Pistolet Sig-Sauer 1911 « Scorpion » / calibre .45 ACP

La firme helvétique avait surpris tout le monde en lançant en 2003, par l’intermédiaire de sa filiale américaine SIGARMS, une copie du Colt 1911 dénommée « GSR ».

Le Sig-Sauer 1911 Scorpion, accompagné par un ensemble en cuir composé d’un holster « Multi Purpose », offrant le choix de six positions de tir et la possibilité de régler la pression assurant la rétention de l’arme et d’un porte-chargeur, ces deux éléments bénéficiant de la même finition « Crossing » (La Sellerie du Thymerais).
Le Sig-Sauer 1911 Scorpion est accompagné ici par un ensemble en cuir composé d’un holster « Multi Purpose », offrant le choix de six positions de tir et la possibilité de régler la pression assurant la rétention de l’arme, ainsi que d’un porte-chargeur, ces deux éléments bénéficiant de la même finition « Crossing » (La Sellerie du Thymerais).

L’actuel modèle 1911, qui est décliné dans une quarantaine de versions au rang desquelles figure le « Scorpion » faisant l’objet du présent banc d’essai, n’est autre que le GSR revu et corrigé. Les modifications qui lui ont été apportées sont mineures, mais elles sont nombreuses. De judicieuses retouches esthétiques permettent à cette arme de se rapprocher de son illustre modèle créé pour la firme Colt par John Moses Browning, sans pour autant se départir des particularités mécaniques qui lui sont propres.

Première partie : tests sur appui

 

Ce pistolet très bien équipé, réalisé en acier inoxydable, recouvert d’un revêtement high-tech à base de céramique et doté de plaquettes de crosse en G10 formant au bas de la poignée une extension élargie du puits de chargeur, procure en cible une précision de tout premier ordre.
Ce pistolet très bien équipé, réalisé en acier inoxydable, recouvert d’un revêtement high-tech à base de céramique et doté de plaquettes de crosse en G10 formant au bas de la poignée une extension élargie du puits de chargeur, procure en cible une précision de tout premier ordre.

Deuxième partie : tests dynamiques

 

Le Sig-Sauer 1911 Scorpion est accompagné ici par ses deux chargeurs de 8 coups, un holster Sig-Sauer en polymère, avec système automatique de rétention et porte-chargeur intégré, et un outil universel d’aide au remplissage des chargeurs « UpLULA » de la firme israélienne Maglula Ltd.
Le Sig-Sauer 1911 Scorpion est accompagné ici par ses deux chargeurs de 8 coups, un holster Sig-Sauer en polymère, avec système automatique de rétention et porte-chargeur intégré, et un outil universel d’aide au remplissage des chargeurs « UpLULA » de la firme israélienne Maglula Ltd.

Troisième partie : holsters – outil d’aide au remplissage du chargeur

 

Le banc d’essai du pistolet Sig-Sauer 1911 Scorpion a été publié sur 6 pages dans le magazine Action n°356 (mars-avril 2014)
Le banc d’essai du pistolet Sig-Sauer 1911 Scorpion a été publié sur 6 pages
dans le magazine Action n°356 (mars-avril 2014)

Ne manquez plus rien de votre passion !

Rechargez et visez juste !

Un e-mail par mois, dans lequel nous réglons la visée sur des essais d’arme de légende, moderne ou ancienne, des guides pratiques et bien plus ! 

Cartouche garantie sans spam ni défaillance de tir !

Partagez votre expérience à la communauté !

Un avis, une question ou encore une expérience particulière ? Dites nous en plus dans l’espace des commentaires ci-dessous !

89 réflexions sur “Pistolet Sig-Sauer 1911 « Scorpion » / calibre .45 ACP”

  1. Bonjour Michel,

    Bravo pour ce compte rendu du sig 1911 Scorpion. Il donne envie !
    En abordant un autre sujet n’ayant rien à voir, ma femme et moi nous posons toujours cette même question : toutes vos vidéos sont tournés dans un club de tir exterieur, mais dans quel région ?
    En somme auriez vous une liste de clubs « à l’air libre » à nous conseiller en ile-de-france ?
    Nous avons déjà 1 club sur Paris (qui se trouve en souterrain) et cherchons activement un deuxième club « aéré » (petit ou gros peu importe si les tireurs amateur ou professionnels et l’ambiance sont sympas, c’est le top).
    Il y en a pas mal en regardant sur internet, mais un conseil ou avis de votre part, sera toujours bénéfique.

    Amicalement,

    Amélie & Chris

    1. Michel Bottreau

      Désolé de ne pouvoir vous venir en aide sur ce sujet. Le club où nous tournons nos vidéos n’accepte pas de nouveaux adhérents. Quand aux clubs en plein air de l’Île de France, il y a bien longtemps que j’ai arrêté les compétitions et je n’ai donc plus l’occasion d’y aller.

  2. Ex Variabilis

    Salutations du Québec, vraiment du beau travail Messieurs, enfin des experts qui parlent français. Merci et surtout il faut continuer…
    à une prochaine

    1. Michel Bottreau

      Vous pouvez vous abonner auprès de la maison d’édition :
      REGI’ARM, 43 bis rue de Cronstadt, 75015 Paris (Tél.: 01 45 32 60 26).

  3. Bjr!, le tanfoglio fitness 1911 e n 45 est il d’une qualité comparable à un KimBer ma
    lgré le prix de moitié par rapport à celui ci ? Salutations

    1. Michel Bottreau

      Je pense que vous voulez parler du Tanfoglio Witness 1911 ? Difficile de répondre au sujet d’un pistolet que nous n’avons pas testé. De plus, la véritable question est de savoir si le Tanfoglio, qui est nettement moins cher que le Kimber, sera aussi fiable dans le temps. Et là, de toutes façons, nos tests ne permettent pas d’en juger. Il faudrait plutôt interroger les tireurs qui ont utilisé cette arme de façon intensive durant une longue période…

  4. Bonjour,

    Je recherche un support d’arme comme celui que vous utilisez dans la Première partie de cette vidéo.

    Pourriez vous me dire s’il vous plait quelle est la marque de ce support d’arme et sa référence car il me semble bien adapter pour les pistolets semi auto.

    Cordialement

    Benoit

    1. Michel Bottreau

      Ce support de bench pour arme de poing me donne effectivement satisfaction. Il se nomme « Outers Pistol Perch Handgun Rest » et il est fabriqué par l’entreprise américaine Outers (www.outers-guncare.com) basée à Anoka, dans le Minesotta. Mais on le trouve également commercialisé par la marque américaine Shooters Ridge, sous la dénomination de « Shooters Ridge Steady Point ».

  5. Bonjour, essai sympa comme d’habitude, par contre je suis très étonné du groupement effectué avec les ogives frontier, je les utilise depuis un paquet de temps en 230 gr dans mon Glock 30, et j’ai toujours eu des groupements au moins inferieur au 8 de la c50 ( tir sans appui à 25 mètres). Les ogives Frontier, à mon avis ne sont pas spécialement bon marché, elles coutent quand même plus cher que les ogives en plomb nu ou type Ares, et beaucoup moins cher que les ogives « blindé » type Speer qui coute une fortune!

    1. Michel Bottreau

      En ce qui concerne les projectiles Frontier, c’est effectivement étonnant, mais je ne fais que constater. Comme je l’explique toujours, la précision en cible est le résultat du couple arme-munition et on ne peut pas les dissocier l’un de l’autre.

      Si je compare ce banc d’essai du Sig 1911 Scorpion avec celui du Kimber 1911 Eclipse Target II, réalisé récemment avec les mêmes rechargements, je constate :
      – que les munitions cuivrées donnaient de bien meilleurs résultats dans le Kimber, avec un écart maxi de 84 mm au lieu de 172 mm pour les Frontier 228 grains et de 104 mm au lieu de 167 mm pour les Balleurope 230 grains.
      – que les munitions blindées donnaient de moins bons résultats dans le Kimber, avec un écart maxi de 108 mm au lieu de 65 mm pour les IMI 185 grains SWC et de 107 mm au lieu de 65 mm pour les Speer 230 gr FMJ.

      On peut également constater certaines différences flagrantes avec les munitions manufacturées :
      – Les Sellier & Bellot 230 grains FMJ donnaient un écart maxi de 118 mm avec le Kimber contre 85 mm avec le SIG.
      – Les Winchester USA 230 grains FMJ donnaient un écart maxi de 87 mm avec le Kimber contre 114 mm avec le SIG.

      Ce sont pourtant deux armes excellentes, très précises en cible, mais les résultats peuvent être très différents en fonction de la munition.

    2. je pense effectivement que le couple arme/munition explique certainement cela, d’ailleurs j’ai vendu mon Glock 30 et attend avec impatiente mon American Classic II, j’aurais l’occasion de voir si mon chargement est toujours efficace dans une autre arme.
      Vous faites souvent vos essai avec des ogives IMI 185gr SWC, mais je n’en ai jamais vu chez les armuriers! Avez vous un fournisseurs en particulier

      cordialement

    3. Michel Bottreau

      Du fait que je teste constamment des armes en utilisant pour chacune une assez grande variété de munitions et de rechargements, je ne recharge que des petites séries. De ce fait, un lot de projectiles m’assure plusieurs années de rechargement. Pour les semi-wadcutter IMI 185 graions blindées, qui sont excellentes, j’avais dû les acheter à Paris, à l’armurerie de la Bourse, mais je ne sais pas s’ils en ont encore. Le suivi des stocks est un gros problème pour les tireurs, qui sont sans cesse obligés de changer de marque en raison des disponibilités…

  6. laurent G 62

    Bonjour Michel et Jean vos vidéo son toujours clair et nette ,tip top aux petits oignons un vrai régal .
    Je suis impressionner par l’outil d’aide au remplissage du chargeur c’est d’une facilitée déconcertante .Le hosltser en cuir il est magnifique chapeau ,belle réalisation mes compliments a l’artisan .
    Un grand merci a vous deux . bon tir a tous.

  7. Bonjour Michel,

    Je ne suis pas absolument pas tireur, je n’ai même jamais tenu une arme à feu en mains, et malgré tout je trouve vos vidéos réellement intéressantes. J’apprécie particulièrement la précision de vos explications et le goût du travail bien fait qui transparait dans chacune de vos vidéos.
    Ca donne envie de s’y mettre, et je pense depuis quelque temps à me rendre dans un stand de tir pour appréhender ça autrement qu’en vidéo.
    Mais bref, trop de compliments tuent le compliment…

    J’ai une question de futur-néophyte que je traine depuis un moment :
    Dans beaucoup de vos vidéos, vous expliquez prendre votre visée sur le bas de la cible. Dans la première partie du test du SIG-Sauer 1911, vous précisez d’ailleurs que prendre la visée en plein centre de la cible n’est pas idéal. Pouvez-vous me dire pourquoi ? Est-il difficile de viser précisément le centre par manque de contraste ?

    Merci par avance de bien vouloir éclairer ma lanterne, et bonne continuation à vous et à Jean !

    Max.

    1. Michel Bottreau

      Ce n’est pas trop le manque de contraste, encore que cela peut également jouer, mais surtout le fait qu’il est à mon avis difficile de placer avec exactitude le guidon au centre d’un cercle (le visuel noir) dont on cache la moitié inférieure. Il est plus facile de placer la hausse tangentiellement, juste au-dessous de ce cercle, que l’on peut alors observer dans son intégralité. C’est ainsi que procèdent la majorité des tireurs sportifs qui tirent sur des C50, mais ce n’est bien sûr pas une obligation. Certains tireurs pourront très bien obtenir d’excellents résultats en appliquant une autre méthode, avec laquelle ils se sentent plus à l’aise.
      A noter qu’il existe également des cibles militaires dont le visuel est représenté par un demi-cercle supérieur noir, ce qui résout le problème : on peut alors prendre sa visée plein centre sans cacher une partie du visuel !

  8. Jarod Macor

    Merci pour ces trois vidéos, très riche en informations, très belle arme, j’ai eu l’occasion de la prendre en main chez mon armurier, mais comme dit Jean, il faudra attendre que le père noël passe par ma maison.
    J’ai deux questions Michel :
    – outre le prix, pour la qualité du tir en général, est il plus judicieux de se diriger vers le rechargement ?
    – le modèle d’holster en cuir présenté, permet il de porter l’arme chien relevé ?

    J’ai hâte de recevoir le magasine « ACTION » pour découvrir l’ensemble de votre banc d’essai

    Encore merci à vous deux.

    1. Michel Bottreau

      Première question : est-il judicieux de se diriger vers le rechargement ?
      Réponse : si vous privilégiez le faible coût, en achetant des composants bon marché, c’est effectivement très intéressant de recharger sur le plan économique et le résultat en précision sera à peu près identique aux munitions du commerce. Si vous privilégiez la précision en cible, le rechargement vous permettra d’affiner le choix des composants (type et poids de balle, type et charge de poudre…) afin d’obtenir le couple arme/munition le plus performant, supérieur à celui des munitions du commerce, mais cela réclamera un gros travail de recherche et l’économie réalisée ne sera peut être pas évidente.
      Deuxième question : le modèle de holster en cuir présenté permet il de porter l’arme chien armé ?
      Réponse : j’avoue ne pas avoir essayé, mais je pense que oui. De toutes façons, il s’agit d’un modèle réalisé sur mesures par un artisan sellier à qui il suffit d’indiquer exactement ce qu’on souhaite faire avec…

    2. Jarod Macor

      Bonjour Michel et Jean,
      Je sais que votre liste de projet est longue, mais pensez vous un jour présenter pour les novices une petite vidéo relative au rechargement de munitions. Merci.

    3. Michel Bottreau

      Cela fait partie de nos projets, mais il y a tellement de choses à faire… Et puis il faudra avant que je range mon atelier qui est dans un grand désordre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Essai armes icon
Retour en haut