Pistolet semi-automatique Glock modèle G44 / Calibre .22 Long Rifle

Le G44, accompagné ici par son chargeur de secours alimenté avec des munitions CCI « Clean .22 » dont le projectile « Pink Round Nose » est revêtu d’une fine couche de polymère destinée à éviter l’emplombage du canon.

Le G44, accompagné ici par son chargeur de secours alimenté avec des munitions CCI « Clean .22 » dont le projectile « Pink Round Nose » est revêtu d’une fine couche de polymère destinée à éviter l’emplombage du canon.

Les amateurs de Glock, qui désespéraient de voir un jour commercialisé le pistolet autrichien en petit calibre à percussion annulaire, sont enfin récompensés de leur longue attente. Il existait bien sûr des ersatz et nous avions notamment testé les pistolets ISSC M22, des copies du pistolet autrichien chambrées en calibre .22 Long Rifle, ainsi que la conversion Tactical Solutions TSG-22, permettant de passer de la percussion centrale à la percussion annulaire. Il ne s’agissait toutefois que de pis-aller au regard des inconditionnels de la marque, lesquels ne cessaient de réclamer au fabricant le lancement d’un modèle chambré en petit calibre. La gestation aura été particulièrement longue, mais c’est aujourd’hui chose faite puisque le G44 est disponible chez les armuriers.

Les indications concernant le fabricant, le pays d’origine, le modèle et le calibre sont moulées dans le polymère de la culasse à glissière.

Les indications concernant le fabricant, le pays d’origine, le modèle et le calibre sont moulées dans le polymère de la culasse à glissière.

Le G44 présente une silhouette et des dimensions identiques à celles du G19, avec lequel il partage les accessoires et les holsters.

Le G44 présente une silhouette et des dimensions identiques à celles du G19, avec lequel il partage les accessoires et les holsters.

Son concepteur n’a pas fait les choses à moitié et les tireurs qui possèdent un Glock chambré en gros calibre ne seront nullement dépaysés quand ils le prendront en main. Le G44 reprend avec une grande exactitude l’apparence et les dimensions du G19, le modèle compact chambré en calibre 9 mm Parabellum. Il est doté de la carcasse en polymère qui a fait l’originalité et le succès de tous les pistolets Glock depuis le lancement du premier modèle, le G17, au tout début des années 1980. Mais la parenté ne s’arrête pas là. Il hérite de la fameuse platine « Safe Action » dont le percuteur n’est que partiellement armé, un mécanisme hybride qui se situe à mi-chemin entre la simple et la double action. Il bénéficie d’une hausse réglable, laquelle présente d’ailleurs une amélioration remarquable par rapport à celle qui était installée d’origine sur certains modèles de gros calibre et pouvait, en option, équiper les autres. Enfin, cerise sur le gâteau, il bénéficie d’une innovation spectaculaire grâce à sa culasse hybride qui combine deux matériaux, l’acier et le polymère.

Pour alléger la culasse non calée de ce modèle à percussion annulaire, afin de réduire son inertie, le fabricant a innové en combinant deux matériaux : la partie basse, qui est soumise à des frottements et des contraintes, est en acier tandis que la partie haute est en polymère.

Pour alléger la culasse non calée de ce modèle à percussion annulaire, afin de réduire son inertie, le fabricant a innové en combinant deux matériaux : la partie basse, qui est soumise à des frottements et des contraintes, est en acier tandis que la partie haute est en polymère.

VIDEO – Glock modèle 44 calibre .22LR – 1ère partie : présentation

Alors que seule la partie centrale était mobile sur les hausses réglables installées jusqu’alors sur les pistolets Glock, le G44 bénéficie d’une hausse nettement améliorée, dotée d’une large visière pour faciliter l’alignement en site.

Alors que seule la partie centrale était mobile sur les hausses réglables installées jusqu’alors sur les pistolets Glock, le G44 bénéficie d’une hausse nettement améliorée, dotée d’une large visière pour faciliter l’alignement en site.

Le G44 hérite de la platine Safe Action qui a largement contribué au succès des pistolets Glock. Le fait que la queue de détente soit, comme ici, en position avancée implique que le mécanisme est obligatoirement armé.

Le G44 hérite de la platine Safe Action qui a largement contribué au succès des pistolets Glock. Le fait que la queue de détente soit, comme ici, en position avancée implique que le mécanisme est obligatoirement armé.

VIDEO – Glock modèle 44 calibre .22LR – 2ème partie : tirs sur cible C50

Le démontage s’effectue de façon instantanée, après avoir retiré le chargeur et désarmé le mécanisme en pressant la détente, à l’instar de tous les pistolets Glock à percussion centrale.

Le démontage s’effectue de façon instantanée, après avoir retiré le chargeur et désarmé le mécanisme en pressant la détente, à l’instar de tous les pistolets Glock à percussion centrale.

Le démontage sommaire de ce pistolet permet d’observer son système récupérateur télescopique constitué par deux ressorts hélicoïdaux imbriqués.

Le démontage sommaire de ce pistolet permet d’observer son système récupérateur télescopique constitué par deux ressorts hélicoïdaux imbriqués.

Une méthode simple et efficace pour faciliter le démontage du chargeur est enseignée par un tutoriel édité sur YouTube par la chaîne américaine « Guns & Accessories ».

VIDEO – Glock modèle 44 calibre .22LR – 3ème partie : tirs sur silhouette police

La poignée peut être adaptée à la morphologie de l’utilisateur grâce au dos additionnels livrés avec l’arme. En l’absence de dos, la poignée est en configuration « S » (Small).

La poignée peut être adaptée à la morphologie de l’utilisateur grâce au dos additionnels livrés avec l’arme. En l’absence de dos, la poignée est en configuration « S » (Small).

Les dos additionnels « M BT » et « L BT » procurent un allongement significatif du busc, qui prend l’aspect d’une queue de castor (en anglais « Beaver Tail », d’où l’abréviation BT).

Les dos additionnels « M BT » et « L BT » procurent un allongement significatif du busc, qui prend l’aspect d’une queue de castor (en anglais « Beaver Tail », d’où l’abréviation BT).

La façon de procéder pour installer sur la poignée l’un des quatre dos additionnels est enseignée par un tutoriel édité sur YouTube par la chaîne américaine « GlockStore ».

Le banc d’essai du pistolet Glock modèle G44 a été publié sur 6 pages dans le magazine Action n°393 (mai-juin 2020).

Le banc d’essai du pistolet Glock modèle G44 a été publié sur 6 pages
dans le magazine Action n°393 (mai-juin 2020).

Retrouvez des armes de catégorie B chez l'Armurerie Pascal.

"Vous avez aimé cet article ?
Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons Facebook, Twitter, Google + ci-dessous. Merci."

38 commentaires sur “Pistolet semi-automatique Glock modèle G44 / Calibre .22 Long Rifle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour Michel et Jean, je suis tireur depuis quelques années mais il y a un terme que je
    n’ai pas compris dans la vidéo, c’est quand Jean a un incident de tir et qu’il éloigne l’arme de sont visage pour manœuvrer le pistolet, pouvez vous me redire ce terme et me l’expliquer. Je vous remercie pour vos excellentes vidéos bonne continuation.

    • L’incident de tir venait du fait que la percussion s’est produite sur une douille vide non éjectée. Mais ça, Jean ne le savait pas. Il a pensé à une cartouche défectueuse et il a pris les précautions qui s’imposent quand le coup ne part pas, ceci afin de pallier le risque qu’il s’agisse d’un long feu. Ce terme « long feu » correspond à un départ différé sur une cartouche défectueuse. Dans ce cas, l’amorce enflamme la poudre mais l’explosion (terme impropre, il s’agit plutôt de la montée en pression) n’intervient que quelques dixièmes de seconde, voire plusieurs secondes après. C’est un incident assez fréquent avec les armes à poudre noire et il convient d’éviter que cet incident ne puisse se transformer en accident…

  2. Bonjour Michel et tout d’abord merci pour cette vidéo que j’attendais avec impatience (vous aviez eu la gentillesse de répondre en me précisant que cette arme serait essayée dans le magazine du mois de Mai, c’est fait, et ce malgré le covid, donc merci !).

    Actuellement tireur plutôt sportif en carabine (je possède une Anschutz 1710 D HB ainsi qu’un Mauser en 8×57), je souhaite varier les plaisirs et passer au pistolet.

    Après m’être renseigné, au travers vos vidéos mais aussi via des magazines et avis des membres de mon club, j’hésite entre 2 options opposées :

    -commencer au .22 (et ce G44 me semblait très prometteur, c’est pourquoi j’attendais votre avis avec impatience !)

    -passer directement au 9×19, auquel cas je m’orienterais directement vers un Sig Sauer P226 Xfive.

    Si le G44 semble imbattable au niveau du rapport qualité prix, j’ai peur que mon côté à rechercher la précision me fasse me lasser assez rapidement ; si l’arme ne tient pas le 10 d’une C50 à 25m notamment. Mon but étant d’acquérir une arme « durable » que j’utiliserai encore dans 10 ans, je ne veux pas me lasser au bout de 6 mois. Je recherche avant tout une bonne précision (je ne compte pas vider mon charger en 10s comme on peut le voir chez certains tireurs sur les pas de tirs et arroser « bêtement » une cible) et au vu des vidéos j’ai cru comprendre que aussi bien Jean que vous pensez que ça reste une arme très « loisirs » (se faire plaisir à tirer, faire du plicking) mais pas du point (ce qui n’est au demeurant pas un reproche, chacun sa façon d’apprécier le tir), or quand je tire, je vise toujours un 10, et pas question de se rapprocher pour y arriver, donc j’ai peur d’atteindre au bout de 6 mois les limites de cette arme et me lasser…

    D’au autre côté étant débutant en arme de poing (mais expérimenté en arme d’épaules, maîtrisant bien la psycho. du tir, la respiration, le lâcher…), j’ai peur de partir de très loin avec le sig, de mal maîtriser le recul, le poids de l’arme…

    D’où mon dilemme ; par ailleurs je recherche une arme avec un look d’armes, j’ai du mal avec les armes de purs match, à la mécanique parfaite mais à l’esthétique (raison pour laquelle j’exclu le ruger mk4 de ma liste, quand bien même il serait très précis)…

    Quel conseil auriez vous à me donner, plutôt .22, passer direct au 9×19 ? prendre un 9×19 moins lourd que le sig (un glock 17 par exemple pour commencer ?)

    Désolé d’avoir fait un tel pavé, mais ce choix me tiraille vraiment, et je ne voudrais pas prendre une mauvaise décision par manque de connaissances.

    Encore merci pour la vidéo et pour la mine d’or que constitue vos différents essais !

    Bons tirs !

    • Merci pour votre commentaire. Votre interrogation est légitime. Concernant le choix entre calibre .22 et gros calibre, je n’ai pas la réponse. Les joies sont différentes, mais pas moins intenses. Je dirais plutôt qu’ils sont complémentaires et qu’il serait dommage de se priver de l’un ou de l’autre. Concernant le choix du G44, nous avons clairement dit qu’il n’était pas destiné à faire du point à 25 mètres et vous risquez effectivement d’être rapidement déçu. Voyez plutôt du côté de Browning (Buckmark), Ruger (Mark IV, 22/45) ou Beretta (87 Target)…

      • Merci pour cette réponse rapide Michel !

        Comme je l’ai écris je ne souhaite pas un Ruger Mk4, ou autre Browning & Berreta uniquement sur des critères esthétiques (je recherche une arme ayant un look « moderne » et non pas compétition ; le vieux rêve d’avoir une arme à la mécanique parfaite mais ne ressemblant pas à une arme de compétition ; c’est d’ailleurs ce qui m’avait poussé à acquérir ma Anschutz 1710 D HB : action de compétition match 54, canon lourd, mais crosse typée chasse).

        J’avais aussi vu le Sig P220 en .22 qui me semblait parfait ; mais votre MAJ suite aux excellents essais concernant l’usure des chargeur m’a fait me réfracter concernant cette arme. A votre connaissance, Sig n’a toujours modifié ces chargeurs ? Il n’est pas possible d’en trouver avec une construction acier plutôt que polymères chez un fabricant d’accessoires ?

        En revanche, je n’avais pas songé à acquérir les 2 calibres, ce qui est loin d’être idiot (je n’ai pas de soucis de quotas).

        D’autant que vu le prix du G44, comparé à un sig X5, le surcoût de l’achat de cette seconde arme est faible (le G44 est à 20-25% du prix du sig) et pour une utilisation loisirs quelques fois par an en complément du Sig, et aussi pour la phase d’apprentissage au pistolet, (+ le coût des munitions) ce peut être une bonne idée à creuser effectivement !

        Merci encore pour votre réponse rapide et pertinente !

  3. Bonjour Messieurs,
    Enfin un essai très sympathique sur une arme que l’on n’attendait plus.
    Vu la standardisation extrême des pistolets Glock, est-il concevable, voire possible, de monter ce nouveau cran de mire réglable sur un modèle 19 (Gen. 4), lequel a les mêmes dimensions ?
    Prenez soin de vous deux.
    Cordialement .

    • Je n’ai pas expérimenté, mais la grande majorité des éléments sont parfaitement interchangeables et il serait très étonnant que ces éléments de visée ne le soient pas.

  4. Bonjour Michel,
    Un vrai plaisir de vous retrouver, vous et Jean, avec l’essai de ce glock 44 que j’achèterai vraisemblablement. J’attends un glock 17 pour aller dans une crosse Kposs scout que j’ai achetée après avoir vu votre essai Kposs et l’enthousiasme communicatif de Jean. Je vous avais écrit à ce sujet pour vous faire un retour sur ce nouveau modèle de crosse mais impossible de faire l’essai de cette nouvelle crosse car mes autorisations déposées en décembre ne me sont pas encore revenues cause covid. J’ai rencontré au club un possesseur de cette scout et son retour est excellent.
    Je me suis abonné également à Action après votre convaincant plaidoyer en faveur des abonnements.
    Je rencontre un souci avec l’abonnement numérique de cibles que j’ai également pris et si vous aviez un contact chez eux, je le prendrai avec plaisir. Impossible de joindre la revue Crépin Leblond que ce soit par mail ou téléphone et je suis très étonné de ce manque de suivi commercial avec un abonné.
    A très bientôt j’espère, en vidéo avec vous deux.

    • Heureux de vous compter parmi nos lecteurs. Cela fait plusieurs années que, faute de temps, je n’écris plus pour le magazine Cibles. Toutefois, je suis toujours en contact avec le rédacteur en chef de ce magazine et je vais lui transmettre par mail votre requête.

  5. Je vais revisionner l’essai du RUGER SR 22…….
    A bientôt.

  6. Bonjour Michel. Bonjour Jean.
    Merci pour cette vidéo très instructive, comme d’habitude,d’ailleurs.
    Petit pistolet très intéressant pour le « plinking » et le tir de loisir.
    Je pense que ce glock G44 se trouve dans le même créneau d’utilisation que le RUGER SR 22 dont vous aviez fait l’essai, il y a quelques temps déjà, non ?
    Je sais que Jean a possédé ou possède encore le Ruger SR 22.
    Pourrions nous savoir vers lequel de ces deux armes, va sa préférence ?
    En tout cas, vous m’avez donné l’envie de faire une nouvelle demande de catégorie B1 pour l’acquérir surtout que le prix doit être raisonnable, du moins je le pense…..
    Cordialement.

  7. Bonjour,
    Je rejoins Michel De deyne pour dire que moi aussi j’aimerais voir la position des mains de Jean côté gauche !

  8. Bonjour, encore un essai de super qualité, merci à vous deux de nous apporter vos connaissances.

  9. je trouve le magazine ACTION dans aucun tabac?? c’est normal?, pas celui ci, mais le dernier non plus….!!!!

    • Le fait qu’il soit difficile de se procurer Action chez les marchands de journaux est un problème que nous avons déjà évoqué, qui existait bien avant le Coronavirus. Comme vous vous en doutez, les tireurs et les amateurs d’armes comptent parmi les minorités. De plus, tous n’achètent pas notre magazine. Du coup, ce dernier fait partie des revues spécialisées à très faible tirage. Même si les messageries n’envoyaient qu’un seul exemplaire à chaque point de vente (ce qui est d’ailleurs impossible, nous devons nécessairement en envoyer plusieurs) notre groupe de presse ne pourrait pas fournir, puisque le nombre des points de vente en France dépasse le nombre d’exemplaires imprimés ! C’est pourquoi la seule solution vraiment sûre pour se le procurer de façon régulière est de s’abonner…

      http://www.action-mag.com/

  10. Bonjour,

    Merci cette belle présentation. J’ai déjà vu ce Glock sur leur site et l’essai m’avait déjà impressionné.
    Juste pour infos concernant les CCI Pink, une partie des ventes va directement à une fondation de lutte contre le cancer du sein.
    La balle est recouverte d’une fine couche de polymère.

    • Merci pour ces précisions au sujet des CCI Pink. Elles ne m’avaient pas échappées. Je les ai mentionnées dans le texte publié dans le magazine.

  11. Bonjour à vous deux,
    Merci beaucoup pour cet essai, très intéressant.
    On attend avec impatience la sortie de la prochaine revue Action, surtout qu’en ce moment on a le temps de lire…
    Bon confinement, prenez bien soin de vous.
    A bientôt.
    Claude

  12. Encore une Fois,.. Merci a Jean & Michel pour Cette vidéo interesante du Glock G44, pour un Canon de 4 pouces ..S’est tres bien a 15 metres, .Évidemment c’est Jean..Qui tir !
    A ce propos.. Cella serait intéressant de déplacer la camera de l’autre coté.. Et de Pouvoir Voir ..Jean tirée de l’autre côté, Pour ainsi voire la positions de ses pouces sur l’arme !
    A savoir.. En ayant regardé la Quasis..Totalité des vidéos et des tirs Effectuées par Jean, j’ai beaucoup appris grace a vos video !
    Encore un grand merci pour toutes c’est vidéos réaliser par vous deux, cordialement Michel

  13. merci de votre partage ;o)
    • Quand vous annoncez le poids de l’arme vide, c’est avec ou sans le chargeur vide ?
    • dommage que le chargeur ne soit pas double pile, il y avait trèèès largement la place pour ce faire.

    bonne continuation et merci encore.

    • Je donne toujours le poids de l’arme équipée de son chargeur vide. Vous avez raison, je devrais sans doute le préciser. Pourquoi le fabricant s’est-il limité à dix coups ? Un emmagasinement sur deux piles imbriquées aurait-il posé des problèmes de fonctionnement ? Très franchement, je suis incapable de répondre à ces questions…

      • Il me semble que le bourrelet des cartouches à percussion annulaire est un problème pour les doubles piles contrairement aux cartouches sans bourrelet du 9 Para et 45 ACP

        • Vous avez raison et c’est peut-être effectivement pour cette raison que le fabricant a limité la capacité du chargeur à dix coups. Remarquons quand même qu’il était certainement possible d’emmagasiner quinze cartouches sur une simple pile. C’est ce qu’avait fait le fabricant tchèque CZ avec sa conversion Kadet destinée au pistolet modèle 75. Autant qu’il me souvienne, ces chargeurs de quinze coups fonctionnaient correctement. Quoi qu’il en soit, le fabricant a par la suite limité leur capacité à dix coups, mais je pense que c’était surtout pour répondre à la législation américaine.

  14. Encore merci pour cette dose de bonne humeur dans la morosité ambiante! Pour ce qui est du rapport précision longueur de canon, la plupart des 22lr de match ont des canons de 10cm mais leur ligne de mire est 2 fois plus longue, leurs instruments de visée plus adaptés et leur détente plus légère (1kg minimum). Ce n’est pas la longueur du canon qui compte mais l’ensemble de l’arme qui est conçu pour la précision. Prenez bien soin de vous. Cordialement.

    • C’est exact, la longueur du canon n’est pas le seul critère, ni même le critère déterminant dans la précision en cible.

  15. Merci pour cet essai !!
    Très bon boulot. Comme d’hab 😉

  16. bonjour a vous deux !!! comme d’habitude très bonne video, en effet une arme intéressante pour se faire plaisir a moindre coût, et surtout s’entraîner, même si on a pas la sensation du 9mm, moi qui possède un glock 19 gen 5, ça pourrait m’intéresser. merci encore a vous deux pour vos vidéo, et longue vie a votre site !!! Petite question: pensez-vous faire un essai du glock 48 rail noir ? bon confinement a vous deux !!!!

    • Les G43 et G48 sont des pistolets de calibre 9 mm Parabellum très plats en raison de leur chargeur à simple pile, ce qui en facilite le port mais limite leur capacité à 10 coups. Nous ne pouvons pas essayer tous les modèles du fabricant autrichien. Nous verrons si Jean pense qu’ils justifient un banc d’essai.