Revolver Smith & Wesson modèle 1917 / calibre .45 ACP

Au moment où ils prennent la décision de se joindre aux alliés, en déclarant la guerre à l’Allemagne le 6 avril 1917, les Etats-Unis vont devoir très rapidement équiper en armes individuelles les centaines de milliers d’hommes des contingents qui seront envoyés sur le front européen.

Le revolver S&W modèle 1917 que nous avons testé est accompagné ici de son holster en cuir (copie), de clips chargeurs en demi-lune (copies) garnis de cartouches modernes de calibre .45 ACP et des poignards de tranchée américains modèles 1917 et 1918 (authentiques), prêtés par la maison AAS (www.aassniper98.com).

Le revolver S&W modèle 1917 que nous avons testé est accompagné ici de son holster en cuir (copie), de clips chargeurs en demi-lune (copies) garnis de cartouches modernes de calibre .45 ACP et des poignards de tranchée américains modèles 1917 et 1918 (authentiques), prêtés par la maison AAS (www.aassniper98.com).

Colt, qui a déjà livré à l’armée plus de 150 000 pistolets semi-automatiques modèle 1911, va recevoir une nouvelle commande portant sur un million d’exemplaires. Devant l’impossibilité qu’il puisse honorer un tel contrat dans des délais acceptables, le gouvernement américain va mettre à contribution le secteur privé. C’est ainsi que les pistolets modèle 1911 seront fabriqués par des firmes telles que Remington, Winchester, Savage et Springfield Armory, pour ne citer que les plus connues. Afin de pouvoir répondre le plus rapidement possible à la demande urgente d’armes de poing, les grandes firmes Colt et Smith & Wesson vont également modifier les revolvers alors en production de façon à ce qu’ils puissent chambrer la cartouche réglementaire. Sont ainsi adoptés, en 1917, un revolver fabriqué par Colt, issu de son modèle « New Service » de 1909 et un revolver fabriqué par Smith & Wesson, issu de son « .44 Hand Ejector Second Model » lancé en 1915.

Préambule : Le rechargement de la cartouche

Appelée « Crimp die », « Factory crimp » ou bien encore « Carbide factory crimp die », la matrice de sertissage conique peut être utilisée comme quatrième outil pour le rechargement des cartouches à douille droite destinées aux armes de poing. Cet outil a une double fonction : il recalibre la cartouche terminée, supprimant les gonflements créés par l’introduction du projectile ; il permet, en resserrant les parois du collet, de sertir les balles démunies de gorge de sertissage. Nous avons utilisé ici un sertisseur conique de la marque américaine Dillon, qui présente la particularité de pouvoir aisément être démonté et nettoyé sans en modifier le réglage.

Appelée « Crimp die », « Factory crimp » ou bien encore « Carbide factory crimp die », la matrice de sertissage conique peut être utilisée comme quatrième outil pour le rechargement des cartouches à douille droite destinées aux armes de poing. Cet outil a une double fonction : il recalibre la cartouche terminée, supprimant les gonflements créés par l’introduction du projectile ; il permet, en resserrant les parois du collet, de sertir les balles démunies de gorge de sertissage. Nous avons utilisé ici un sertisseur conique au carbure de tungstène de la marque américaine Dillon.

Première partie : Les tests dynamiques

Le chargement du S&W modèle 1917 peut être réalisé grâce aux clips en demi-lune (half moon) en acier ressort, mais les modèles d’époque sont rares et leurs copies chinoises sont de piètre qualité. La meilleure solution consiste à utiliser les clips en étoile (full moon) en acier ressort actuellement commercialisés par Smith & Wesson, qui sont peu onéreux, ou à ne pas employer de clip, l’extraction devant alors être effectuée en saisissant le culot de chaque cartouche.

Le chargement du S&W modèle 1917 peut être réalisé grâce aux clips en demi-lune (half moon) en acier ressort, mais les modèles d’époque sont rares et leurs copies chinoises sont de piètre qualité. La meilleure solution consiste à utiliser les clips en étoile (full moon) en acier ressort actuellement commercialisés par Smith & Wesson, qui sont peu onéreux, ou à ne pas employer de clip, l’extraction devant alors être effectuée en saisissant le culot de chaque cartouche.

Deuxième partie : Les tests statiques

Cet ancien revolver réglementaire de l’armée américaine comporte de très nombreux marquages qui permettent de l’identifier aisément, à commencer par ceux qui sont frappés au talon de sa poignée.

Cet ancien revolver réglementaire de l’armée américaine comporte de très nombreux marquages qui permettent de l’identifier aisément, à commencer par ceux qui sont frappés au talon de sa poignée.

 

Le banc d'essai du revolver S&W modèle 1917 a été publié sur 6 pages dans le magazine Action n° 361 (janvier-février 2015).

Le banc d’essai du revolver S&W modèle 1917 a été publié sur 6 pages
dans le magazine Action n° 361 (janvier-février 2015).

Retrouvez des armes de catégorie B chez l'Armurerie Pascal.

"Vous avez aimé cet article ?
Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons Facebook, Twitter, Google + ci-dessous. Merci."

38 commentaires sur “Revolver Smith & Wesson modèle 1917 / calibre .45 ACP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour,
    Encore une fois merci.
    Je comprends mieux (belles photos à l’appui) la raison d’être de mon 4ème outil, le « Factory crimp die » en ce qui me concerne.
    Je dirais que cet outil fait aussi office de jauge. Confirmez vous ?

    • Il existe des outils spécifiques qui permettent de vérifier que les dimensions d’une cartouche rechargée sont conformes. Ils sont appelés « case gauge », « case and ammunition gauge » ou bien encore « maximum cartridge gauge ».

  2. Je possède un de ces revolvers et la première fois que j’ai tiré avec , j’ai été surpris par la précision de cette arme à 25 m.
    En ce qui concerne les clips , j’utilise des clips en plastique (Brownells) et ça fonctionne très bien.J’ai également des clips demi-lune ,que je n’ai pas encore utilisés.
    Pour le rechargement je mets de la BA 9 (6.6 grains) mais je trouve qu’elle laisse trop d’imbrûlé à mon goût. Que préconisez vous comme rechargement ?
    Une question : que vaut une arme comme celle ci avec tous les marquages US Army ?

    • J’ai utilisé dans cette arme deux types de munitions rechargées : l’un avec une balle MPF cuivrée graissée 234 grains RN, l’autre avec une balle Speer blindée 230 grains FMJ, tous deux avec une charge de 0,25 g de Ba10. Comme d’habitude, le détail de ces rechargements, les mesures de vitesse et les résultats en précision figurent dans le banc d’essai qui a été publié (Action n° 361, janvier/février 2015).

      Concernant le prix auquel ce type d’arme se négocie, je n’en ai aucune idée précise. Il n’existe pas de cote en tant qu’arme ancienne, puisque ce revolver est classé en catégorie B1 et qu’il ne peut donc pas être acquis ou détenu par les collectionneurs français.

  3. Bonjour Messieurs, je viens de redécouvrir cette vidéo d’un grand père en pleine forme.
    Question technique à laquelle peut être aurez vous une réponse.
    Mon MR73 4 pouces a également une hausse fraisée dans la carcasse comme ce Smith
    Je n’obtiens pas les mêmes résultats à l’intérieur (stand fermé) qu’à l’extérieur (lumière naturelle).En latéral c’est très comparable, en site non. Même tireur, mêmes munitions.
    Intuitivement je pense que c’est lié à la lumière mais ne parviens pas à mettre le doigt sur une explication.
    Merci pour vos éclairages (sans jeu de mot)
    Et encore bravo pour votre travail

    • Quelle coïncidence : nous venons justement d’aborder ce sujet en réponse au commentaire d’un autre internaute, dans une autre rubrique.
      Il faut effectivement savoir que la prise de visée en extérieur peut être troublée en cas de forte luminosité. On dit généralement que « le soleil attire le coup », c’est-à-dire par exemple que les impacts vont être plus hauts quand le soleil est au zénith, plus à droite quand le soleil est à droite et plus à gauche quand il est à gauche. Ceci est dû à un effet d’optique, la marge de blanc paraissant plus importante qu’elle n’est en raison de sa luminosité. Mais attention, ce phénomène peut produire des effets très différents, voire inverses, selon que le soleil éclaire la cible ou les éléments de visée. Dans le domaine du tir, rien n’est jamais vraiment simple…

  4. J’ai trouvé avec Google chrome. Avec edge cela ne fonctionne pas. Je vous ferai part de mon expérience. Merci encore, et bonne continuation.

  5. Bonjour, je viens d’acheter un Colt Army modèle 1894 en 38 LC. je voudrais savoir si quelqu’un pourrait me donner des informations sur le rechargement de cette cartouche. Merci d’avance.

    • Le calibre .38 Long Colt est non seulement obsolète, mais encore peu courant. Il ne figure pas dans les tables de rechargement des ouvrages que je possède (Malfatti n°6 ; Gheerbrandt 2009) et je n’ai jamais testé d’arme chambrée en .38 LC. En revanche, il ne doit pas être trop difficile de réaliser des rechargements. J’ai trouvé sur le net, du premier clic sur mon moteur de recherche, une table de rechargement s’y rapportant, mais j’ignore sa provenance exacte (sans doute d’une version plus récente d’un des deux ouvrages précédemment cités) :

      http://www.lhs-germany.de/uploads/media/38LongColt_01.pdf

  6. bonjour Michel et jean j’ai regardes toute vos vidéos et j’adore se que vous faite tout les deux et je vous en remercie car nous les tireurs sommes déjà assez mal vue par les neofits vous serait il possible d’essayer des de guerres américaines genre us 17 Springfield. garand et autres car se sont des armes mythiques merci encore a vous et a jean a qui je souhaite un bon rétablissement car ses explication sont d’une grande valeur et très instructives merci a vous et bon tires claude

    • En ce qui concerne les armes citées, je ne promets rien parce que, pour tout dire, je suis plutôt spécialisé dans les tests d’armes de poing.
      Merci en tout cas pour vos encouragements.

  7. Bonjour Michel et Jean. Je suis fan de vos vidéos depuis que je vous ai découverts sur youtube. Je m’intéresse plus particulièrement aux armes russes de la Seconde Guerre Mondial et je voulais savoir s’il vous serait possible de faire la revue et l’essai du pistolet Tokarev TT33 ?
    Merci et bonne continuation.

    • J’avais prévu de le faire il y a deux ou trois ans, parce que les armuriers en proposaient venant de surplus, mais ceux qu’on m’a présenté à l’époque étaient vraiment trop minables. J’attends qu’on me propose une arme de ce genre qui soit véritablement dans un bel état de conservation.

  8. Bonjour

    J’envisage d’acheter un revolver 38 S&W du XIX siècle muni d’un éjecteur ; pourriez-vous me dire si le clip 9 mm S&w (http://www.smith-wesson.com/webapp/wcs/stores/servlet/Product4_750001_750051_766000_-1_757842_757839_757837_ProductDisplayErrorView_N) et les munitions actuelles 38 S& W(http://www.frankonia.fr/.38+S%2BW,+plomb+RN+(9,5gr)/Magtech/Apercu.html?Numero_d_article=144836) sont compatibles avec les armes anciennes 38 S&W ?

    Pourriez vous faire une vidéo sur le rechargement des balles anciennes 11 mm et les cartouches cal 12 ?

    Je vous remercie pour toutes vos vidéos qui sont très intéressantes.

    Bien à vous.

    • Attention, je crois que vous mélangez un peu tout.
      En l’occurrence, vous parlez :
      – d’une arme ancienne en calibre .38 S&W.
      – d’un clip de chargement pour cinq cartouches de calibre 9 mm Parabellum (destiné au revolver Smith & Wesson 940, conçu sur la base du Centennial modèle 40 de calibre .38 Special).
      – de munitions de calibre .38 S&W de fabrication moderne.
      N’oubliez pas que la .38 S&W, qui a été créée en 1876, était chargée à l’origine à la poudre noire. Les munitions modernes, qui sont chargées à la poudre sans fumée, ne doivent pas dépasser une pression de 1200 bars (contre 1500 bars pour la .38 Special créée en 1902 et 3000 bars pour la .357 Magnum créée en 1935). Le tir d’une munition moderne dans une arme ancienne nécessite une vérification préalable de l’arme par un professionnel compétent.

  9. Bonsoir à vous deux, et tous mes voeux pour cette nouvelle année.

    Dans la liste « précision » de vos essais il est fait mention d’un revolver s&w 625 performance center en 45LC et 6″, ou pourais je trouver cet essai? de plus avez vous déja testé un s&w mod 25 en 45 ACP si oui ou trouver cela?

    Encore merci pour vos vidéo , vos articles et vos commentaires.

    Cordialement

    • Vous avez tous les renseignements dans la liste de nos bancs d’essais, elle aussi téléchargeable sur notre site.
      Le banc d’essai du revolver Smith & Wesson 625 Performance Center en calibre .45 Long Colt a été publié dans le magazine Action Guns n°247 (octobre 2001). Celui du Smith & Wesson 625 « Jerry Miculek » en .45 ACP (le 625 est la version inox du modèle 25) a été publié dans Action Armes & Tir n°310 (juin 2007).

  10. Bonsoir Michel. Je ne sais pas si je suis au bon endroit pour poser ma question mais comme vous parlez, dans cette vidéo, de rechargement de la 45 ACP, j’ai choisi cette rubrique.
    Voila mon problème:
    Je recharge la cartouche 45 ACP. Jusqu’à présent j’utilisais des ogives 451,FMJ,200 ou 230 grains sans aucun problème. J’ai voulu essayer des ogives de marque HN,SWC, plastifiées gold,452″,200 grains. Ces dernières rentrent très difficilement dans la douille correctement calibrée en laissant un affreux copaux de plomb ! Une catastrophe ! J’ai tout arrêté. Michel, pouvez me donner un conseil et me dire pourquoi cette anomalie?
    Merci de votre aide.
    Cordialement.

    • Il est toujours difficile de donner un avis au sujet de quelque chose qu’on ne voit pas, qu’on n’a pas en main, en partant d’une simple explication. Cependant, si le projectile pénètre difficilement dans la douille en laissant un copeau, c’est vraisemblablement parce que l’expandeur n’a pas été correctement réglé. Il est indispensable d’évaser suffisamment les lèvres du collet afin d’éviter ce genre de désagrément.

  11. Bonsoir,
    Je suis très heureux d’avoir vu ces vidéos en plus de l’article que j’ai lu.
    Je viens de m’offrir la version « moderne » de ce modèle, avec lequel je ne rencontre pas le problème d’introduction des cartouches dans les chambres, peut-être Est-ce dû aux ogives (200gr FMJ). Je fais de bons groupements à deux mains en VM, c’est moins bon à une main en précision.
    Heureusement que l’on peur utiliser les cartouches sans clip, car Ok pour les mettre en place, par contre je n’ai pas réussi à les enlever une fois tirées sans pince!
    Pouvez-vous me dire où je peux trouver la réplique de l’étui, j’ai cherché sur plusieurs sites d’armureries et de selliers sans trouver mon bonheur?
    Merci pour vos vidéos très intéressantes.
    F. Bellet.

  12. Bonjour,
    Je voulais seulement passer un message de soutien à Jean. Je pratique le tir sportif depuis quelque mois et j’ai énormément appris grâce à vos vidéos. Votre binôme est à la fois très professionnel, très intéressant et très attachant. Pouvez vous souhaiter un prompt rétablissement à Jean de ma part, en espérant bientôt le revoir en forme sur de nouvelles vidéos!
    Bien à vous
    Fx

  13. Merci pour cette vidéo.
    Je ne connaissais pas ce revolver et c’est toujours intéressant de découvrir une nouvelle arme.
    Je souhaite un prompt rétablissement à Jean.
    Bon courage à vous deux.
    Prenez soin de vous et faites-nous encore de nombreuses vidéos sympas.
    A bientôt.

  14. Bjr, comme quoi le revolver en général est précis même avec des instruments de visée simples……cordialement

  15. Bonjour Michel,

    Très intéressante cet essai, je ne connaissais pas cet outil pour le serrage conique, je comprends mieux les problèmes que rencontrent certains tireurs lors du rechargement, c’est tout un art.

    Une arme très précise, oui mais avec un très bon tireur, c’est normal …

    Merci de nous avoir donné des nouvelles de votre ami Jean, ça fait plaisir de savoir qu’il a un bon moral, c’est important.

  16. merci de nous avoir donné des nouvelles de Jean… très cordialement …
    et si vous avez l occasion, souhaitez lui beaucoup de courage et un très bon rétablissement de la part de tous les abonnés de « essai armes » bonne continuation a vous…

  17. Comme la question risque de m’être encore souvent posée, je vous informe que j’ai donné des nouvelles de la santé de Jean Gillet à la fin de la vidéo de Préambule.

    Avancez directement jusqu’aux toutes dernières minutes de la vidéo, vous éviterez ainsi tout le laïus sur le rechargement de la .45 ACP, qui ne vous intéresse pas forcément…

  18. merci pour cet essais, le grand père fait encore des étincelles !!!!!!

    des nouvelles de la santé de Jean ?

    merci pour vos vidéos.

    cordiales salutations

  19. Bonjour Michel !

    Ça fait bizarre de voir jean mais j’ai ensuite compris que vous aviez enregistré la vidéo en avril.
    Avez vous des nouvelles de jean ? Comment va t il ?
    Pour en revenir au grand père qu’est ce pistolet c’est dingue de voir à quel point finalement certains nouveau modèle de pistolet ne font pas beaucoup mieux en termes de précision, comme la senstion de tir.
    A plus!

  20. Vidéo passionnante traitant de l’un de mes revolvers préférés qui reste malheureusement encore du domaine du rêve me concernant, vu le coût et la difficulté de trouver un modèle en bon état ! Un jour peut-être ! Concernant les munitions montées sur clip, les manufactures,au début des années 20, ont produit une cartouche de 45 dite 45 auto-rim qui permettait de s’affranchir des clips demi-lune ce qui rendait effectif l’utilisation de l’éjecteur du revolver, facilitant en principe son alimentation. Merci encore pour cette vidéo et prompt rétablissement à jean Gillet.

    • C’est exact. Sur le S&W 1917, la feuillure ne se fait pas au niveau de la gorge, mais sur le collet de la douille, comme sur les pistolets semi-automatiques. C’est pourquoi on peut très bien se passer des clips de chargement. Vu la faible pression de la munition, on retire sans difficulté la douille vide en agrippant la gorge avec l’ongle.

      La .45 Auto Rim, qui possède un bourrelet, présente l’avantage d’offrir un appui à l’étoile de l’extracteur, ce qui permet d’éjecter rapidement, d’un seul mouvement, les six douilles vides. Cette cartouche était surtout intéressante pour les utilisateurs du Colt modèle 1917, parce que les chambres de ce dernier n’avaient pas – du moins dans la première version de ce revolver – de rétreint permettant de réaliser la feuillure au niveau du collet.

      Il est en effet difficile de trouver un S&W 1917 en parfait état, mais avez- vous pensé à sa version moderne rééditée par Smith & Wesson ?
      http://www.essai-armes.fr/2009/09/01/revolver-smith-wesson-modele-22-of-1917/

      • Effectivement, cela pourrait être une alternative pour moi, mais ultérieurement malheureusement. Je viens simultanément de faire l’acquisition d’une CZ 452, suite à votre essai de cette carabine et d’un Lee Enfield SMLE en calibre 303 british, donc pour moi c’est Noël avant l’heure comme dirait mon épouse, en me lançant en prime, un regard que l’on pourrait comparer à un tir d’armes automatiques. Merci pour le lien et vous souhaitant bonne continuation.

  21. Merci pour cet essai de ce S&W mythique 😉
    ça donne envie !!!