Disparition d’un ami tireur : « Léon » Marc Mathis

C’était avant tout un as de la voltige !

Nous souhaitons rendre aujourd’hui hommage à notre ami « Léon » Marc Mathis, que nous appréciions tout particulièrement parce qu’il était à la fois un grand professionnel et quelqu’un qui savait manier l’humour et la dérision sans se prendre trop au sérieux.

Marc « Léon » Mathis et son Zlin 526, avec lequel on ne sait pas très bien s'il avait effectué plus d'heures de vol à l'endroit qu'à l'envers…

Marc « Léon » Mathis aux commandes de son Zlin 526.
Cet as du pilotage avait plus de mille six cents heures de voltige à son actif, mais personne ne sait s’il en avait effectué la majeure partie à l’endroit ou à l’envers…

Ancien commandant de bord, as de la voltige et grand amateur des avions de chasse de la Seconde Guerre mondiale avec lesquels il réalisait régulièrement des démonstrations lors des meetings aériens internationaux, il était également tireur et rechargeur. Vous avez pu le voir, au cours de l’une de nos vidéos (tournée en mai 2013), expliquer comment recharger rapidement une réplique de revolver Remington modèle 1858 de la guerre de Sécession.

Il s’est tué ce matin, 14 novembre 2015, près de l’aéroport de Strasbourg, au cours du vol d’essai d’un avion de loisir ultra-léger biplace expérimental qu’il effectuait pour la société alsacienne HKW-aero. Nous sommes très peinés par cette disparition qui éclaircit un peu plus encore les rangs de nos vieux camarades…

Marc « Léon » Mathis au commandes d'un Focke-Wulf Fw 190. Le 12 juin 2010, il avait miraculeusement survécu à un amerrissage à près de 250 km/h avec cet appareil, quand le moteur de l'avion avait lâché au cours d'une figure de voltige.

Marc « Léon » Mathis aux commandes d’un Focke-Wulf Fw 190. Le 12 juin 2010, il avait miraculeusement survécu à un crash à près de 250 km/h avec cet appareil. Il avait eu le réflexe de diriger l’avion vers la mer, pour éviter les habitations, quand le moteur avait lâché au cours d’une figure de voltige. C’était alors la douzième fois qu’il échappait à la mort lors d’un atterrissage en catastrophe…

Vous pouvez télécharger les fichiers :

HKW-aero_meeting_haguenau

Dernier adieu à notre ami Léon

Retrouvez des armes de catégorie B chez l'Armurerie Pascal.

"Vous avez aimé cet article ?
Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons Facebook, Twitter, Google + ci-dessous. Merci."

4 commentaires sur “Disparition d’un ami tireur : « Léon » Marc Mathis

Répondre à cam1990 Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. je viens de voir la vidéo sur le revolver à poudre noire, dur de savoir qu’il est dcd.
    pensée à sa famille et ses amis.
    laurent.

    • Oui, je le dis très franchement, il nous manque cruellement.

      • Bonjour monsieur Bottreau,

        Très dur, en effet, d’en apprendre toujours un peu plus, au fil du temps, sur cet homme hors du commun, qui fut sans doute le meilleur pilote de France, et qui, comme moi, fut un Alsacien passionné à la fois d’aviation et de tir.

        Qu’ai-je ignoré son existence avant sa disparition !

        Disparition qui aura de plus été occultée par les évènements de la veille que l’on sait, ainsi que par le déraillement d’un TGV, tuant 11 personnes et blessant 42 autres.

        Déraillement d’un TGV, lui aussi expérimental, survenu le jour même, et qui plus est, à deux pas…

        Accident lui aussi occulté par les attentats !

        Quel affreux Week-End !

        Cordialement

        • Oui, il y a des disparitions qui laissent un vide. Je pense à lui tous les lundis soir, quand on prend l’apéro avec les copains après la journée de tir. D’ailleurs maintenant, le plupart du temps, chacun rentre chez lui sans prendre l’apéro ! Son amitié et sa bonne humeur sont irremplaçables.