Fusil d’infanterie russe Mosin-Nagant modèle 1891/30 – Calibre 7,62 x 54 R

Mis en service en 1891, le fusil à répétition par culasse à verrou Mosin-Nagant a été employé, sous différentes versions, par les forces armées de la Russie impériale, puis par l’Union soviétique et différents pays du bloc de l’Est jusque dans les années 1960.

En raison de ses remarquables qualités balistiques, sa cartouche de calibre 7,62 x 54 R est encore utilisée de nos jours dans le Dragounov SVD et dans les multiples versions (PKM, PKS, PKT, PKB, PKP…) de la mitrailleuse Kalachnikov.

Le Mosin-Nagant modèle 1891/30 de notre test est équipé ici de sa bretelle en toile et cuir. Il est accompagné par deux clips de cinq cartouches de calibre 7,62 x 54 R provenant des surplus militaires soviétiques, un bachi et un ceinturon de la marine soviétique.

Le Mosin-Nagant modèle 1891/30 de notre test est équipé ici de sa bretelle en toile et cuir. Il est accompagné par deux clips de cinq cartouches de calibre 7,62 x 54 R provenant des surplus militaires soviétiques, un bachi et un ceinturon de la marine soviétique.

Le Modèle 1891/30 que nous testons ici constitue la version la plus courante du Mosin-Nagant, qui a été produite et distribuée à l’armée soviétique de 1930 à 1945.

Ce fusil présente aujourd’hui l’avantage, depuis la nouvelle réglementation (loi du 6 mars 2012 entrée en vigueur à compter du 6 septembre 2013), de pouvoir être acquis dans son calibre d’origine par les tireurs sportifs. Nous avons réalisé, avec l’aide d’un tireur qui pratique depuis peu le rechargement de ce calibre, les quatre courtes vidéos suivantes :

1ère partie : présentation

La très belle hausse tangentielle à curseur mobile du fusil Mosin-Nagant 1891/30 est graduée de 100 à 2000 mètres. Les chiffres, de 1 à 20, correspondent aux hectomètres tandis que les graduations, au nombre de 39, prennent également en compte les distances intermédiaires (demi-hectomètres).

La très belle hausse tangentielle à curseur mobile du fusil Mosin-Nagant 1891/30 est graduée de 100 à 2000 mètres. Les chiffres, de 1 à 20, correspondent aux hectomètres tandis que les graduations, au nombre de 39, prennent également en compte les distances intermédiaires (demi-hectomètres).

2ème partie : tirs à 50 m avec le fusil d’infanterie

Le fusil de tireur d’élite est muni d’une courte lunette PU à grossissement 3,5 fois, solidement fixée sur le côté gauche du boîtier de culasse. L’installation de cette visée optique, qui sera en service de 1942 à 1963, implique le renforcement du boîtier de culasse et l’adoption d’un levier de manœuvre allongé et coudé.

Le fusil de tireur d’élite est muni d’une courte lunette PU à grossissement 3,5 fois, solidement fixée sur le côté gauche du boîtier de culasse. L’installation de cette visée optique, qui sera en service de 1942 à 1963, implique le renforcement du boîtier de culasse et l’adoption d’un levier de manœuvre allongé et coudé.

3ème partie : tirs à 100 m avec le fusil de sniper

Quelques accessoires pour le fusil Mosin-Nagant, de bas en haut : - outil tournevis, permettant également de dévisser le percuteur et de contrôler sa longueur ; - embout avec son axe transversal servant de poignée à la baguette de nettoyage ; - protège-bouche, pour éviter le frottement de la baguette de nettoyage ; - huilier en aluminium à 2 compartiments étanches (produit nettoyant et lubrifiant) : - baïonnette, dont l’extrémité peut également être utilisée comme tournevis ; - modérateur de son à membranes en caoutchouc et fixation à baïonnette (chez AAS Sniper).

Quelques accessoires pour le fusil Mosin-Nagant, de bas en haut :
– outil tournevis, permettant également de dévisser le percuteur et de contrôler sa longueur ;
– embout avec son axe transversal servant de poignée à la baguette de nettoyage ;
– protège-bouche, pour éviter le frottement de la baguette de nettoyage ;
– huilier en aluminium à 2 compartiments étanches (produit nettoyant et lubrifiant) :
– baïonnette, dont l’extrémité peut également être utilisée comme tournevis ;
– modérateur de son à membranes en caoutchouc et fixation à baïonnette (chez AAS Sniper).

4ème partie : ses différents accessoires

Publication :

Le banc d'essai du fusil Mosin-Nagant modèle 1891/30 a été publié sur 6 pages dans le magazine Action n° 358 (juillet/août 2014).

Le banc d’essai du fusil Mosin-Nagant modèle 1891/30 a été publié sur 6 pages
dans le magazine Action n° 358 (juillet/août 2014).

 

Où trouver ce produit ?

Fusil Mosin Nagant Calibre 7,62x54R pas cher
Fusil Mosin Nagant Calibre 7,62x54R

En vente chez armurerie Pascal au prix de 279 euros.


Voir le produit

Retrouvez des armes de catégorie B chez l'Armurerie Pascal.

"Vous avez aimé cet article ?
Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons Facebook, Twitter, Google + ci-dessous. Merci."

99 commentaires sur “Fusil d’infanterie russe Mosin-Nagant modèle 1891/30 – Calibre 7,62 x 54 R

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Tout d’abord, merci pour vos videos si explicatives.
    J’aurais une question concernant l’usage de munitions de surplus qui sont, pour la plupart, corrosives.
    Est-il vrai, qu’après chaque séance de tir, il est plus prudent de rincer le canon à l’eau chaude afin de préserver l’arme de la rouille pour chasser les sels de mercure ?
    Merci de votre réponse.

    • Je n’ai pas réponse à tout, loin s’en faut ! Autant j’ai l’expérience du nettoyage des canons avec de l’eau chaude après avoir tiré à la poudre noire, autant je suis inexpérimenté en ce qui concerne leur nettoyage après le tir de munitions de surplus mises à feu par des amorces corrosives. Employer de l’eau chaude pour chasser les résidus corrosifs me parait être une solution plausible, bien que contraignante, mais je ne peux raisonnablement pas vous le confirmer. Sans doute d’autres tireurs plus expérimentés en la matière pourront-ils vous conseiller ?

  2. super interessant, merci a l’armurerie Pascal . Cordialement.

  3. Bonjours , il y a une sûreté sur l arme 😉 il faut tirer la tige par le bout rond et le mettre sur la gauche

  4. Bonjour

    Concernant le vernis sur le bois, ça fragilité est « normal », il s’agit d’un vernis de stockage utilisé par l’Armée Soviétique, il n’a pas vocation a resté sur l’arme en service, il est retiré. Le bois est simplement huilé en usage normal.Donc lors de l’achat d’un Mosin Nagant le mieux est de retiré ce vernis et de refaire un bon huilage a l’huile de lin.

    Sinon je ne reviendrais pas sur le cliché de la population Russe.

    Cordialement

  5. Bonjour,
    Souhaitant faire l’acquisition d’un Fusil Mosin-Nagant modèle 1891/30 pour m’initier au TAR grâce au prix relativement bas, Il y a un armurier qui en vend un mais j’ai vu quelque chose qui me rebute à le prendre car j’ai peur que le canon soit bien trop fatigué, je m’explique:
    Lorsque l’on regarde le bouche du canon on voit clairement l’absence de rayures sur environs 2 cm. Un tireur de mon club me dit que c’est du à un rattrapage du canon qui était courant a l’époque sur les armes militaires mises en surplus et que cela ne modifiera en rien la précision de l’arme. Cependant je ne peux m’ empêcher de me demander si c’est vraiment le cas ou si l’arme est une arrosoir.
    C’est pour cela que j’aimerais avoir un avis d’expert sur la question.
    Cordialement.

    • Je n’ai pour ma part jamais entendu parler d’un « rattrapage de canon » et il m’étonnerait fort que l’absence de rayures à la bouche n’ait pas des conséquences néfastes sur la précision en cible ! C’est vrai qu’un léger chanfrein au niveau de bouche ne nuit pas à la précision, dans la mesure où il est correctement réalisé, mais cela ne dépasse généralement pas quelques dixièmes de millimètre. Personnellement, je n’achèterai pas une arme ayant ce défaut (sauf à bas prix et uniquement pour accrocher au mur…).

      • Renseignements pris auprès d’un spécialiste (Société AAS), il y a effectivement eu des lots de fusils de surplus dont les canons avaient été rectifiés sur un ou plusieurs centimètres au niveau de la bouche, afin sans doute de rattraper une usure ou une oxydation. Cela revient en fait à raccourcir le canon, la partie sans rayures formant comme un frein de bouche. Si cet usinage est correctement réalisé, cela n’aura en effet pas de conséquences sur la précision en cible, mais l’arme n’en perdra pas moins une bonne partie de son attrait aux yeux d’un collectionneur exigeant…

        Société AAS : http://www.aassniper98.com

  6. Bonjour ,
    Pouvez vous me dire si le s ogives 303 peuvent convenir pour le rechargement de cartouches pour le Mosin Nagent ?.
    sachant que le diametre est de 311.
    Par avance Merci.

  7. Bonjour j’ai une question . Le ruger mini 14 ranch rifle en 5.56 nato et de quelle catégorie ? Merci d’avance

    • En principe, la nouvelle législation a simplifié les choses en remplaçant les anciennes 1ère et 4ème catégories par une catégorie unique B.

      Mais comme la simplicité n’est en réalité pas dans la façon de fonctionner du législateur, il a ajouté des alinéas pour classer les armes, selon leur type et leur calibre (B1, B2, B4) et même des sous-catégories (B2a, B2b…) ! Au final, ce n’est donc pas plus simple qu’avant.
      Sauf erreur de ma part, la Ruger Mini 14 en .223 Remington est classée en catégorie B4 en raison de son calibre militaire.

      Ceci dit, ça ne change pas grand-chose pour le tireur, puisqu’il lui faut de toutes façons obtenir une autorisation de détention et que les démarches sont les mêmes, que ce soit B1, B2 ou B4… C’était la même chose auparavant, avec les 1ère et 4ème catégories. Et, comme avant, le possesseur d’une autorisation ne pourra pas remplacer son arme par une arme de catégorie supérieure en conservant la même autorisation (par exemple obtenir une arme classée B4 avec une autorisation B1)…

      Pour plus de précisions, voici le lien vers le site officiel de l’administration française :
      http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/N287.xhtml

  8. Bon… le MR 73 à l’américaine, c’était franchement pas la peine.

    Mais après tout c’est exactement l’image que les hoplophobes ont de nous alors, autant faire durer le mythe, cela prouve au mins qu’il n’y a pas de fumée sans feu…

    Bel essai et beaux tirs cependant.

    • Pour ma part, je me garderai bien de juger l’équipement de mes camarades de club. Chacun est libre, dans la mesure où les règles de sécurité sont respectées.

  9. Petite précision, techniquement l’armée russe utilise toujours une partie de son (immense) stock de Mosin-Nagant pour l’instruction de ses tireurs de précision notamment.

    En gros ils confient pas les semi-autos avec la même munition, que sont les Dragounovs, sans être capable d’utiliser correctement l’arme de base.

    Concernant la munition de surplus il est aussi important de noter que ces mun. de surplus à bas coûts sont 99 fois sur 100 soit en réalité des munitions de mitrailleuse soit des munitions de « réserves » (export/entrainement) et pas des munitions de précision. Leur production étaient (et est toujours en fait) « simplifiée » notamment par un contrôle qualité bien plus tolérant ce qui explique la forte disparité d’une cartouche à une autre.
    En plus s’ajoute le fait que la provenance de ces munitions est plus souvent bulgare ou roumaine que soviétique. (Pour mémoire niveau qualité pour les armes légères tant que leur munitions Soviet>Chinois=Bulgare>Yougoslave>Roumain)

    Post-1969 les fabriques principales de 7.62x54R pour l’armée soviétique c’est 17 Podolsk (aujourd’hui Barnaul), 60 Frunze (aujourd’hui Bichkek, Kirghizstan) et 188 Klimov (aujourd’hui Novossibirsk).

    270 Voroshilovgrad (aujourd’hui Lughansk, Ukraine) et 539 Tula en ont fait/font aussi mais c’est déjà plus rare.

    Normalement la munition d’ordonnance pour fusil de sniper soviétique post 1969 sa désignation c’est 7n1, SN ou SN PS (en cyrillique évidemment). Y a pas de différence visuelle entre une « normale » (LPS, balle légère) et une « sniper » mais la différence de performance existe. C’est écrit sur les boites normalement. Production post-70 c’est la mention en gros sur les boites « Снайперские » pour être sur que les conscrits arrêtent de se planter.

  10. Bonsoir,
    Après avoir vu vos vidéos (toujours très bien réalisées) j’aimerai savoir quel recul engendre cette arme par rapport à un calibre 12 ou 16, étant novice en la matière .
    Cordialement

    • C’est toujours difficile de comparer. Le recul dépend de la munition (poids et vitesse de la balle) et du poids de l’arme. Quant au ressenti, il est différent selon la plaque de couche (épaisse ou mince, souple ou dure…). J’aurais quand même tendance à dire que le calibre 12 cogne encore plus fort !

  11. Bonjour a Vous,
    Je veux rechargé la 7.62×54 r,j’ai des pointes
    PARTIZAN de 174 Grs, des douilles SetB,je suis coincé par la poudre !A G.LELUC,puis je uyiliser la T 5000 et si oui, quelle quantité par rapport au poids des Balles ?. Je n’ai pas pu trouver les tables de rechargement pour ce calibre après de nombreuses recherches sur Internet. SVP ,dépanner moi !!. Avec mes remerciements anticipés.
    Cordialement. MP

    • On ne trouve effectivement pas grand-chose sur Internet concernant le rechargement du calibre 7,62 x 54 R et je ne vous conseille pas de vous fier à ce qui peut être écrit ou dit, ici ou là. Le rechargement est une activité trop délicate pour qu’on puisse prendre le risque d’appliquer des recettes non validées par les fabricants. Aussi nous vous conseillons de vous procurer des tables de rechargement sérieuses, à l’image de celles qui sont éditées par VihtaVuori, ou bien encore de vous procurer l’ouvrage « Guide pratique du rechargement à l’usage des chasseurs et des tireurs » d’Alain F. Gheerbrant (éditions Larivière) et de vous tenir aux poudres et charges indiquées.

    • Bonjour Monsieur Bouttreau,
      Pouvez vous me dire si les ogives en 303 peuvent convenir pour le rechargement des cartouches pour Mosin Nagent, sachant que les ogives convenables sont en 311 ? je ne connais pas le diametre du 303.
      Par avance, je vous remercie.

      • Je ne comprends pas bien la question. S’il s’agit de projectiles de .303, leur diamètre doit être de 7,69 mm et cela ne conviendra pas. Mais si vous parlez de projectiles destinés au rechargement du calibre .303 British, leur diamètre doit plutôt être de .312, correspondant à 7,92 mm.
        Pour le rechargement de la cartouche 7,62 x 54 R, destinée au fusil russe Mosin-Nagant, on utilise généralement des projectiles d’un calibre réel allant de .308 à .312, voire même un peu plus en fonction de l’usure du canon.

        • Je vous remercie pour cet eclairage.
          Je vous precise que je veux recharger des cartouches pour le M.N. avec des projectiles de 303 B. sachant que l’ideal sont des projectiles de diametre 311, ma question était, le 303 fait il ce diametre ?. Merci eencore.

  12. bonjour reportage tres instructif je commence le rechargement, j’aurai aime savoir la LTH ( L6)de la cartouche, car les sierra 2300 150grs ont une ogive plus courte que celle en 174 grs et conseil charge de poudre vitha 140 merci

    • Je vous conseille de rester à la longueur totale de la cartouche indiquée dans les tables ( 76 mm ), mais cette longueur peut quand même varier en fonction de l’ogive (plus ou moins longue selon le poids). Le manuel Vihtavuori est de bon conseil car il donne la fourchette mini, maxi utilisable avec chaque ogive. Le fait de modifier l’enfoncement de l’ogive dans un sens ou dans un autre provoque des variation de pression, cette pratique demande une bonne maîtrise du rechargement. Je n ai toujours pas testé la Vita N140, pas dispo à ce jour chez mon armurier. Bons tirs et bon courage.

  13. Bonjour à tous ,je possède ,2 MN un normal KO91/30 refub neuf 1943 point de visée sous le noir 100m impact 20cm à droite en dehors de la cible (ils sont refait à neuf sans control) après réglage du guidon et rectif de la hauteur ,plus de problème .pour ce qui est de mon sniper :1943 neuf aussi lunette PU refub en 1968 (plus lumineuse et anti reflet)premier essai 100 m tous les réglages sont bon grp entre 9/10 surplus chine 1965 ,visé ouverte 50m 5 coups grp plein centre du 10 que du bonheur .2 questions je voudrai des précisions sur le renfort de carcasse sniper don vous faite mention , et aussi savoir lors de vos essais snip ou était votre point visé .

    • S’il s’agit d’un authentique fusil de sniper, le boîtier de culasse doit être différent, avec un renfort sur le côté gauche, visible uniquement après avoir retiré le bois. Quant au point touché, il était au point visé parce que Gérard avait réglé la lunette à 100 m. En site, il avait mis le tourelleau sur la position « 1 », correspondant normalement à 100 m, et avait réglé en agissant sur les deux contre vis du montage. En azimut, il y avait peu de déviation et il avait suffit de mettre le tourelleau sur « – 3 » pour obtenir le bon réglage. Mais cela est bien entendu valable pour son arme et pas pour une autre…
      Si vous lisez l’anglais, vous trouverez des explications détaillées sur le réglage de la lunette du Mosin-Nagant à cette adresse : http://www.mosinnagant.net/sniper%20section/mosin-nagant-sighting.asp

  14. Bonjour amis tireurs,

    Tout d’abord un grand merci à Michel et Jean pour la qualité de leurs essais, la clarté des propos, je suis en effet tireur débutant et quelquefois le « jargon » technique de la discipline n’est pas toujours évident… Pour en revenir au Mosin , j’ai franchi le pas également. J’aimerais avoir quelques conseils pour le nettoyage de cette arme, comment s’y prendre, quels matériels…merci à vous

  15. Soir, à votre avis es ce mieux un extracteur extérieur ou intérieur pour un pistolet? Et d’après vous mieux vaut il mieux prendre un revolver en simple action pour du tir sur cible? Cordialement

    • Il existe toujours plusieurs façons pour parvenir au même résultat. L’extracteur extérieur s’est généralisé sur les P.A. modernes, mais l’extracteur interne du Colt 1911 fonctionne parfaitement.
      Il est difficile de faire un tir de précision en double action. En revanche, que l’arme soit à platine sélective (simple et double action) ou à simple action uniquement ne change rien.

  16. Demande
    conseils a Gerard LELUC
    Rechargement : Ogives ?
    Poudre ?
    Les poids et quantité de Poudre.
    MERCI

    • Le rechargement qu’il a utilisé a été indiqué dans la vidéo : balle Sierra Hunter calibre .311 poids 150 grains (ref.2300) poussée par 3,10 g de poudre Vihtavuori N150.

      • Merci beaucoup pour la réponse.
        je ne trouve pas les outils de rechargement pour la 7.62x54r.
        Si vous avez un tuyau, par avance MERCI.

        • Je vous conseille de commander un jeu d’outils RCBS, qui présente l’avantage d’avoir deux olives de recalibrage, en .311 et .308, correspondant en principe aux fabrication russes et finlandaises. N’oubliez pas de commander en même temps le shell holder (n° 13 chez RCBS) qu’il n’est pas toujours facile de trouver en armurerie.

    • Bonjour a Vous ,
      Merci pour vos Video et vos Avis.
      Mon problème : Je devient FOU pour régler la Lunette sur mon Sniper,si Gérard LELUC a un conseil ?
      Par avance je vous remercie.
      M.P

      • La solution consiste, à mon humble avis, à procéder par étapes. C’est-à-dire commencer les réglages à 25 ou 50 mètres, de façon à être sûr d’avoir un groupement dans la cible, puis augmenter progressivement la distance.

      • Pour le réglage de la lunette, je vous conseille de procéder de la façon suivante.
        Réglage en site :
        – bien fixer l’arme sur un affût.
        – positionner la tourelle verticale sur le chiffre 1 (100 m).
        – agir sur les deux vis qui se trouvent au-dessus et au-dessous, au niveau de la grosse mollette de fixation, en dévissant l’une pour pouvoir visser l’autre, jusqu’à ce que le croisillon de la lunette coïncide avec la ligne de visée des éléments mécaniques (hausse et guidon).
        Il vous suffit d’affiner ensuite, en fonction de la distance, en agissant sur la tourelle verticale.
        Réglage en dérive :
        – Il y a en général peu de correction à faire et il suffit d’agir sur la tourelle horizontale.

  17. Bonjour Michel et Jean,
    Merci pour vos vidéos de qualité.
    Je suis sur le point d’acquérir un Mosin 91/30, vos vidéos sont tombées à pic! Je suis content de pouvoir m’offrir un bout d’histoire. Par ailleurs je m’intéresse fortement au pistolets modernes Walther PPQ M2 que je pense acheter en fin d’année. Pour ma part en 22lr et 9 mm. Ces armes de poing ne mériteraient-elles pas un essai? Car à priori le PPQ 9 mm à dépassé le maître Glock… Merci.

    • Les pistolets Walther PPQ et Walther PPQ M2 font partie des armes que nous souhaiterions tester mais pour lesquelles nous sommes toujours en attente d’une réponse de l’importateur.

  18. Bonjour,
    je me suis procuré un MN 1942 depuis peu. Suivant votre vidéo N°4, j’ai testé la sécurité et depuis, impossible de revenir à l’armement, chargement et au tir bien sur, la culasse est bloquée.Quels conseils pour revenir au maniement normal? Merci par avance, vos vidéos sont très instructives, continuez dans ce sens il est toujours bon de s’instruire et de prendre connaissance.

    • La culasse a dû être démontée et remontée de façon incorrecte. Peut-être le percuteur n’est-il pas orienté dans le bons sens ? Quand l’arme est prête à faire feu, la fente à l’arrière du percuteur doit être dans l’alignement des deux traits (attention, ce n’est pas au dixième de millimètre près), mais quand la sûreté est enclenchée cette fente ne doit plus être alignée. Si vous n’arrivez toujours pas à régler le problème… retour chez l’armurier qui vous a vendu l’arme.

    • Bonjour,
      Pour mon Pb sur mon MN, et suivant votre réponse, la culasse n’a pas été démontée (en pièces détachées) mais seulement retirée du fusil pour entretien. Avant de mettre en place la sécurité, tout fonctionnait bien, même après ma passe de 20 cartouches (Barnaul).
      Aussi je ne comprend pas ce soucis.
      Bonne réception, à bientôt.

      • Moi non plus. La sûreté du Mosin-Nagant est relativement dure, que ce soit pour l’enclencher ou la désactiver. Comme il est impossible de résoudre un problème à distance, ma première recommandation reste valable.

      • Il faut tirer assez fortement sur la partie à pivoter vers l’arrière avant de la repositionner en position de tir. La faire pivoter simplement ne fonctionne souvent pas. Si elle ne peut pas etre déplacée vers l’arrière, il y a probablement un morceau de métal qui c’est coincé au niveau du ressort et qui bloque son actionnement. Reste alors plus qu’a démonter tout ça….

  19. Bonjour Michel

    Je suis étonné par la dispersion à 50M.
    Des résultats publiés sur certains forum ne sortent pas du noir de la C50 à 100m.
    Je pense que ceci tient à l’arme que vous avez utilisée pour le test.
    Concernant le quota, l’art 53 du décret du 30-07-2013 prévoit que « Nul ne peut détenir plus de 1 000 munitions du 6o ou du 7o de la catégorie C par arme détenue légalement. »
    Il s’agit d’un quota de détention à un instant T. Sur un an, on peut en acheter 10.000 si l’on veut, par roulement, pourvu qu’on les tire.
    Merci pour vos vidéos, toujours instructives et sympathiques.
    Cordialement.

  20. ! EXCELLENT !
    Bravo pour ces demonstrrtions,suis Tireur et je souhaiterai connaitre les ingrédients pour le rechargement ( Poids de balle,Poudre(quantité)
    Marque de poudre, ‘Tubal vectan Exc…)
    Par avance Merci , et encore BRAVO.

    • Comme je l’ai précisé dans la vidéo, je ne recharge pas ce calibre. Vous pouvez trouver des tables de rechargement de la cartouche 7,62 x 54 R dans l’ouvrage d’Alain Gheerbrant : « Guide pratique du rechargement à l’usage des chasseurs et des tireurs ».

  21. Bonjour, merci pour vos vidéo très instructive comme toujours.
    Petit astuce vue sur une vidéo étrangère, la clé sert également a desserrer la baïonnette si le mécanisme qui la retient est geler ou dur.
    https://www.youtube.com/watch?v=vMeWyIHu0e0

    Merci encore pour vos vidéos.

    • Merci pour cette information. Mais on voit bien que l’installation ou la dépose de cette baïonnette ne sont pas des opérations aisées. J’ai lu à ce sujet que « L’équipement de l’Armée rouge ne comportait pas de fourreau réglementaire, les soldats portaient leur baïonnette continuellement fixée au bout de leur fusil » ce qui devait évidemment simplifier les choses. Plus étonnant encore, le même auteur ajoute que « Le fusil est étudié pour tirer avec la baïonnette au canon, ce qui augmente la précision grâce aux vibrations harmoniques créées quand une balle est tirée ». Il serait intéressant de tester la réelle efficacité de cette configuration qui, en théorie, n’est pas invraisemblable. Cela rappelle en effet le frein de bouche breveté sous la dénomination BOSS (Ballistic Optimizing Shooting System) qui équipe la carabine Browning Bar génération II de calibre .300 Winchester Magnum que nous avions testée en 1996 (voir Action Guns n° 190). Ce frein de bouche avait deux fonctions : diminution du recul, au moyen de trous d’évents et amélioration de la précision, en agissant comme un contrepoids réglable afin de modifier le cycle vibratoire du canon.

      • J’ai essayé à 100 métres sans optique de visée, avec et sans la baïonnette les résultats obtenus étaient meilleurs avec la baïonnette, le groupement plus net sans quitter le noir de la cible sans déviance a droite ou à gauche

        • Merci pour cette confirmation que le résultat que nous avons obtenu n’était pas spécifique à l’exemplaire que nous avons testé.

  22. Bonjour, et merci pour cet essai, j’ai commandé et reçu mon Mosin la semaine dernière, c’est encore le bon moment pour acheter cette arme à un prix peu elevé. Le prix des munitions de surplus me fait fortement hésiter à recharger cette munition qui se revele d’après votre essai et d’après le miens aussi en stand, d’une précision très correcte.

    • Ne nous laissons pas abuser par son aspect rustique et par le bas prix auquel il peut être acquis : le Mosin-Nagant modèle 1891/30 compte parmi les armes réglementaires les plus précises qui aient jamais été fabriquées. Le tir de munitions militaires de bonne qualité dans une arme parfaitement conservée et entretenue doit permettre d’obtenir des résultats remarquables à grande distance.
      Ce banc d’essai n’était qu’une première approche. Et beaucoup de paramètres entrent en jeu, que nous ne maîtrisons pas : l’arme testée avait-elle déjà peu ou beaucoup tiré ? avait-elle été correctement entretenue ? de quelle façon avaient été stockées les munitions de surplus ?

    • salut michel encore merci pour ces videos celle-ci me confirme que cet arme peut avoir un grand intérêt pour les personne comme moi qui pratique hardament le plinking ou le défouloir et si j’en parle c’est parce que trop peu de gens admettent cette dissipline au sein de la f.f.t alors que comme toute les dissipline elle présente un intérêt si je n’avais pas un pompe en précomande je franchirais le pas sans hésiter c’est une arme réélement interessante
      très cordialement geko
      et encore merci

  23. Bonsoir Michel !
    J’ai suivi avec attention votre banc d’essai !
    Ce fut un réel plaisir étant possesseur d’un M39 en 30-284 !
    Je suis bluffée par la précision de ce canon finlandais !
    J’envisage dès demain plusieurs rechargement afin d’exploiter au maximum ses capacités.
    Dans tous les cas je vous en remerçie !

    Cordialement,

  24. Merçi pour la série de vidéo sur la Mosin Nagant . Sa portée pratique de tir est celle de l’Histoire et il y a largement participé . Très bonne idée que de parler des accessoires notamment du réglage du percuteur pour éviter l’encloutage . J’invite tout le monde à regarder cette partie avant l’usage d’un « Mosin » .

  25. bonjour michel,jean et gérard ,c’est toujours avec grand plaisir de voire vos vidéos .tout est parfait « aux petits oignons ».
    merci a bientôt .

  26. bonjour Michel,
    un très bon reportage vidéo. Je vais surement sauter le pas et me prendre un mosin aussi. Pourquoi pas repratiquer le tar avec on verra si la poudre noire et match anglais me laissent encore un peu de temps. Pour les propos tenus par votre ami, honnêtement même si je comprends que ça peut choquer, ils ont du vrai la Russie était beaucoup moins lettrée que l’Europe. C’est un fait et on ne pas parler de racisme il ne faut pas exagérer.

  27. Bonjour Mr BOTTREAU.
    Pourriez vous m’indiquer où trouver les cartouches « BARNAUL » et qui est l’importateur, en France, de cette marque? Merci.

    • Je pense que vous devez pouvoir trouver sans trop de mal les cartouches Barnaul dans les armureries françaises, notamment chez notre partenaire l’armurerie Pascal, 168 boulevard Mortier à Paris 75020 (www.armurerie-pascal.com). Cette marque russe est importée en France par le société EUROP ARM SA à La Flèche 72200 (www.europarm.fr).

  28. bonjour et merci pour cette vidéo très instructive.
    j’aimerais savoir combien de coups on pourra tirer avec ce MN. beaucoup moins qu’une 22lr mais combien 10000 20000 ou +
    merci de votre réponse qui déterminera pas mon achat

    • On entend dire beaucoup de choses au sujet de l’usure des canons et, le plus souvent, un peu tout et n’importe quoi. Pour ma part, je n’ai aucune expérience personnelle en la matière, n’ayant jamais tiré un assez grand nombre de coups avec la même arme. A mon avis, c’est un peu comme la mécanique automobile, où certaines moteurs font 500 000 km alors que d’autres cassent à 100 000. Je pense qu’on devrait pouvoir raisonnablement tabler sur plusieurs dizaines de milliers de coups, mais que ce n’est jamais garanti. Tout d’abord, on ignore combien de coups le canon de ces armes de surplus a déjà tiré. Ensuite, cela dépend des cartouches utilisées et de l’entretien apporté. Si on nettoie le canon par la bouche en utilisant sa baguette d’origine, qui est en acier, il est certain qu’on va accélérer l’usure des rayures…

  29. Bonjour,

    Je ne me doutais pas en vous l’ayant proposé lors de votre tests des CZ que vous pourriez le faire aussi rapidement.
    Un grand merci pour ceci, il existe tellement peu de chose sur le sujet dans le monde francophone.

    • Les exemplaires de ce très intéressant fusil (intéressant tant sur le plan historique que pour sa précision en cible) étant actuellement disponibles en armurerie, il aurait été dommage de ne pas en profiter…

  30. Merci Michel pour la deuxième partie, c’est toujours un grand plaisir de vous voir à votre stand.
    Il faudrait penser à acheter une petite voiturette du style minigolf pour aller voir les résultats de votre tir …

  31. «Parce-que bon… Faut quand-même dire la vérité. Sur la totalité du peuple russe, on avait toutes les ethnies, tout ce qu’on veut. On avait des gens qui étaient intellectuellement relativement faibles…».

    Monsieur Bottreau, vous souscrivez VRAIMENT à ces propos ??!!
    Parce-que, si votre but est de faire passer les amateurs d’armes pour de gros cons racistes, c’est très réussi avec ce genre de remarques.

    • Pour ma part, je n’avais pas trouvé de racisme dans ces propos. Je ne pense pas que dire qu’il y avait un bon nombre de paysans incultes dans l’armée russe soit véritablement faire preuve de racisme. Il y avait certainement, dans l’armée française de mobilisation, pas mal de paysans qui n’avaient pas fait d’études, et pas mal d’américains issus de l’Amérique profonde dans les troupes du débarquement. Je vous concède que l’expression « Intellectuellement relativement faible » n’est pas la plus heureuse qui soit et qu’elle ne répond pas au politiquement correct qui nous gouverne aujourd’hui, mais je crois quand même qu’il faut arrêter de traquer le racisme dans le moindre de nos propos. La liberté de parole est encore l’une des seules qui nous reste…

      • alors la michel bien dis je ne voulais pas réagir pour éviter la polémique car cela n’est pas le but mais la je vous plusoi (il faux arrêter de traquer le racisme partout) et si je réagis c’est que je sais de quoi je parle je suis handicaper néanmoin ma lissence de tir a été valider par un médecin et j’ai pu entendre tout a mon sujet sans que je ne puisse jamais répondre
        alors la quand je lis sa je bout et je souhaiterais répondre (l’anti racisme institutionnel cela sufit) car moi quand je m’en prend plein la geule bizarrement il n’y a jamais niassociation ni quoi que ce soit pour monter au chreno je pense que ton pote gérard n’avais pas de propos médisantde plus ce qui fais le charme de tes video c’est justement que tu parle comme si tu parlais a un pote de stand de tir si c’est pour faire des truc polisser ou javéliser comme certaine armurerie qui présente des armes dont je terrai le nom franchement non merci
        continu comme ça michel et ne te sensure pas

        très cordialement geko

      • Merci Gérard pour votre vidéo, vous êtes quelqu’un de bien sympathique et c’est vrai, j’ai perçu la même impression d’être un ami tireur présent sur le pas de tir.

      • La simplicité d’une arme militaire est plus lié au besoin de fiabilité de fonctionnement dans des conditions difficiles qu’a autre chose.

    • Bonjour Mr BOTTREAU. « No comment » sur les derniers propos! Votre site est là pour que l’on puisse parler uniquement des armes et que des armes… je pense,notre passion commune à tous. Continuez votre excellent travail. Vivement la suite de vos essais sur le MOSIN-NAGANT. Un tireur de mon club de tir en a acquis un dernièrement sur AIX EN PROVENCE. J’ai pu le prendre en main. Le fusil est dans un état exceptionnel, très probablement restauré car la date de 1942 est frappé sur le dessus de la culasse si j’ai bonne mémoire.
      Cordialement.

      • Il y en a eu de telles quantités réalisées qu’il ne doit pas être exceptionnel d’en trouver à l’état neuf, ayant passé en arsenal les quelques soixante-dix années de leur vie. En revanche, ils ont parfois été manipulés sans grandes précautions et c’est vrai que leur vernis est particulièrement fragile.

        • Bonsoir amis tireurs, je me permets juste de vous orienter sur un lien plus que complet sur TOUS les Mosin Nagant, certes en anglais, mais jouable à l’aide du traducteur Google.
          Vous trouverez là, toutes les réponses à vos questions de cette arme légendaire.
          Un grand merci Michel,et vivement la suite…^^

          http://7.62x54r.net/

          • Un grand merci pour ce renseignement. Je ne connaissais pas ce site « 7.62x54r.net – A Mosin Nagant Reference » qui est effectivement une véritable mine d’or de renseignements concernant le fusil Mosin-Nagant et sa cartouche.

    • salut michel sais-tu quand les autres partie de la video seront disponible j’ai hâte de voir ces essai qui a mon avis s’annonce manifique d’autan plus que j’ai un pote au stand qui est assez fane d’arme réglementaire et cela serai sympa que je lui fasse voir cela d’autan plus que l’autre jour je lui conseillai d’acheter un mosin
      1 parce que l’arme et les munition de surplus ne sont pas trop cher et
      2 pour faire du plinking au stand cela peut être sympa je pense

      • Encore un peu de patience. J’ai été pris par d’autres occupations urgentes, mais je vais monter et diffuser ces vidéos dès que possible. Ne vous attendez toutefois pas à un banc d’essai exhaustif, comme je le fais habituellement avec les armes de poing. Je ne disposais que de 20 cartouches et d’une arme non réglée, sur laquelle il aurait fallu dériver le guidon…

      • Plinking ??
        Les mosin nagant rivalisent de précision avec les K31 tout de même :)
        Je ne sors pas du noir à 100 m avec des munitions de surplus chinoise de 1972.

    • Je suis tout à fait d’accord, celà m’a choqué également.
      Il n’y a pas de « poliquement correct » ici, d’ailleurs je deteste celà, ni de « crier au loup » pour rien, la petite pleureniche n’y a rien à voir.
      C’est simplement méprisant pour tout un peuple, et je le rappelle au passage, ces « intellectuellement faibles » ont gagnés la guerre face aux Allemands très intelligents .. m’voyez.

      Oui ce genre de remarques fait passer les membres de notre communauté pour de gros tarés.. et il n’y avait pas de quoi en rajouter, vu le nombres de nos detracteurs.

      Quand on crie betement au racisme ou autre sans fondements, il faut le dire, quand c’est le cas, il faut le dire aussi;
      ces propos sont scandaleux.

      Adieu.

      • Comme j’ai déjà répondu longuement à cette remarque, je ne vais pas y revenir. Le but de notre site n’est pas de faire de la politique, ni de polémiquer. Notre ami Gérard a eu de toute évidence une phrase malheureuse (parce qu’incomprise) mais je pense pour ma part que personne n’est parfait et qu’il est particulièrement difficile de parler devant une caméra, comme nous le faisons, c’est-à-dire sans aucune préparation ni artifice. Votre dernier mot (Adieu) me laissant à penser que vous ne reviendrez plus consulter notre site, je valide quand même votre commentaire (chacun a le droit de s’exprimer), mais je considère que le débat sur ce sujet est clos.

  32. Coïncidence, j’ai justement eu l’occasion de tirer avec une Mosin-Nagant, le weekend dernier, j’ai été très surpris de sa précision en visée ouverte à 100 m, arme et munitions de stock démocratique. Je confirme que le canon chauffe assez vite et donne alors une dispersion.
    Merci pour cette vidéo, vivement la suite …

  33. passionnant …. une vrai leçon d’histoire …
    vivement la suite …
    une fois de plus , une vidéo parfaite.
    le tir , surtout avec des armes historique, c’est plus que du tir …
    une forme de respect …
    on redonne un peu de vie au passé …

    • salut michel encore une fois de plus une video passionnante surtout que c’est un essai auquel je ne m’y attendais pas du tout donc j’ai hâte de pouvoir voir la suite et dirai-je même je l’attend avec impatience
      j’allais parler de la sécurité néanmoin je m’abstiendrai étant donné que d’autrecamaradeen on déjà parler
      mais je ferais juste une petite précision
      lorsque ton amis gérard dit (l’intérêt du rechargement est d’afiner la précision) certe je suis d’accord mais le grand intérêt du rechargement est surtout les cota qui sont problématique avec 1000 cartouche on fais pas grand chose

      d’ailleur a ce sujet j’ai une petite question est que cette munition est soumise au cota justement ou pas
      car certe c’est une cathégorie c donc normalement pas soumise au cota
      mais vu qu’elle est cclassé comme ancien calibre de guerre récement déclasser

      je me pose la question voilà tout
      sur ce merci encore
      très cordialement

      • Les quotas ne concernent effectivement que les munitions classées en catégorie B, c’est-à-dire soumises à autorisation préfectorale.
        Comme la réglementation n’est jamais simple, il y a des armes de catégorie B dont la munition peut être acquise sans la fameuse autorisation, donc non soumises à quota (c’est le cas, par exemple, d’un revolver en .44 Magnum) et des armes en catégorie C dont la munition ne peut être acquise sans une autorisation (c’est le cas, par exemple, d’une carabine à levier de sous-garde chambrée en .357 Magnum)…
        Mais pour en revenir au 7,62 x 54 R, pas de problème de quota.

  34. Juste une petite rectification, sur le Mosin Nagant 1891/30, il y a bien une sécurité. Une fois le verrou armé, il suffit de tirer le marteau du percuteur vers soi, et de tourner vers la gauche. Votre a une cartouche de chambrée, et l’action sur la détente est inactive. Pour retirer la sécurité, tirer le marteau vers soi, et le remettre en position normale. Ce type de sécurité a été repris aussi sur les TOZ / Baikal type 16/01/ 17/01.

    • Vous êtes en effet plusieurs à nous avoir fait cette remarque au sujet de la sûreté du Mosin-Nagant.
      Nous avions volontairement dit une bêtise, pour voir combien de nos lecteurs seraient capables de s’en apercevoir…
      Non, je plaisante bien sûr !
      Je fais part de cette intéressante précision à Gérard, qui possède son fusil de Sniper depuis très peu de temps et qui n’a donc pas encore découvert tous ses secrets…

  35. bonsoir Michel, pour commencer, je suis admiratif de votre travail ! je sais que l’on vous le dit souvent, mais continué comme ça c’est parfait !

    je viens de voir à l’instant votre vidéo concernant le mosin-nagant 91/30, étant collectionneur d’armes à feu neutralisé, en particulier les Russes que j’admire ! je ne peux donc résister de faire une petite correction à votre ami Gérard Leluc à propos du mosin nagent 91/30,

    contrairement à ce que dit votre ami il y a bien une sécurité sur l’arme, je ne pourrais vraiment le détailler car, je ne connais pas les mots pour décrire car ce n’est pas un cran de sûreté ou un levier !
    par contre, comme je possède une mosin nagent 91/30 neutralisées je peux avec votre approbation mettre le lien d’une vidéo Youtube que je vais seulement réaliser moi-même pour vous montrer cette sureté si vous me le permeté voila merci. sinon je m’arrangerai pour vous montré cette sûreté.

    recevez mes salutations distinguées
    M. Sanna

  36. Arme d’une autre époque, toujours un mythe ; précise et ce dès la sortie de boite, on peut soit la laisser avec le vernis de stockage ou alors la « refinir » . Il manque cruellement les tableaux de rechargement de cette super-munition . Il ne faut pas oublier de parler de la clé-outil servant au réglage du percuteur (éviter l’encloutage) .

  37. Bonjour,
    Dans la vidéo il est dit que le mosin n’a pas e sureté. C’est une erreur. Il suffit, fusil armé, de venir tirer l’arrière de la culasse sur laquelle est fixée le percuteur et de faire une rotation d’un quart de tour vers la gauche. Le fusil est alors en sureté…

    Merci pour vos vidéos que je regarde assidument et avec plaisir !

    Fred

  38. Bonjour très bonne vidéo que j’attends depuis longtemps !
    Dans la vidéo vous dite qu’il n’y a pas de sécurité .
    c’est faux il y a bel et bien une sécurité !
    Une fois le fusil armé et près a tiré il suffit de tirer vers l’arrière la grosse tétine du percuteur là où il y a la vis et de la faire pivoter sur la gauche et de relâcher .
    Le percuteur et alors bloquer et plus aucune action n’est possible si le percuteur n’est pas remis en place
    J’espère que mon explication est assez claire
    Continuer comme ça vos vidéos son parfaite