Carabine PPSh-41 / Calibre 7,62 mm Tokarev

Précurseur du fusil d’assaut AK-47, le pistolet-mitrailleur PPSh-41 est une arme robuste et rustique, immédiatement reconnaissable à son manchon de canon ajouré et, bien entendu, à son spectaculaire chargeur à grande capacité.

Précurseur du fusil d’assaut AK-47, le pistolet-mitrailleur PPSh-41 est une arme robuste et rustique, immédiatement reconnaissable à son manchon de canon ajouré et, bien entendu, à son spectaculaire chargeur à grande capacité.

Transformé en carabine semi-automatique accessible aux tireurs sportifs, le pistolet-mitrailleur soviétique PPSh-41, ancêtre du célèbre fusil d’assaut AK-47, a conservé les caractéristiques bien particulières qui ont contribué autrefois à sa renommée et qui font aujourd’hui son charme.

Le robuste tube en acier qui constitue le boîtier de culasse se prolonge, tout au long du canon, pour former à la fois un radiateur de refroidissement et un frein de bouche.

Le robuste tube en acier qui constitue le boîtier de culasse se prolonge, tout au long du canon, pour former à la fois un radiateur de refroidissement et un frein de bouche.

L’exemplaire qui nous est confié est daté de l’année 1944. Il s’agit donc d’une construction de guerre et on ne s’étonnera pas de voir de nombreuses traces d’outil, de même que des marquages appliqués à la va-vite. Mais rien de ce qui est essentiel n’a été négligé sur cette arme de fabrication rustique. A l’image, par exemple, de l’ajustage du chargeur qui est réalisé avec une précision exemplaire.

Se servir du chargeur comme d’une poignée était une pratique courante sur le PPSh-41, en raison de la solidité hors-pair de ce dernier et de son parfait ajustage sur l’arme.

Se servir du chargeur comme d’une poignée était une pratique courante sur le PPSh-41, en raison de la solidité hors-pair de ce dernier et de son parfait ajustage sur l’arme.

Une fois le canon basculé vers l’avant, la culasse et son système récupérateur peuvent être aisément extraits. On notera la présence d’un amortisseur de recul, constitué de bois aggloméré et de résine, qui reste rattaché au système récupérateur.

Une fois le canon basculé vers l’avant, la culasse et son système récupérateur peuvent être aisément extraits. On notera la présence d’un amortisseur de recul, constitué de bois aggloméré et de résine, qui reste rattaché au système récupérateur.

Première partie : présentation

Le remplissage du chargeur est un jeu d’enfant. Il suffit d’abaisser le fléau de verrouillage après avoir pressé avec le pouce l’axe central qui dépasse du côté opposé, puis d’extraire le couvercle. On bande le ressort à spirale en tournant de quelques tours le mécanisme à cliquet, puis on dépose les cartouches tout au long du couloir d’alimentation en forme de colimaçon.

Le remplissage du chargeur est un jeu d’enfant. Il suffit d’abaisser le fléau de verrouillage après avoir pressé avec le pouce l’axe central qui dépasse du côté opposé, puis d’extraire le couvercle. On bande le ressort à spirale en tournant de quelques quarts de tour le mécanisme à cliquet, puis on dépose les cartouches de calibre 7,62 Tokarev tout au long du couloir d’alimentation en forme de colimaçon.

Deuxième partie : tirs

La hausse en équerre offre, par basculement à 90 degrés, le choix entre deux crans de mire respectivement marqués 10 et 20, indications qui correspondent aux distances de 100 et 200 mètres.

La hausse en équerre offre, par basculement à 90 degrés, le choix entre deux crans de mire respectivement marqués 10 et 20, indications qui correspondent aux distances de 100 et 200 mètres.

action-n372_le-ppsh-41_petite

Le banc d’essai du PPSh-41 a été publié sur 6 pages dans le magazine Action n°372 (novembre-décembre 2016).

Retrouvez des armes de catégorie B chez l'Armurerie Pascal.

"Vous avez aimé cet article ?
Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons Facebook, Twitter, Google + ci-dessous. Merci."

35 commentaires sur “Carabine PPSh-41 / Calibre 7,62 mm Tokarev

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour Michel. Pensez vous possible d’essayer un jour le FM Chauchat Model 1915 en 8 millimètre lebel de l’infanterie Française ? Ce serait également intéressant d’un point de vue historique.

    • A priori, le test d’un F.M. Chauchat Model 1915 est exclu, en raison de la grande rareté de ce matériel. De plus, il était réputé pour être assez fragile, son chargeur en demi-lune entraînait fréquemment des enrayages et au tir il blessait la joue du tireur. Autant de raisons supplémentaires qui n’incitent pas à l’essayer.
      En revanche, il a été testé aux USA par d’heureux propriétaires de cette arme qui ne sont pas soumis aux mêmes tracasseries administratives que nous et vous devez pouvoir trouver leurs vidéos sur Internet.

      https://youtu.be/Dt25Wb09InM

      https://youtu.be/m7QootpiLPg

  2. Chapeau, très bien présenté ..

  3. En visionnant votre vidéo sur la ppsh41, j’ai trouvé cette petite arme très intéressante et j’en ai même acheté une, j »espère ne pas être déçu au tir…

    Merci pour vos vidéos….

    • Vous nous donnerez vos impressions…

    • Nous sommes deux, à notre stand de tir, à avoir acheté cette arme et c’est une arme très agréable au tir, mais sur les deux armes, c’est enrayages sur enrayage….impossible de tirer plus de 5 coups sans devoir arrêter le tir pour démontage…

      Après avoir essayé plusieurs munitions, je reste perplexe et un peu sur ma faim…

      Pourtant la vidéo m’avait fait une belle impression…

      • Je ne sais pas quoi vous dire. En ce qui nous concerne, nous n’avions pas rencontré le moindre problème avec l’arme qui nous avait été confiée. J’avais même été très agréablement surpris par la fiabilité irréprochable de cette arme, qualité que je ne pensais pas trouver sur un modèle doté d’un chargeur à grande capacité de type « camembert ». Mais il est vrai que nous n’avions utilisé, au cours de ce banc d’essai, que deux types de munitions, des 7,62 x 25 Tokarev à balle 85 grains FMJ manufacturées par Sellier & Bellot et des 7,63 x 25 Mauser que nous avions rechargées avec une balle Sierra 85 grains RN-SP poussée par 0,45 g de Ba9. Les deux permettaient de tirer des séries de dix coups sans aucun enrayage.

  4. les armes de poing ex URSS ont aussi pas mal de qualités , prix, fiabilité, disponibilité et efficacité. Envisagez vous dans vos prochains essais celui du pistolet Makarov que l’on retrouve de plus en plus sur les pas de tir des clubs ,tout mes vœux pour 2017 et longue vie à votre site Essai armes

  5. Toujours pas de prise de position sur l’EUGUNBAN ?

    • Nous considérons que prendre position n’est pas la vocation de notre site. Il existe des sites et des associations spécialisés dans la défense de tireurs, dont vous pouvez vous rapprocher.

      • On a besoin de personnes reconnues et charismatiques … a force de ne jamais se sentir concerné bientôt vous ne pourrez plus tester que des jouets … merci quand même.

  6. Bonjour,
    merci pour ce test d’une des icônes de la deuxièmes guerres mondiales et de soulignez et montrez les qualités des armes de cette époque côté russe à savoir rusticité, simplicité et surtout une fiabilité à toutes épreuves et l’on peut dire que cette spécificité est resté sur les armes produit de ce pays et d’autres pays de l’est de l’Europe. J’aimerai savoir si la version amélioré de cette arme le ppsh 43 qui à pour principale différence de n’avoir pas de fut en bois mais en métal et un chargeur uniquement droit est également trouvable ou bien plus rare que le ppsh41.
    En vous remerciant pour votre réponse

    • D’après ce que j’ai pu lire, le PPSh-41 a été produit à six millions d’exemplaires et le PPSh-43, qui en est une version simplifiée, à deux millions d’exemplaires. Ce ne sont donc pas ce qu’on pourrait appeler des armes rares ! Est-il facile d’en trouver ? C’est autre chose et je n’en sais fichtrement rien…

  7. bonjour
    bravo pour vos vidéos et essais
    pourriez nous montrer et expliquer comment régler le guidon du PPSH41 ??
    merci d’avance

  8. bonjour,

    tout d’abord bravo pour vos vidéos, très instructives et bien réalisées.
    toutefois j’ai en tête un sujet qui pourrait intéresser de nombreux chasseurs et tireurs dont les moyens sont limités.

    pourriez vous faire une comparaison entre les fusils de chasse turc de premier prix (hatsan, luger, huglu, et khan arms aussi vendu sous la marque meyson) afin de nous faire part de vos ressentis et conclusions sur ces armes.

    bien que je suis plus intéressé sur les semi auto, vos avis sur les fusil de chasses plus traditionnels seront précieux pour de nombreuses personnes.

    d’avance je vous remercie de l’attention que vous porterez a ma requête.

    bien cordialement

  9. Sacrée paire vous deux !!!!! On a tjrs beaucoup de plaisir à regarder vos vidéos et écouter vos commentaires . Donc une fois de plus bravo ….

    Envisagez vous un jour de faire un essai de la carabine Berretta CX4 STORM 9 MM. ?,?
    Je viens d’en acquérir une et j’en suis très satisfait
    mais j’aimerais bien avoir votre avis pour peut être
    en donner envie à d’éventuels acheteurs
    Merci pour votre réponse et à bientôt
    Toute ma considération

    • Cet essai n’est pas programmé pour l’instant, je ne peux donc rien affirmer au sujet d’un éventuel banc d’essai. Nous avons actuellement beaucoup de choses en cours…

  10. Bonjour
    A quand l’essais du Tokarev TT 33 , pour aller avec les essais du Mosin et du PPSH ?

    • Je le testerai avec plaisir, dès qu’un armurier m’en proposera un exemplaire en bon état. J’ai refusé celui qu’on m’avait proposé l’année dernière, parce qu’il était vraiment trop minable d’aspect…

  11. bonjour Messieurs
    essais  » arme historique »très intéressant ,la comparaison faite par Mr Gillet avec la Thompson est judicieuse. En ce qui concerne les armes russes, il est vrai qu’elle sont en général rustiques mais d’une redoutable efficacité et très fiables ce n’est pas pour rien que de nombreux kits existent pour « moderniser » les Mosin-Nagant et autres SKS dotés d’excellents canons , de même pour le pistolet Makarov , merci encore Mr Bottreau pour vos essais toujours précis et très bien commentés .

    • Merci à vous pour ce commentaire élogieux…

      • Bonjour,

        Je scrutais avec attention ce test à venir. J’avoue que je pensais le retrouver dans la catégorie « Armes anciennes ».

        C’est encore un plaisir de vous voir sur le terrain pour tester une telle arme : merci.

        A ce compte, je me répète : vous ne devriez pas douter de l’intérêt qu’un tireur sportif peut porter à vos séquences de test de précision.
        Pour cette arme, j’aurais visionné avec grand plaisir :
        * la méthode retenue pour tirer sur appui avec ce gros chargeur camembert (je suis convaincu qu’il y a eu une petite recherche pour trouver la bonne position),
        * (en option, pour le plaisir) la comparaison d’un groupement sur appui avec un groupement appui sur le chargeur en retenant les meilleurs munitions pour cette arme,
        * les manipulations avec le chargeur (démontage, alimentation).
        * le réglage de la dérive du guidon.

        S’il y a peut-être moins de vues sur cette séquence, c’est sans doute qu’elle n’est pas visionnée plusieurs fois comme peuvent l’être les tirs dynamiques où on regarde attentivement les gestes de Jean. Et, également, sans doute moins visionnée par ce ceux qui ne pratiquent pas le tir sportif et qui passent à côté des précieux enseignements que vous y dispensé.

        Cordialement,

        John.

        • Merci pour ce commentaire. Je vais y penser, pour essayer à l’avenir de donner le plus possible de renseignements utiles.
          Concernant le tir sur appui, le chargeur n’est finalement pas très gênant et je n’ai pas besoin de faire un test pour savoir qu’on obtiendrait exactement la même chose en s’appuyant sur le chargeur. A condition bien sûr de stabiliser l’arme correctement. C’est vrai que j’aurais dû montrer le démontage et le remplissage du chargeur, je ne l’ai pas fait faute de temps. Mais, croyez-moi, c’est vraiment très simple…

        • Vous avez tout à fait raison, en ce qui concerne ce PPSh-41, il serait effectivement plus logique de le placer dans la catégorie « armes anciennes ». Je vais rectifier son classement sur notre site. Merci pour cette remarque judicieuse.

  12. Bonjour messieurs toujours aussi agréable de vous suivre dans vos test
    Dans celui ci vous parlez de réessayer
    Des Baikal
    J’en est deux qu’il serait intéressant d’essayer
    Le ij18 en calibre 7,62x54r
    Et le mixte ij94 Taiga
    en 7,62x54r et cal12

  13. Bonjour à tous les deux,
    Merci pour cet essai.
    Une arme qui a l’air sympa à utiliser et qui ne manque pas de « charme » à mes yeux.
    J’attends avec impatience la sortie du prochain numéro d’Actions.
    Prenez bien soin de vous et à bientôt j’espère.
    Claude

  14. Bjr, très bel essai, les armes russes sont décidément toujours au top, pour recharger cette munition(7,63 mauser) vous avez mis 0,45G de BA 9, mais quelle est la réelle charge qu’il faut pour recharger cette munition en calibre 7,62 tokarev? Et avez vous une idée du prix de cette belle arme svp? Bonne continuation à vous deux…

    • Si on s’en tient aux tables qui sont éditées, c’est la charge maximale donnée par Alain Gheerbrant dans son Guide pratique du rechargement. René Malfatti donne une charge bien plus faible dans son Manuel du rechargement. Mais on voit bien, en tirant ces cartouches rechargées dans le PPSh-41, qu’on est bien en-dessous de la vitesse des munitions du commerce. C’est pourquoi je pense qu’on peut aller plus loin, peut être avec une autre poudre, mais cela demande bien sûr de la recherche et beaucoup de compétence.
      Cette arme, qui est vendue 599 € à l’armurerie Pascal, bénéficie à mon sens d’un excellent rapport qualité/prix.