Pistolet Glock modèle 34 Gen4 / calibre 9 mm Parabellum

Nous retrouvons sur le G34 toutes les caractéristiques du G17, auxquelles s’ajoutent plusieurs améliorations marquant l’orientation résolument sportive de ce modèle : canon allongé (134 mm au lieu de 114) ; glissière allongée afin d’offrir une plus longue ligne de mire, largement ajourée dans sa partie supérieure dans le but d’alléger l’arme et d’améliorer le refroidissement du canon lors de séquences de tir rapide ; hausse réglable en site et en azimut pour permettre un ajustement précis des tirs ; détente munie d’un connecteur allégé dont le poids du départ est annoncé à 2kg, soit 500 grammes de moins que celui d’un G17 standard. Notons également une commande d’arrêtoir de culasse plus proéminente et un bouton-poussoir de déverrouillage du chargeur agrandi pour faciliter les manipulations dans des disciplines où la vitesse est primordiale.

Le pistolet G34 Gen4 est accompagné ici par un holster actif CQC Serpa Concealment de la firme Blackhawk et un porte-chargeur de la marque Safariland. Le holster, moulé en polymère, dispose d’un système de rétention à mise en œuvre automatique dont le déverrouillage est obtenu au moyen d’un bouton-poussoir idéalement placé au niveau de l’index qui saisit l’arme. Le porte-chargeur, en polymère recouvert de cuir, dispose de réglages assurés par des vis au niveau de la rétention et de l’inclinaison.
Le pistolet G34 Gen4 est accompagné ici par un holster actif CQC Serpa Concealment de la firme Blackhawk et un porte-chargeur de la marque Safariland. Le holster, moulé en polymère, dispose d’un système de rétention à mise en œuvre automatique dont le déverrouillage est obtenu au moyen d’un bouton-poussoir idéalement placé au niveau de l’index qui saisit l’arme. Le porte-chargeur, en polymère recouvert de cuir, dispose de réglages assurés par des vis au niveau de la rétention et de l’inclinaison.

Ce pistolet présente par ailleurs les améliorations appliquées à tous les modèles de la quatrième génération, à savoir : un système récupérateur télescopique composé de deux ressorts hélicoïdaux imbriqués, destiné à accroître la longévité de l’arme ; une modularité de la prise en main, obtenue grâce à des ajouts interchangeables pouvant être fixés au dos de la poignée ; une texture RTF (Rough Textured Frame) dont les reliefs antidérapants sont obtenus par moulage sur les flancs de la poignée. Baptisée RTF3, cette texture appliquée aux pistolets Gen4 est directement dérivée de la précédente texture RTF2 dont les picots, jugés trop agressifs, ont été adoucis.

Cette comparaison entre le G34 Gen4 et un G17 Gen3 permet de mettre en évidence les différences dimensionnelles, dues à l’allongement de la glissière et du canon, de même que la texture antidérapante par picots de type RTF3 dont disposent les flancs de la poignée du G34.
Cette comparaison entre le G34 Gen4 et un G17 Gen3 permet de mettre en évidence les différences dimensionnelles, dues à l’allongement de la glissière et du canon, de même que la texture antidérapante par picots de type RTF3 dont disposent les flancs de la poignée du G34.

Première partie : tirs sur appui à 25 mètres


Le G34 dispose en série d’une hausse moulée en polymère dont la partie centrale mobile autorise les réglages, en site et en azimut, au moyen de deux vis à tête fendue accessibles sur le côté droit. Cette partie mobile présente par ailleurs un large liséré blanc qui borde le cran de mire afin de faciliter l’acquisition rapide de la cible.
Le G34 dispose en série d’une hausse moulée en polymère dont la partie centrale mobile autorise les réglages, en site et en azimut, au moyen de deux vis à tête fendue accessibles sur le côté droit. Cette partie mobile présente par ailleurs un large liséré blanc qui borde le cran de mire afin de faciliter l’acquisition rapide de la cible.

Deuxième partie : début des tirs dynamiques


Voici, réunis sur une même photo, trois des éléments ayant fait l’objet d’une modification sur le G34 : la détente, dont le connecteur est allégé ; l’arrêtoir de culasse, dont la tête est plus proéminente ; le déverrouillage du chargeur, dont le bouton-poussoir a été notablement agrandi. L’amélioration de ces deux dernières commandes a pour but de faciliter les manipulations dans des disciplines où la vitesse est primordiale.
Voici, réunis sur une même photo, trois des éléments ayant fait l’objet d’une modification sur le G34 : la détente, dont le connecteur est allégé ; l’arrêtoir de culasse, dont la tête est plus proéminente ; le déverrouillage du chargeur, dont le bouton-poussoir a été notablement agrandi. L’amélioration de ces deux dernières commandes a pour but de faciliter les manipulations dans des disciplines où la vitesse est primordiale.

Troisième partie : suite des tirs dynamiques


Le G34 est livré avec quatre dos, deux modèles « Medium » et deux « Large », afin de permettre à l’utilisateur de mieux adapter la prise en main de l’arme en fonction de sa morphologie. Les deux modèles proposés pour chaque taille diffèrent par la présence éventuelle d’une partie haute venant combler l’espace sous le busc. En l’absence de l’un ou l’autre de ces quatre dos amovibles et interchangeables, la poignée se trouve en configuration « Small ».
Le G34 est livré avec quatre dos, deux modèles « Medium » et deux « Large », afin de permettre à l’utilisateur de mieux adapter la prise en main de l’arme en fonction de sa morphologie. Les deux modèles proposés pour chaque taille diffèrent par la présence éventuelle d’une partie haute venant combler l’espace sous le busc. En l’absence de l’un ou l’autre de ces quatre dos amovibles et interchangeables, la poignée se trouve en configuration « Small ».

Quatrième partie : conclusions

Le banc d'essai du pistolet Glock 34 Gen4 a été publié sur 6 pages dans le magazine Action n° 364 (juillet-août 2015).
Le banc d’essai du pistolet Glock 34 Gen4 a été publié sur 6 pages
dans le magazine Action n° 364 (juillet-août 2015).

 

Le numéro 364 (juillet/août 2015) du magazine Action est aujourd’hui épuisé. Vous pouvez télécharger gratuitement les 6 pages de ce banc d’essai (3,3 Mo) en cliquant sur le lien ci-dessous :
Action n°364 juillet-août 2015_pistolet Glock modèle 34 Gen4 9Para

Ne manquez plus rien de votre passion !

Rechargez et visez juste !

Un e-mail par mois, dans lequel nous réglons la visée sur des essais d’arme de légende, moderne ou ancienne, des guides pratiques et bien plus ! 

Cartouche garantie sans spam ni défaillance de tir !

Partagez votre expérience à la communauté !

Un avis, une question ou encore une expérience particulière ? Dites nous en plus dans l’espace des commentaires ci-dessous !

90 réflexions sur “Pistolet Glock modèle 34 Gen4 / calibre 9 mm Parabellum”

  1. Bonjour Jean et Michel

    J’ai cru remarquer une ouverture sur le haut de la culasse juste devant le point de mir , à t’elle une fonction particulière ?

    et encore merci pour vos commentaires avisés.

    1. Michel Bottreau

      Il suffit de lire le texte : glissière allongée afin d’offrir une plus longue ligne de mire, largement ajourée dans sa partie supérieure dans le but d’alléger l’arme et d’améliorer le refroidissement du canon lors de séquences de tir rapide.

  2. Jarod Macor

    Merci pour ce banc d’essai messieurs, très instructif.

    Ah … du Glock que ça fait du bien !

    Lorsque je vois les groupements de Jean, je me dis que soit il est né avec un Glock dans la main, soit c’est un extraterrestre, et attention, je dis bien attention …, si Jean continue à faire des meilleurs groupements en essai dynamique que Michel en essai statique, c’est plus possible, il faudra je pense l’interdire du pas de tir !

    Encore merci à vous deux.

    1. En réponse pour Jarod Macor : Si je groupe, c’est parce que je m’applique pour vous, afin de vous faire découvrir les plus et les moins des armes testées et pas seulement avec le Glock : il faut regarder les autres vidéos. Mais ce n’est pas inné, cela m’a demandé beaucoup d’entraînement pour arriver à ce niveau.
      Bons tirs « appliqués »… et merci pour la casquette.
      Jean (peut être né avec un Glock dans la main).

    2. Jarod Macor

      Il est clair que l’on arrive pas à ce type de groupement sans un entraînement intensif, mais sans aucune flatterie de ma part, prendre quelque soit l’arme « out of the box » et faire ce résultat …, les tireurs qui en sont capables, ne se compte même pas sur les doigts d’un main !

      Merci pour votre message, c’est un grand plaisir pour moi de vous voir en forme sur le pas de tir Jean avec votre ami Michel, continuez longtemps à nous faire plaisir; à nous instruire et à nous faire partager votre passion.

      En attendant, je vais continuer à m’appliquer au tir …

  3. Bonjour Jean et Michel.

    Bon boulot pour votre vidéo, intéressant comme d’habitude.

    J’aurai souhaité que Jean développe davantage sur le saturnisme (intoxication au plomb).

    J’ai toutefois une question plutôt anecdotique.

    Dans votre ‘carrière’ de testeur d’arme à feu, quel est selon vous (sur appui ou pas forcément), le(s) pistolet(s) (9x19mm) qui a été en moyenne le(s) plus précis ? (moyenne générale, pas sur une munition particulière)

    1. Michel Bottreau

      En ce qui concerne le saturnisme, ni Jean ni moi n’avons les compétences médicales exigées pour développer un tel sujet. Mais c’est une très bonne question. Je me suis intéressé depuis longtemps aux risques d’intoxication au plomb, surtout dans le cadre où le tireur coule lui-même ses projectiles. C’est pourquoi j’avais fait éditer, en partenariat avec un médecin qui était lui-même tireur, un article dont je vous conseille la lecture puisque ce sujet est toujours d’actualité :
      – « Tireurs et rechargeurs : Attention au plomb ! » par le Docteur Pierre Corson, publié dans le magazine Action Guns n° 226 (novembre 1999).

      En ce qui concerne le pistolet semi-automatique de calibre 9 mm Parabellum le plus précis que j’ai pu tester, en se basant sur l’écart maximum moyen calculé sur l’ensemble des 15 ou 20 groupements de 10 coups réalisés sur appui, trois armes sont à égalité et se partagent la tête du classement :
      – SPS Falcon Master à canon de 6 pouces
      – SIG P210/6 à canon de 4 pouces 2/3
      – SIG P226S X-Six à canon de 6 pouces

  4. Bravo à vous deux…

    Votre test sur le G34 est TRÈS intéressant et permet de constater beaucoup de chose.

    Le Glock 43 maintenant… Heheheeee…

    Plus sérieusement, merci.

  5. Bonjour à vous deux et merci pour cet essai.
    Une question toutefois sur la différence de précision en cible de deux modèles GLOCK, le 17 et le 19. Pour avoir pu manipuler les deux il a longtemps, j’ai préféré la prise en main du 19, mais est-il vraiment moins précis, intrinsèquement bien sur ?

    1. Michel Bottreau

      Je n’ai pas réalisé de banc d’essai du G19. Cependant, les quelques essais que j’ai pu faire avec cette arme ne m’ont pas permis de mettre en valeur une réelle perte de précision par rapport au G17.

  6. Merci pour cet essai !!!
    Je sais que Jean est un amateur des Glock. A ce titre il serait sympa à l’occasion que vous puissiez faire un test de la « carcasse » RONI2, pour avoir vos impressions à tous les deux.

    Bonne continuation 😉

    1. Michel Bottreau

      Nous avons déjà testé, avec le Glock 17 Gen4, la carcasse tactique « KPOS » de FAB Defense, qui doit être peu ou prou équivalente à la « Roni » de CAA Tactical. Ce banc d’essai a été publié dans le magazine Action Armes & Tir n°334 (juillet/août 2010).

    2. Merci MIchel !! Tu fais un super boulot avec un investissement de tous les instants.
      Un grand merci à Jean également ! Tireur de haut vol !! 😉

  7. Bonjour et merci pour ce nouvel essai complet et précis. Une question que je voulais vous poser depuis longtemps était sur le traitement thermique des armes de poing et du métal employé. Chez Glock la glissière est traité Ténifer, chez HK s’est un traitement dit de Nitruration, le tout avec de l’acier carbone. Beaucoup d’armes de poing sont en acier inox. D’autres armes ont un traitement de surfaces bronzé, d’autre encore au Cérakote etc…
    Je sais que la résistance à l’oxydation est importante, mais il a aussi la résistance à l’usure etc…d’où les nombreux traitement en usine. Personnellement je commence à me perdre. Pouvez vous m’éclairer sur ce sujet ou avez vous l’intention de faire un cour sur les traitements chimique et les aciers des armes ?

    Merci pour votre attention et encore bravo et merci pour vos essais.

    1. Michel Bottreau

      Non, je n’ai pas l’intention de faire un cours sur les aciers des armes et leurs différents traitements chimiques. Je n’ai pas les connaissances requises pour cela. Ce que j’en sais se limite à ce que chacun d’entre-nous peut apprendre en faisant quelques recherches sur Internet.
      Les noms que vous évoquez sont le plus souvent celui de marques déposées par des fabricants et peuvent parfois correspondre à des techniques peu ou prou identiques. Cerakote est une marque américaine qui recouvre des traitements céramiques. Le procédé QPQ (Quench Polish Quench), qui consiste en un traitement thermochimique appliqué en bains de sels combinant plusieurs opérations de nitrocarburation, d’arrêt en bain oxydant et de polissage mécanique, est connu sous le nom de Tenifer en Europe, Melonite aux USA et Tufftride en Asie et Grande-Bretagne. C’est l’entreprise allemande Durferrit qui est propriétaire de ces trois marques déposées.

  8. Bonjour,
    Merci pour cet essai très instructif. J’aurai maintenant aimé avoir votre avis, j’hésite entre le Glock17 et le HK45 et je voulais savoir celui que vous me recommanderiez au niveau de… non, je rigole, c’était juste pour vous taquiner 😉 Encore merci pour ces tests.
    J’ai récemment acheté le magazine Action pour la première fois et je reconnais que c’est un complément intéressant à vos vidéos.
    Bien à vous,
    Fx

  9. Encore un gros travail réalisé de votre part merci messieurs nos experts !! Et d’autant plus ravi de voir cet essai car je suis détenteur d’un glock 17 gen4 mais j’ai encore du travail à faire pour rivaliser avec les groupements en cible de Jean… En attendant de voir et de lire un nouvel essai , bon tir à tous bien sur !

  10. Je tenais juste à vous remercier tous les deux pour cet essai qui est, une fois de plus, de grande qualité.
    C’est toujours avec une grande joie que je découvre la sortie d’un nouveau banc d’essai!

    Merci à vous deux.
    Et Bon tir!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Essai armes icon
Retour en haut