Pistolet Ruger Mark IV Target inox / Calibre .22 Long Rifle

On notera, sur cette nouvelle version améliorée et simplifiée, la disparition de l’indicateur de chargement ainsi que celle du système de verrouillage anti-tiers intégré.
On notera, sur cette nouvelle version améliorée et simplifiée, la disparition de l’indicateur de chargement ainsi que celle du système de verrouillage anti-tiers intégré.

La nouvelle version Mark IV du célèbre pistolet semi-automatique de petit calibre produit par le fabricant américain Ruger se démarque radicalement des précédentes par le démontage instantané que lui procure désormais son bouton-poussoir de démontage « one-button takedown » situé à l’arrière de sa carcasse.

Cette arme est livrée dans une simple boîte en carton, accompagnée par deux chargeurs de dix coups. On notera l’étiquette en caoutchouc sur laquelle il est écrit « One Button Takedown ».
Cette arme est livrée dans une simple boîte en carton, accompagnée par deux chargeurs de dix coups. On notera l’étiquette en caoutchouc sur laquelle il est écrit « One Button Takedown ».

Ce pistolet d’une robustesse légendaire et d’une précision en cible irréprochable, qui était incontestablement l’un des meilleurs de sa catégorie, souffrait d’un démontage particulièrement délicat et complexe. Disons clairement les choses : il était la lanterne rouge en la matière. Grâce à cette ingénieuse modification, son fabricant vient de réaliser l’exploit de le hisser de la dernière à la première place, en faisant de lui le pistolet le plus rapide et le plus facile du monde à démonter !

Hormis son nouveau système de démontage, le Ruger Mark IV bénéficie d’un levier arrêtoir de culasse élargi et d’un levier de sûreté ambidextre.
Hormis son nouveau système de démontage, le Ruger Mark IV bénéficie d’un levier arrêtoir de culasse élargi et d’un levier de sûreté ambidextre.

Aucune modification n’ayant été apportée au niveau du canon, de la détente et des éléments de visée, un essai de ce nouveau modèle ne se justifiait pas et nous invitons le lecteur à se reporter au banc d’essai très complet du Ruger Mark III Target que nous avions réalisé précédemment.

La dépose du canon et de la culasse, qui s’effectue de façon instantanée, autorise désormais l’utilisateur à réaliser un nettoyage rigoureux de son arme chaque fois qu’il le jugera nécessaire.
La dépose du canon et de la culasse, qui s’effectue de façon instantanée, autorise désormais l’utilisateur à réaliser un nettoyage rigoureux de son arme chaque fois qu’il le jugera nécessaire.

Vidéo :

L’assemblage sur la carcasse de l’ensemble formé par le boîtier de culasse dans lequel est vissé le canon s’effectue au moyen d’un système à crochets. Le premier prend appui sur un axe transversal situé à l’avant de la carcasse, tandis que le second est verrouillé par le bouton de démontage placé à l’arrière.
L’assemblage sur la carcasse de l’ensemble formé par le boîtier de culasse dans lequel est vissé le canon s’effectue au moyen d’un système à crochets. Le premier prend appui sur un axe transversal situé à l’avant de la carcasse, tandis que le second est verrouillé par le bouton de démontage placé à l’arrière.
Vue en gros plan de la partie antérieure de ce système d’assemblage.
Vue en gros plan de la partie antérieure de ce système d’assemblage.

Ne manquez plus rien de votre passion !

Rechargez et visez juste !

Un e-mail par mois, dans lequel nous réglons la visée sur des essais d’arme de légende, moderne ou ancienne, des guides pratiques et bien plus ! 

Cartouche garantie sans spam ni défaillance de tir !

Partagez votre expérience à la communauté !

Un avis, une question ou encore une expérience particulière ? Dites nous en plus dans l’espace des commentaires ci-dessous !

89 réflexions sur “Pistolet Ruger Mark IV Target inox / Calibre .22 Long Rifle”

  1. MEUNIER Daniel

    Bonjour Michel,
    Je vous l’avais bien dit, dès que l’on aborde ce thème c’est le flou artistique ! Avec un Glock on peut mais avec un autre flingue c’est pas sûr… et bien pourquoi ? (chiant le mec), comment le vide pourrait il abîmer un percuteur ou une autre pièce ? Je n’ai pas l’intention de percuter à vide souvent mais juste après nettoyage et graissage de l’arme. Devant toutes ces réponses incertaines je vais acheter des douilles amortisseurs.
    Bien cordialement.
    Daniel.

    1. Michel Bottreau

      Percuter à vide, c’est une simple expression. En fait, si la pointe du percuteur ne rencontre que le vide, le corps du percuteur vient en butée contre le logement dans lequel il coulisse. Du fait que la pointe du percuteur n’est pas amortie par la déformation du métal mou de l’amorce, ce choc entre deux pièces d’acier dur peut, à la longue, être préjudiciable pour le mécanisme.

  2. MEUNIER Daniel

    Bonjour Michel,
    J’ai une question d’ordre général à laquelle je ne trouve pas de réponse claire même sur les divers forums:
    Peut on percuter à vide sans risque d’abîmer quoi que se soit avec une arme de poing à percussion centrale ? J’ai un Glock 19 et un Tanfoglio Limited Custom.
    Merci beaucoup de votre réponse.
    Cordialement.
    Daniel.

    1. Michel Bottreau

      Avec un Glock, percuter à vide est obligatoire lors du démontage et ne pose aucun problème. Si la plupart des armes modernes à percussion centrale permettent de le faire sans risque de casse, je ne conseillerai pas pour ma part de percuter à vide trop souvent et sans raison, je n’en vois d’ailleurs pas l’intérêt.

  3. Bonjour Michel,
    Merci pour cette revue (et les autres bancs d’essais !). J’aimerais bénéficier de votre avis éclairé.
    Je viens d’acquérir le Ruger Mark IV Target Inox. Magnifique arme mais j’ai des problèmes d’ejection/extraction 4 fois sur 5 (je ne termine mon chargeur de 10 qu’une fois sur 5) !
    J’ai testé avec des munitions SK Standard plus et des RWS. Est ce que cela vous parait normal ? Y’a-t-il une phase de rodage sur ce type de pistolet ? Faut-il que je parte à la chasse à la bonne munition ? Prendriez vous immédiatement contact avec l’armurerie pour un retour. Plutôt habitué à des PA en 9mm de type Glock sans avoir jamais eu le moindre incident de tir, je suis un peu surpris. Merci par avance

    1. Michel Bottreau

      Si j’avais ce problème, je commencerai par vérifier que l’arme n’est pas encrassée et qu’elle est suffisamment lubrifiée. Ensuite, j’essaierai des munitions plus puissantes, comme les CCI Mini-Mag ou les CCI Blazer. Si l’arme fonctionne correctement uniquement avec des munitions puissantes et que le problème persiste avec, par exemple, les CCI Vitesse Standard, qui fonctionnent en principe très bien dans les PA, je reporterai le pistolet chez l’armurier qui me l’a vendu.

    2. Merci beaucoup Michel pour le conseil.
      Je vais tester cette semaine avec des CCI standards et mini mag.

      Meilleures salutations

  4. Bonjour

    Je viens de recevoir le mien.
    Le démontage est fantastique de simplicité.

    Par contre le packaging est plutôt cheap.

    Une simple boîte en carton !!

    Ruger aurait pu faire un petit effort, une housse, un nécessaire de nettoyage et un rail.

    C’est quand même une arme à presque 1000 euros.

  5. Jean-Claude Canillot

    Merci pour cette présentation Michel.
    Effectivement, une arme fort intéressante et… très belle !

  6. CASTELA Roland.

    Bonsoir Michel. Et bien, je suis « scotché » par la simplicité du démontage ! Pout tout dire, à la fin des années 80,j’avais acheté ce pistolet,version bronzé, je pense le mark 3 ou 2,je ne me rappelle plus exactement. C’est vrai que c’était « la merde » pour le démontage. Au début, j’avais beaucoup « galéré » pour maitriser ce système.De plus, sur le mien, la vis qui tient le guidon avait tendance a se desserrer et de ce fait ,ce dernier se baladait exagérément nuisant à la précision en cible. Mais là….c’est autre chose et j’ai bien envie d’en acquérir un autre.765 Euros, la version bronzé, chez mon armurier « bien aimé » .Je trouve ce prix très correct. Michel, pouvez vous m’indiquer quand, l’article dans la revue ACTION sur ce RUGER Mark 4,sortira ?
    Merci encore pour cette vidéo.
    Cordialement.

    1. Michel Bottreau

      En fait, je ne sais pas encore si je vais écrire un article étant donné qu’il s’agit d’une simple présentation et non d’un banc d’essai.

  7. Bonjour,

    Savez-vous où il serait possible de trouver les plaquettes en bois « cocobolo » du Mark 4 Hunter afin de les mettre sur le Mark 4 Target ?

    J’ai pensé à l’importateur, mais il ne les a pas à son catalogue malheureusement.

    1. Michel Bottreau

      Si l’importateur ne les a pas, je ne sais pas quoi vous conseiller, à part de faire des recherches sur Internet…

  8. LELEU Bertrand

    J’ai revu la vidéo du démontage du MK3, c’est le jour et la nuit! Pourquoi ne pas l’avoir fait plus tôt? C’était le seul défaut des Ruger, pour le poids, les modèles lite ou 45 vont suivre, je présume.

    1. Michel Bottreau

      Oui, les modèles 22/45 LITE munis de ce système de démontage sont effectivement prévus, mais il faudra sans doute être patients…

    2. Et il est déjà marqué « En cours d’approvisionnement » dans certaines armureries sur le Web…

    3. Michel Bottreau

      Oui, ils ne sont jamais en retard pour la publicité !
      Il en va tout autrement pour la disponibilité…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Essai armes icon
Retour en haut