Mode d’emploi d’une carabine à verrou / calibre .22 Long Rifle

Voici, à l’intention des débutants, un petit mode d’emploi succinct d’une carabine Norinco JW-15A, directement transposable à la grande majorité des carabines à répétition fonctionnant au moyen d’une culasse à verrou. Vous trouverez également dans cette vidéo quelques remarques sur l’utilisation d’un modérateur de son et des munitions subsoniques.

La petite Norinco JW-15A de calibre .22 Long Rifle peut être prise comme exemple, du fait que sa conception est identique à celle de la grande majorité des autres carabine à répétition fonctionnant au moyen d'une culasse à verrou.

La petite Norinco JW-15A de calibre .22 Long Rifle peut être prise comme exemple, du fait que sa conception est identique à celle de la grande majorité des autres carabine à répétition fonctionnant au moyen d’une culasse à verrou.

Les cartouches subsoniques sont elles fondamentalement différentes des autres munitions de calibre .22 Long Rifle ? Non en ce qui concerne la plupart d'entre-elles, à l'exception toutefois des Aguila .22 SSS qui associent une douille très courte et une balle exceptionnellement longue et lourde...

Les cartouches subsoniques sont elles fondamentalement différentes des autres munitions de calibre .22 Long Rifle ? Non en ce qui concerne la plupart d’entre-elles, à l’exception toutefois des Aguila .22 SSS qui associent une douille très courte et une balle exceptionnellement longue et lourde…

 

Retrouvez des armes de catégorie B chez l'Armurerie Pascal.

"Vous avez aimé cet article ?
Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons Facebook, Twitter, Google + ci-dessous. Merci."

16 commentaires sur “Mode d’emploi d’une carabine à verrou / calibre .22 Long Rifle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour j’ai acheté une 7×64 à verrou . Je me comprend pas une chose quand une balle et dans le canon je me peu pas l’égécter si le cou et pas tiré

  2. Bonjour,
    Merci pour votre travail. Excellente vidéo vraiment très instructive. Je viens de faire l’acquisition de ma première carabine 22lr et je constate que les avis diverges beaucoup sur l’entretien d’une carabine et le nettoyage de son canon. Par exemple sur l’utilisation ou non d’un Boresnake, etc..
    J’ai vu un armurier qui me précise qu’un peu d’huile dans le canon et ensuite le passage du Boresnake est suffisant. J’imagine qu’un autre armurier me conseillera autrement.. Une vidéo sur ce sujet serait à mon avis très intérressante surtout pour les débutants qui souhaitent conserver leurs armes très longtemps.
    Cordialement,
    Wilfrid

    • Le nettoyage du canon est l’occasion rêvée pour les maniaco-dépressifs de compliquer les choses à loisir. Quelle que soit la méthode, à condition bien sûr de respecter les règles élémentaires afin de ne pas user inutilement les rayures, le résultat sera le même, le but étant d’obtenir un intérieur de canon propre et légèrement lubrifié pour éviter la corrosion.
      Les munitions modernes n’ayant pas un amorçage corrosif, un canon de calibre .22 Long Rifle nécessite peu d’entretien si l’arme est utilisée régulièrement. Je cite toujours le cas d’un ancien Champion de France qui ne nettoyait jamais le canon de ses armes, considérant que c’était inutile et leur faisait perdre de la précision…

      • Merci pour votre réponse. Je vais donc suivre vos conseils. N’étant pas particulièrement maniaque j’utiliserai le boresnake, ce qui semble être le plus simple et le plus rapide sans oublier le lubrifiant. Bonne continuation à vous deux.

  3. Bonjour,

    Par rapport au désarmement du percuteur sur les carabine 22lr comme si bien expliqué sur votre vidéo ,une petite différence même très légère sur les carabine CZ455
    Si on tient la queue de détente pressée, la culasse sera bloquée à mi-course, par conséquent, il faudrait aller jusqu’au bout de course avec la culasse sans presser la QdD, puis presser la queue de détente et rabattre le levier de culasse.

  4. Bonsoir Mr Bottreau, encore une fois une excélente vidéo qui ne manque d’intérêt, toute fois j’ai deux questions concernant les vitesses
    en effet quel la vitesse max pour confirmer si une munition est subsonique ou non, ensuite la deuxième concerne l’écart type je recharge du 357 mag et j’ai un écart type de 4.5ms sur 10 coup je trouve mon rechargement correct en précision à 25m je n’est plus les chiffres du H+l en tête mais c’était plutôt pas mal donc est-ce que l’écart type à une relation avec la précision et la qualité du groupement et jusque quelle valeur peut-on considérer un rechargement correct.

    Cordialement michael

    • Désolé, mais je ne comprends pas la première question.
      Pour la seconde question, l’écart type donne une bonne idée de la régularité de vitesse. Cette régularité nous intéresse en ce sens qu’elle diminue le risque de surpression. On peut considérer qu’un écart type est excellent en dessous de 5 m/s et encore tout à fait acceptable jusqu’à 10 m/s. Il ne faut toutefois pas se polariser sur cet écart type parce que, concernant les armes de poing et les faibles distances (25 ou 50 mètres), la corrélation entre la régularité de vitesse et la précision en cible n’est absolument pas vérifiée. On peut très bien obtenir un écart type de 0 ou 1 m/s avec la Ba10… et une précision en cible déplorable, alors qu’une charge de SP2 donnera une excellente précision… avec un écart type de 12 m/s ! Bien sûr, je prends là des cas extrêmes, mais qui sont loin d’être rarissimes…

      • bonjour, désolé de ne pas avoir était assez précis sur la première question ou de m’avoir mal expliqué je vais donc la reformuler,
        qu’elle est la vitesse à ne pas dépasser pour obtenir une munition subsonique.
        merci pour votre réponse sur l’écart type j’y voit un peut plus clair on peut donc savoir si la régularité d’un chargement est bon grâce à ce calcul .

        • C’est généralement la vitesse de 330 m/s qui est prise comme référence mais en fait, dans l’air, la vitesse du son varie en fonction de la température (310 m/s à -20°C / 343 m/s à +20 °C) et de l’altitude (340 m/s à 0m / 324 m/s à 4000 m).

  5. Question posée par « Symphony4Devil » (sur YouTube)
    Cher Michel Bottreau bonjour, j’aurai une vraie question s’il vous plait concernant l’usage des munitions super sonique : comme vous l’avez souligné le bang de franchissement du mur du son reste présent. Mais par principe physique, ce bang est en réalité continue tant que l’objet en mouvement reste à une vitesse supersonique. Est ce que l’usage du modérateur de son n’aurait en fait pas pour effet de ralentir la munition en sortie de bouche au travers de dépressions causées par les chicanes interrompant ainsi le bang, ce qu’on percevrait alors comme son atténuation ? Merci pour votre travail et le partage que vous faites de vos connaissances. Si j’avais un souhait sur votre chaine, il serait d’y voir une vidéo expliquant le fonctionnement d’un silencieux. Amateur des effets mécaniques du tir (fonctionnement et résultat des armes) peut être plus que par le tir lui même – ça doit être assez rare, j’aimerai en avoir une meilleure compréhension. Encore merci. Bien à vous.
    Ma réponse :
    J’ai oublié de désactiver les commentaires sur cette vidéo. Je ne réponds plus aux commentaires sur YouTube, uniquement sur notre site essai-armes. En ce qui concerne un éventuel ralentissement du projectile par les chicanes du silencieux, la réponse est clairement non (attention : nous parlons bien d’un canon muni d’un silencieux et non d’un « canon silencieux »). On constate une augmentation des pressions, et de ce fait une augmentation de l’encrassement, mais aucune perte de vitesse. En réalité, un silencieux performant aurait au contraire tendance à augmenter la vitesse du projectile, du fait qu’il prolonge le canon de quelques centimètres et augmente ainsi le temps de poussée qui s’exerce sur le projectile, lequel n’est plus freiné par les frottements sur les parois du canon. Comme le silencieux ne fait que ralentir les gaz à la sortie du canon, il n’interfère pas sur le bruit causé par le projectile qui, en passant le mur du son, produit lui-même une détonation.
    Ceci dit, le tir avec un silencieux est un domaine extrêmement complexe et je n’ai pas la prétention d’en être un spécialiste. Le peu de connaissances que je possède me vient d’Herlé Kaigre, de la firme RDS Industrie, qui est un véritable spécialiste dans ce domaine bien particulier.

  6. Merci. J’ai notamment appris des trucs pile-poil sur ce que je cogitais.
    Une remarque: au sujet du percuteur (de son ressort), vous n’avez pas parlé des douilles amortisseuses.
    A évoquer, peut-être aussi, les douilles laser, pour régler la lunette.

    J’en profite pour prévenir les neuneus qui ont ou vont avoir un fusil semi-auto: les douilles amortisseuses se bloquent méchamment dans ce type de fusil. Apparement, elles sont destinés aux canons basculants, en tout cas pas aux semi-auto. N’utilisez pas non plus des étuis avec la seule amorce (dispo chez Armurerie Pascal). Ces cartouches bloquent aussi méchamment la culasse.

    Donc, malheureusement, sur un semi-auto, obligé de percuter à vide.

  7. Merci pour cette vidéo intéressante

  8. bonjour suite a votre vidéo j’aimerai vous invité sur notre forum pour échanger des avis des expérience et votre savoir dans le monde de la 22lr

    je vous invite donc a m’envoie un mail par l’adresse de contact pour échanger quelque mot et url du forum

    merci a vous

    • C’est très gentil à vous et je vous remercie pour cette invitation. Toutefois, je ne suis pas présent sur les forums et ne tient pas à y être. Ceci simplement parce que je n’ai vraiment pas de temps à y consacrer. Les tests sur le terrain, le montage des vidéos, la rédaction des bancs d’essais pour les magazines spécialisés et les réponses que je m’efforce d’apporter aux questions posées sur notre site occupent déjà beaucoup trop de mon temps et me posent actuellement problème…