je préfère la poser et ne pas risquer d’accident.
      Bien cordialement.

      • Cette question est mal posée. Comment le bourroir pourrait-il aller jusqu’au fond de la chambre ? La course du bourroir est toujours limitée et, de ce fait, le projectile ne compressera pas la poudre si on utilise de très faibles doses. Il y aura donc de l’air entre la poudre et la balle. C’est pourquoi les tireurs qui emploient de faibles charges comblent cet espace avec de la semoule. Mais je ne pense pas pour ma part que ce soit une nécessité. J’ai fait de très nombreux tests avec diverses répliques de revolvers à percussion en calibre .36 et .44, en partant de faibles charges (0,60 g en calibre .36 et 1,00 g en calibre .44) puis en les augmentant progressivement. Or, je n’ai jamais employé de semoule et je n’ai jamais rencontré le moindre problème.

  13. bonjour,

    je suis novice en poudre noire et j’ai quelques interrogations. je tiens a avoir l’avis de quelqu’un qui s’y connaît en la matière.

    – est-il possible d’augmenter les performances d’un revolver 1858 ou reichrevolver a étuis métalliques en chargeant a la pnf4 au lieu de la pnf2 qui est plus grossière?

    – les munitions du reichrevolver acheté dans le commerce n’affleurent pas l’extrémité du barillet, est il possible de faire des étuis plus long et donc de les charger plus?

    – on ma dit au stand que peut importe la dose de pn que l’on met dans un revolver, il n’y a aucun risque de surpression ni d’endommager l’arme. est-ce vrai?

    d’avance je vous remercie pour le temps que vous accorderez a mes questions.

    merci pour les vidéos et le travail sérieux que vous réalisez pour nous amis tireurs.

    bien cordialement

    • Il est exact de dire que la dose de poudre noire importe peu et qu’il est possible de chargeur une réplique moderne à poudre noire à la pleine capacité de ses chambres. De même, la granulation n’a pas une importance aussi grande qu’on pourrait le croire. Il n’est même pas certain qu’utiliser de la PNF4 à la place de la PNF2 vous apporte un gain de puissance.

      Il est également possible de recharger les cartouches des revolvers anciens, comme les Reichrevolver 1879 et 1883, en les remplissant de poudre noire. On doit même pouvoir gagner en puissance sans prendre trop de risques si l’on utilise des douilles ayant une plus grande capacité.

  14. Bonjour Mr BOTTREAU,

    Je tiens vraiment à vous remercier pour la qualité de vos vidéos ainsi que vos explications plus que précises.

    Voilà, je débute dans ce sport et je vais faire l’acquisition d’une réplique d’un fusil à silex (mousquet); étant débutant je me pose deux, trois questions afin d’éviter de faire des bêtises. Peut-être aurez vous les réponses à mes questions.

    Comment calculer la charge de PN à utiliser? Est ce la même que celle d’un Remington 1858?

    Comment procéder au chargement? Sur certaines vidéos je vois des tireurs mettre de la poudre, une bourre, un petit chiffon et la balle puis tasser le tout dans le canon. La bourre et le chiffon sont ils indispensables?

    Et petite dernière, comment nettoyer après tirs, l’intérieur du canon? Quel produit utiliser selon vous?

    Je vous remercie une fois de plus pour vos vidéos/conseils et explications.

    Merci beaucoup

    Cordialement

    • Le meilleur conseil qu’on puisse, à mon avis, donner à un débutant est de laisser tomber les blogs et les vidéos au profit d’une véritable connaissance acquise par le biais d’ouvrages spécialisés traitant des armes à poudre noire. Il y avait autrefois un petit livre pas cher et très intéressant intitulé « Les Répliques modernes d’armes à poudre noire » par Pierre Berton & Jean-Pierre Debacker. C’est par la lecture de ce petit ouvrage que j’ai moi-même débuté.
      Plus récemment, Jean-Pierre Debaeker a publié un ouvrage sur les « Répliques à poudre noire » plus conséquent, en plusieurs tomes : revolvers (tome I) ; pistolets et armes longues à percussion (tome II) ; armes à mèche et à silex (tome III).
      Sans oublier bien sûr cet excellent ouvrage : « Guide pratique du tir au revolver à percussion » de John C. Frost (Action Armes & Tir hors-série n°9) que vous pourrez trouver à la librairie Le Hussard, 43 rue de Cronstadt, 75015 Paris (www.librairie-hussard.com).

      • Bonjour,

        Merci beaucoup pour vos conseils et votre rapidité de réponse; je vais donc commencer par la lecture de ces ouvrages.

        Encore un grand merci pour tout ce que vous faites.

        Cordialement

        • pour vous aider celui ci est pas mal
          MANUEL DU TIR A LA POUDRE NOIRE
          37.00€
          ttc
          De D. Bianchi
          Le but de cet ouvrage est de présenter la réalité de ce sport si attachant qui fait de nouveaux adeptes tous les jours. Les pistolets anciens ou leurs répliques ont un fonctionnement délicat et tout, dans cet ouvrage, permet de pouvoir les utiliser avec le meilleur résultat possible. Pour les amoureux du tir qui apprécient de retrouver les anciennes méthodes. 192 p., illustrées couleurs, 21 x 29,7, broché. Ref. 01POU010.

      • concernant un ouvrage sérieux j’ai trouvé celui ci sur les armes à P.N celui dont vous faite réf est épuisé
        Par D. Bianchi. 216 p illustrées en couleur, 21 x 27 cm, broché. Ref. 01TIR150

  15. Bonjour,

    Est il possible d’acquerir des cartouches papiers déja fabriquée en cal.36 ou 44?

    Bonne journée

    • Pour autant que je sache, le fabricant H&C (www.hc-collection.com) vend uniquement les kits permettant de fabriquer les cartouches combustibles. Il ne vend pas de cartouches chargées, en raison sans doute de l’interdiction d’envoyer des munitions, de la poudre ou des explosifs par la poste. Il faut donc se procurer de la poudre noire en armurerie et charger soi-même.

      Mais j’ai vu (sur Naturabuy) que certains vendeurs proposaient des cartouches combustibles chargées, réalisées d’ailleurs à partir des éléments H&C…

  16. Bonjour
    Je voulais savoir si les cartouches combustibles ne laissaient pas trop d’air dans la chambre lors du sertissage (ce qui n’est apparement pas recommandé
    Merci d’avance

  17. Bonjour a tous
    je me permet monsieur Bottreau
    je vois que H c vend de la colle nitrocellulosique.
    je vous indique que la marque uhu vend la colle UHU hart qui est de la colle nitrocellulosique pour maquette bois , le tube de 125 gr environ 15 euros frais de port compris selon ou vous commandé . méme sur cdiscount on en trouve. je pense que cette doit aller aussi car de la colle nitocellulosique sera toujours de la colle nitrocellulosique

  18. Bonjour,

    Quel est la durabilité d’une telle cartouche en papier ? Comment se conservent-elles dans le temps ? Avez-vous une idée ?

    Je suppose qu’il est préférable de les faire avant d’aller au stand avec le révolver en question. Mais est il possible d’en fabriquer un certain nombre d’avance et de les conserver comme des cartouches ordinaire ?

    Outre l’humidité bien sur, quels sont les inconvénients liés à la conservation de la poudre noire dans un étui papier ?
    J’ai lu ici et là que la poudre noire est plus sensible aux variations de températures que la poudre sans fumée, ce qui peut l’altérer, ou favoriser le développement de moisissures.

    • Je ne pense pas qu’il y ait le moindre problème, dès l’instant qu’elles sont conservées dans un endroit sec. On trouve souvent des anciennes munitions de Chassepot dont la poudre a gonflé, ce qui a entraîné une déchirure de l’enveloppe mais, d’une part, ces cartouches en papier ont un siècle d’existence et, d’autre part, il est fort possible qu’elles aient pris l’humidité.

      • Merci pour votre réponse rapide ! Cela me conforte dans ce que je pensais.

        Je me permet une autre question : Combien de coups peut-on tirer avec un Remington 1858 avant de devoir nettoyer l’arme ?
        Sachant que lors de sa combustion, la poudre noire transforme plus de la moitié de sa masse en résidus solides (d’où la fumée importante), il doit y avoir un encrassement important de l’arme ! J’avais lu dans un ouvrage sur la guerre de 1870, que le soldat français devais nettoyer le canon du Chassepot tout les 25 coups environ, ce qui était remarquable par rapport au Dreyse des prussiens, qui devait être nettoyé bien plus fréquemment.

        D’ailleurs avez-vous constaté une différence au niveau de l’encrassement de l’arme avec l’utilisation de ces cartouches combustibles par rapport à un chargement « à l’ancienne », effectué directement dans les chambres (poudre/bourre/balle ronde/graisse) ? Logiquement la combustion du papier doit créer des résidus en plus.

        Amicalement,

        • D’après ce que j’ai pu constater, on peut tirer un grand nombre de coups, peut être une dizaine de barillets, sans nettoyer. Après, l’encrassement est tel que le barillet ne tourne plus sans aide. Mais je pense qu’on a intérêt à nettoyer le canon plus souvent, tous les deux ou trois barillets, par exemple, si l’on souhaite conserver une bonne précision. Je n’ai pas remarqué un plus fort encrassement avec les cartouches combustibles, mais comme de nombreux paramètres entrent en jeu (charge, projectile, graissage), c’est difficile à apprécier.

  19. bonjour Monsieur Bottreau
    voila j’utilise un Pietta COLT Navy Yank 1860 Subnose Cal.44 .
    Sachant que cette arme posséde un petit canon.
    Que me conseillé vous comme ogive les balles cylindrique, ogivale ou semiwadcutter ?
    merci pour le travail que vous effectuez

  20. bonjour je possède deux Remington inox calibré 44 et je mets 2 grammes de pnf2 et ne tire que des sphériques je tire à 25m croyez-vous que les balles, ogivale et semiwadcutter serait plus précise cordialement

  21. Bonjour,

    J’ai entendu parler de poudre noire améliorée qui servait pour les cartouches de 1873mle90, à l’origine pour les 8mm mle 1892 et d’autres armes de guerre de l’époque.

    Qu’est-ce que cette poudre ? Peut-on en trouver sur le commerce et l’utiliser dans nos répliques PN ?

    Merci d’avance et bravo pour toutes vos vidéos, Antoine

    • La cartouche réglementaire modèle 1873 reçoit une balle en plomb doux d’un poids de 11,6 g. Sa charge de 0,65 g de poudre noire surfine lui procure une vitesse moyenne à la bouche de 130 m/s, soit une énergie cinétique de 10 kgm, ce qui est très faible.

      Ce défaut sera en partie corrigé en 1890, par l’adoption d’une cartouche plus puissante qui prend la dénomination 11 mm 1873/90. Elle comporte une balle plus légère, de 10,6 g, qui présente une forme pointue. Sa charge de 0,80 g de poudre noire surfine porte la vitesse à 190 m/s, soit une énergie cinétique de 19,5 kgm.

      La cartouche réglementaire modèle 1892 ne bénéficiera que tardivement de la poudre pyroxylée (poudre sans fumée). La balle, à noyau de plomb doux et chemisage en cuivre, pèse 7,85 g. Elle est propulsée par une charge de 0,75 g de poudre noire surfine qui lui procure une vitesse moyenne à la bouche de 190 m/s, soit une énergie cinétique de 14,4 kgm. Cette vitesse passera à 220 m/s après l’adoption d’une charge de 0,30 g de poudre pyroxylée, soit une énergie cinétique de 19,4 kgm.

      Il n’existe pas de poudre noire « spéciale », surpuissante. Les seuls critères qui peuvent varier concernent la finesse du grain (la poudre dite « surfine » employée à l’époque correspond vraisemblablement à notre actuelle PNF2) et la charge, laquelle est forcément limitée par les dimensions internes de la douille.

  22. Bonjour monsieur, je viens vers vous car vous connaissez assez bien les armes à poudre noire.
    Je vais faire l’acquisition d’un pietta 1851 navy yank sheriff deluxe spécial gravé cal .44 et je compte confectionner moi-même les cartouches combustibles.
    Ma question est: Est-ce que je peus utiliser de la poudre PNF1 à la place de la PNF2 ? y a t il un danger quelconque ? une différence notable ? la PNF2 que je ne trouve plus en vente nulle part (rupture de stock partout).
    Je vous remercie par avance.

    • Bonne question en réalité. L’apparition de la PNF1 est relativement récente. Je serais tenté de dire qu’elle n’existait pas de mon temps et qu’on s’en passait très bien. Elle se situe en fait entre la PNC (poudre noire de chasse) et la PNF2, mais elle est extrêmement proche de la PNF2. Si proche que je vois mal son réel intérêt.
      En fait, que vous utilisiez de la PNF4, PNF2, PNF1, PNC ou Mousquet Tir, c’est toujours de la poudre noire. Ce qui change est uniquement la granulométrie. Bien sûr cela a de l’importance. Une poudre bien adaptée aura un meilleur rendement et laissera moins d’imbrûlés. Mais même si vous utilisez une poudre noire mal adaptée, votre arme ne va pas exploser ! On pourrait très bien employer de la PNC pour tous les cas de figure, du petit revolver de calibre .31 à la grosse carabine Hawken de calibre .50. C’est ce que nous faisions autrefois, du temps où nous chargions nos répliques avec une poire à poudre. Nous ne nous posions pas tant de questions… et nous touchions quand même la cible.

      • Merci beaucoup pour votre réponse.
        Donc si je nettoie bien mon arme après utilisation c’est ok pour la PNF1 si je ne trouve pas de PNF2. Je voulais être sur de pas faire une bêtise. Merci bonne continuation, super site !

        • Et concernant le calibre des balles, dois-je acheter du .454 ou du .451 ? je pensais prendre du .454 mais je préfère vous demander votre avis.

          • Le diamètre des chambres de votre revolver sera vraisemblablement de 11,4 mm et les projectiles de .450 (11,43 mm), 451 (11,45 mm) ou 454 (11,53 mm) conviendront tous très bien. Toutes ces mesures étant théoriques, il faut bien sûr vérifier. L’important est que la balle force un peu au moment de son introduction dans la chambre. Si elle force trop, ça fonctionne quand même, mais ça rend plus difficile le chargement.

  23. bonjour Mrs Bottreau,
    Merci pour votre site qui est formidable!
    Débutant dans le tir a poudre noire je vien d acquérir un Uberti 1858 new army target inox 44. le vendeur ma recomander de faire les premiers tir avec des balles en 451 pour les premiers tir et ensuite passer en 454
    pour le début je compte acheter des cartouches déjà faite a 1.20gr
    et quelle genre d amorce est le mieux adapter
    je voudrais votre avis sur ces 3 points!
    merci d avance!

    • J’ai beau me creuser l’esprit, je ne vois vraiment pas la raison d’utiliser d’abord du .451 et ensuite du .454 ?
      Il faut utiliser l’un ou l’autre, en fonction du diamètre des chambres.

      Quant aux amorces, vous pouvez vous référer à mon article « Poudre noire : le choix des amorces », publié dans le magazine Action Guns n°164 (mars 1994), mais celles qui sont couramment vendues en armurerie (RWS 1075 ou CCI n°11) conviennent très bien.
      Il est inutile, quand on débute, de vouloir tout compliquer…

      • Je vous remercie pour la rapidité de votre reponse!
        Si j ai bien compris je doit mesurer mes chambres pour savoir qu elle est la meilleure pour mon arme?
        Merci beaucoup!

        • Oui, mais il y a quand même de la marge. La balle doit forcer quand on l’introduit.
          Si son diamètre est beaucoup trop important, son introduction sera difficile et, à la limite, on risque de tordre ou briser le levier de chargement.
          Si son diamètre est beaucoup trop faible : attention, cela présente un risque de départ en chaîne (surtout si on ne graisse pas !).

  24. Bonjour Mr Bottreau, je regarde depuis maintenant plus d’un an votre magnifique site et grâce à vos conseils avisés j’ai acheté une carabine et un pistolet en 22LR. Je dois dire que je n’ai pas été déçu de mes achats et la précision est bien là. Je vous remercie encore pour toutes vos vidéos.
    Je souhaite maintenant utiliser le kit H.C pour cartouche combustible et je constate que vous avez lubrifié uniquement l’extrémité des balles contrairement au rechargement plus classique ou l’on recouvre généreusement les chambres de graisse. Pensez vous que cette  »légère » lubrification est suffisante pour éviter un départ en chaine ?
    Aurez vous un jour l’occasion de nous présenter une vidéo sur le rechargement de cartouche avec poudre sans fumée ?
    Bien amicalement

    • Oui, si la balle est graissée, il est inutile de remplir de graisse le haut de la chambre.
      Une vidéo sur le rechargement des cartouches métalliques fait partie de nos (nombreux) projets. Reste à trouver le temps…

  25. bonjour
    je voudrez savoir si l’on peut tirer des cartouche combustible avec balle ogivales avec un colt navy 1851. car il est difficile de les inséré dans la chambre . merci de votre réponse

    • Je vais faire la même réponse qu’à un autre commentaire de même nature : les cartouches combustibles à balle sphérique sont très faciles à chambrer, mais celles à balle ogivale ou semi-wadcutter peuvent poser quelques problèmes d’introduction. Vérifiez bien votre méthode de fabrication des cartouches et, si vous n’arrivez pas à résoudre le problème, contactez le fabricant H&C dont le patron, Philippe Vial, est très compétant…

  26. Bonjour, étant un ferventes mutateur de et suiveur de vos vidéos, j’avais une petite question au sujet des balles combustibles sphériques, lors de la conception de ces dernières, est ce que vous les avez graissées de la même façon que les balles ogivales lors de la vidéos précédentes? C’est a dire les tremper dans la graisse au bain marie? Et de quelle marque et la réplique? Uberti ou pietta? Peut on tout de même tirer des ogivales avec un pietta? J’ai lu que ce n’était pas possible, dans l’attente d’une réponse, je vous remercie encore pour toutes vos vidéos qui mon données l’envie de pratiquer le tir et grâce a vous j’ai fai l’acquisition de ma première license! Cordialement Romuald.
    Désolé pour les fautes de frappes, j’ai écrit via un smartphone au tout petit clavier.

    • Si vous avez regardé ma vidéo « Le tir des cartouches combustibles de calibre .44 », vous avez pu voir que j’ai testé les trois types de cartouches (à balle cylindrique, ogivale et semiwadcutter) et qu’elles étaient toutes graissées selon la méthode décrite à la fin de la vidéo précédente « Confection des cartouches combustibles de calibre .44 ». En dehors du fait qu’il faut bien les enfoncer afin qu’elles puissent passer au travers de la découpe prévue dans la carcasse, les balles ogivales ne posent pas de problème de chargement et offrent l’avantage d’être à la fois plus lourdes et plus rapides. C’est aussi le cas des balles semiwadcutter, mais ces dernières sont plus délicates à charger parce qu’elles ont tendance à se mettre facilement en travers. Le revolver utilisé était une réplique du Remington New Model Army dans sa version dénommée « Sheriff », en acier inoxydable avec un canon de 5 pouces ½, produite par Pietta.

      • Je vous remercie pour cette réponse rapide qui me conforte dans l’achat de mon premier pn, ce sera donc un remington 1858 sheriff inox de chez pietta

  27. merci beaucoup M. BOTTREAU pour vos explications toujours précises, je suis débutant avec un Remington 44 inox
    et j’ai confectionné des cartouches h&c,
    y a t-il un risque « d’explosion » du barillet (on entend souvent cette
    remarque sur des forums PN) si l’on laisse à la confection un peu d’air entre la balle et la poudre dans le papier ou si la cartouche malgré le bourroir à fond n’allait pas au fond ou encore tassé mal la poudre et la balle).
    Merci d’avance de votre prochaine information, bien cordialement.
    Patrick.

    • Ce genre d’accident, à savoir une explosion de barillet dû à une balle qui ne serait pas enfoncée à fond contre la charge de poudre noire doit être extrêmement rare et, pour ma part, je ne l’ai jamais rencontré. Il correspond toutefois à une réalité qui, bien que rare, imprévisible et semble-t-il non reproductible, nous rappelle que nous manions des produits dangereux et qu’il ne faut pas faire n’importe quoi. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, utiliser de très faibles charges est souvent plus risqué, parce que le bourroir a une course mécaniquement limitée. Il est dans ce cas souhaitable d’utiliser de la semoule, du kapok ou du Dacron pour éviter qu’il y ait de l’air entre la poudre et la balle. La question ne se pose pas avec les fortes charges, puisque la balle doit le plus souvent tasser la poudre pour trouver sa place dans la chambre.

      • bonjour mr. bottreau
        débutant en tir a poudre noire un conseil est toujours bienvenu , d’autant plus que je n’ais pas encore utilisé mon colt pietta 1851 navy rebnord 44 a carcasse ouverte .
        est-il possible de tirer sans danger avec des cartouches combustible h&c chargé avec 0,90gr ?
        le bourroir fera t-il son travail avec ce peu de poudre ?
        merci de bien vouloir me répondre et au plaisir de vous lire , avec mes respectueuses salutations

        • Il n’y a aucun danger avec 0,90 g de PNF2, mais pourquoi vouloir employer une faible charge ? H&C, le fabricant des cartouches combustibles, fournit pour le chargement une dosette qui délivre environ 1,20 g de PNF2 et cette charge qu’il recommande me semble très bien convenir. Pour un calibre .44, c’est loin d’être violent !

  28. Bonjour M. Bottreau,
    merci pour tout ce que vous nous faite partager, ça fait maintenant quelques mois que je suis votre chaine et je pense prochainement faire l’acquisition d’un pistolet à poudre noire.
    Donc j’ai commencé à regarder le tarif des divers consommables et accessoires et j’ai été surpris par le nombre différent de poudre en vente ça va du pnf1 au pn5 en passant par le pnc et aussi des poudre sp2 à sp14 et encore plein d’autre, la liste semble bien longue……
    Résultat je suis complètement perdu dans cette jungle de divers poudres, comment faire pour s’y retrouver et envisagez-vous de faire une vidéo explicative de toutes ces différentes poudres du marché.

    Merci d’avance pour votre réponse et votre disponibilité

    • C’est exact, il existe sur le marché une très grande variété de poudres, au point que le néophyte est un peu désorienté. Pas de panique ! Tout d’abord, en ce qui concerne les armes modernes, il est possible de recharger presque tous les calibres avec seulement une ou deux poudres parmi les plus courantes et d’obtenir de très bons résultats. Ensuite, en ce qui concerne les armes anciennes et leurs répliques, il faut utiliser exclusivement de la poudre noire. Et là encore, on pourrait très bien n’utiliser qu’une seule poudre – la PNC (poudre noire de chasse) – pour tout faire. Mais comme il existe sur le marché différentes granulométries, qui permettent de tirer le meilleur parti possible de chaque arme, autant en profiter. Si on se limite aux poudres françaises, il n’y en a que quatre susceptibles de vous intéresser :
      PNF4 (4 FG) – Très fine granulation, à conseiller pour l’amorçage du bassinet des armes à silex et le chargement des petits pistolets et revolvers de poche (calibre 31).
      PNF2 (3 FG) – Fine granulation, à conseiller pour le chargement des armes de poing de tous calibres (.31, .36 et .44).
      PNC (ordinaire) – granulosité moyenne (mélange de grains fins, moyens et gros), à conseiller pour le chargement des armes d’épaule.
      Mousquet Tir (2 FG) – Grosse granulosité, à conseiller pour les très fortes charges utilisées dans les armes d’épaule de gros calibre.

  29. Merci beaucoup pour vos conseils.
    Effectivement, on trouve autant de méthode que de tireur,mais moi dans un premier temps (novice) je vais suivre les conseils de gens en qui ont peu avoir toute confiance, et vos test sont très sérieux, voila pourquoi je prend conseils ici.
    J’ai un remington, et il parait que sa pleine charge est de 2.2g, je pense pas faire de tir a cette charge (peut-être un essais), mais tirer avec les charges que vous avez essayé (1.2,1.5 voir 1.8g). A moi donc de faire des essais avec et sans bourre ou semoule.

  30. Bonjour M. Bottreau,
    Je commencerais par un grand merci pour les information et les vidéo que vous partagez.
    J’avais deux interrogation, une a été évoqué plus haut, la graisse, l’autre concerne votre façon de recharger votre PN.
    Je débute, mais les conseils de base disent de mettre une bourre (semoule, feutre etc..), alors que vous, apparemment, a chaque fois, PEUT IMPORTE votre quantité de PNF2, vous n’utilisez jamais de bourre. Du coup je m’interroge, j’ai fait mon 1er tir avec charge pré-compressé, et la balle descendait d’au moins 1 bon cm (ce qui est vraiment pas le top), alors que vous, peut importe la quantité de PN , votre balle arrive toujours a ras ???
    Je compte commander le kit H&C, et je me pose la même question, peut-importe la quantité de PN dans la cartouche, on ne met pas de bourre? car sur la vidéo, les cartouches ont l’air bcp plus petite que la profondeur des chambres? Il me semble avoir vu des cartouches fait maison avec de la bourre…je suppose que la papier du kit donne une cartouche de la longueur +ou- des chambre…
    Enfin, pas clair toute cette histoire, et je suis pas sur d’avoir réussis a bien m’exprimer…
    D’avance merci et bonne continuation pour vos essais et votre site

    • Tout d’abord, il convient de préciser qu’il y a à peu près autant de méthodes que de tireurs. Et que toutes fonctionnent. Aussi n’ai-je pas la prétention d’avoir la seule méthode valable.
      Les différents tests que j’ai effectués ne m’ont pas permis de mettre en évidence l’intérêt qu’il y avait à utiliser une bourre ou de la semoule. Même avec de faibles charges et même si la balle est enfoncée à fond (son enfoncement est de toutes façons limitée par la course du bourroir), ça fonctionne de façon satisfaisante et je ne vois donc pas l’intérêt de se compliquer la vie.
      Les rechargements réalisés avec le kit H&C ont été créés, à la base, pour reproduire les cartouches combustibles d’époque. C’est pourquoi la dosette fournie avec le kit correspond à une pleine charge de poudre noire. Mais bien sûr, rien n’empêche les tireurs qui souhaitent moins de puissance, de mettre dans la cartouche en papier moins de poudre et d’ajouter une bourre ou de la semoule…

  31. bonjour M.Brotteau, je viens de faire l’acquisition d’un colt pour débuter dans le tir à poudre noire. J’ai commandé le kit de rechargement H&C utilisé dans votre vidéo, mais je suis a la recherche d’une recette pour la graisse et on trouve un peu de tout sur internet. Votre mélange cire d’abeille/parafine/saintdoux à l’air très efficace et facile d’application. Pourriez vous m’informer sur le pourcentage utilisé de chaque composant? D’avance merci.

    • Les balles en plomb utilisées dans les répliques des revolvers à percussion (chargement par l’avant du barillet) doivent impérativement être graissées, à la fois pour limiter l’encrassement du canon et pour éviter le risque d’un départ en chaîne. On peut se contenter d’une méthode de graissage simplifiée, les balles étant simplement roulées sur un tapis de graisse, ou employer la méthode la plus courante, qui consiste à combler de graisse l’espace laissé libre au-dessus de la balle. En ce qui concerne la confection de cette graisse, vous trouverez sans doute autant de recettes que de tireurs. Pour ma part, je mélangeais dans une casserole, à feu doux, de la cire d’abeille, de la paraffine solide et de l’huile de paraffine. Je n’ai jamais noté les proportions (à part plus ou moins égale pour chaque composant ?), l’important étant d’obtenir un mélange qui soit relativement ferme à température ambiante, sans être trop dur de façon à pouvoir être « tartiné » sur le barillet à l’aide d’une spatule en bois (de type bâtonnet d’esquimau). Beaucoup de tireurs utilisent du saindoux à la place de l’huile de paraffine. Aujourd’hui, je suis devenu paresseux et j’utilise une graisse du commerce, la « Wonder Lube 1000 Plus » de la firme américaine Ox-Yoke, qui présente l’avantage d’une agréable odeur de camphre.

  32. C’est fou ce que vous nous faite partager Mr. Bottreau, je pensais uniquement que le rechargement était une question d’économie ! comme quoi je n’y connais pas grand chose à part bruler des cartouches et que j’apprends tout les jours en regardant vos vidéos.
    Cette vidéo me fait prendre conscience que le rechargement fait partie du tir, du plaisir de pratiquer le tir récréatif. Merci beaucoup.

    • Heureux de vous avoir fait découvrir l’un des aspects de notre passion. Cette passion comporte en effet de très nombreux volets, aussi bien sportifs que techniques ou historiques, chacun d’eux étant d’une grande complexité et offrant une immense richesse…