Fusil d’assaut Proarms Armory PAR Mk3 / calibre 5,56 mm OTAN

Le Proarms « PAR Mk3 » est ici muni d’un viseur optique Vortex « Viper » 1-4 x 24 (grossissement réglable de 1 à 4 fois, réticule lumineux rouge à intensité réglable) et accompagné par ses deux chargeurs (20 et 30 coups).

Le Proarms « PAR Mk3 » est ici muni d’un viseur optique Vortex « Viper » 1-4 x 24 (grossissement réglable de 1 à 4 fois, réticule lumineux rouge à intensité réglable) et accompagné par ses deux chargeurs (20 et 30 coups).

Le modèle « PAR Mk3 », de la firme tchèque Proarms Armory, reprend le concept et la plate-forme du célèbre fusil d’assaut AR-15, inventé en 1958 par l’Américain Eugene Stoner et adopté par l’U.S.Army en 1963 sous la dénomination M16.

Il s’agit ici de la version civile, semi-automatique, du PAR Mk3, diffusée en France par la société T.O.E. Arms. Son sélecteur ne comporte pas de position permettant le tir en rafale. Ce modèle, chambrée en calibre 5,56 x 45 OTAN (équivalant au .223 Remington américain), se démarque principalement par sa remarquable qualité de fabrication, son système d’emprunt de gaz indirect (PAR = Piston Advanced Rifle) et son canon aisément démontable sans outil. Nous avons testé ici un exemplaire que son canon court destine au combat rapproché plutôt qu’au tir de précision à longue distance.

 

Divertissement : quelques ralentis permettant de visualiser la flamme à la bouche

Le canon court dont est muni le modèle que nous avons testé favorise l’apparition d’une impressionnante flamme à la bouche, causée par la poudre dont une partie brûle à l’air libre. L’arme est dotée d’un frein de bouche qui est destiné à diminuer le relèvement, grâce à des évents ouverts vers le haut, mais n’a pas fonction de cache-flamme. L’éclair, que la vidéo permet parfois de saisir, a une durée très brève, de l’ordre du centième de seconde.

Le canon court dont est muni le modèle que nous avons testé favorise l’apparition d’une impressionnante flamme à la bouche, causée par la poudre dont une partie brûle à l’air libre. L’arme est dotée d’un frein de bouche qui est destiné à diminuer le relèvement, grâce à des évents ouverts vers le haut, mais n’a pas fonction de cache-flamme. L’éclair, que la vidéo permet parfois de saisir, a une durée très brève, de l’ordre du centième de seconde.

 

Première partie : tirs à 100 m

Nos tirs à 100 m ont été réalisés en équipant l’arme d’une lunette Vortex « Viper » 6-24 x 50, un modèle à grossissement réglable de 6 à 24 fois qui est en outre équipé d’un réticule lumineux.

Nos tirs à 100 m ont été réalisés en équipant l’arme d’une lunette Vortex « Viper » 6-24 x 50, un modèle à grossissement réglable de 6 à 24 fois qui est en outre équipé d’un réticule lumineux.

 

Deuxième partie : tirs dynamiques

Nos tirs dynamiques, à 20 et 45 m, ont été réalisés en équipant l’arme d’un viseur Vortex « Strike Fire », un modèle sans grossissement qui permet une acquisition rapide de la cible grâce à son point lumineux dont la couleur (rouge ou vert) et l’intensité sont réglables.

Nos tirs dynamiques, à 20 et 45 m, ont été réalisés en équipant l’arme d’un viseur Vortex « Strike Fire », un modèle sans grossissement qui permet une acquisition rapide de la cible grâce à son point lumineux dont la couleur (rouge ou vert) et l’intensité sont réglables.

 

Troisième partie : les viseurs optiques – démontage/remontage de l’arme

Bien qu’il en soit très étroitement dérivé, le PAR Mk3 se démarque radicalement du M16 par son canon et son système d’emprunt de gaz qui sont tous deux instantanément démontables. Le canon, réalisé par martelage à froid, est fabriqué par la firme allemande Lothar Walther. L’emprunt de gaz est réalisé au moyen d’un piston qui minimise l’encrassement, facilite le nettoyage et offre quatre positions de réglage.

Bien qu’il en soit très étroitement dérivé, le PAR Mk3 se démarque radicalement du M16 par son canon et son système d’emprunt de gaz qui sont tous deux instantanément démontables sans outil. Le canon, réalisé par martelage à froid, est fabriqué par la firme allemande Lothar Walther. L’emprunt de gaz déverrouille la culasse rotative au moyen d’un piston, système qui minimise l’encrassement, facilite le nettoyage et offre quatre positions de réglage.

Le banc d’essai du Proarms PAR MK3 a été publié sur 6 pages dans le magazine Action n° 360 (novembre/décembre 2014)

Le banc d’essai du Proarms PAR MK3 a été publié sur 6 pages
dans le magazine Action n° 360 (novembre/décembre 2014)

Carabine Brügger & Thomet APC9 (Advanced Police Carbine) / calibre 9 mm Parabellum

Dérivé du nouveau pistolet mitrailleur APC (Advanced Police Carbine) de la firme suisse Brügger & Thomet, ce modèle APC9 se présente comme une carabine semi-automatique à culasse non calée, alimentée par des chargeurs de 15 et 30 coups, dont la crosse est repliable et le canon doté d’une baïonnette permettant la fixation d’un silencieux de type HK MP5.

Dérivé du pistolet mitrailleur APC (Advanced Police Carbine) de la firme suisse Brügger & Thomet, ce modèle APC9 se présente comme une carabine semi-automatique à culasse non calée, alimentée par des chargeurs de 15 et 30 coups.
Il est livré avec un viseur Aimpoint Micro-TL, possède une crosse repliable et son canon est muni d’une baïonnette permettant la fixation d’un silencieux de type HK MP5.

Brügger & Thomet APC9 – 1ère partie : tests sur appui / démontage

Ce modèle atypique se situe à la croisée des chemins entre les armes de poing et les armes d'épaule.

Le B&T APC9 est un modèle atypique qui se situe à la croisée des chemins entre les armes de poing et les armes d’épaule.

Brügger & Thomet APC9 – 2ème partie : tests dynamiques

Le modérateur de son finlandais ASE UTRA se révèle très efficace, puisqu'il permet de tirer sans protection auditive, pour peu qu'on prenne soin de choisir des munitions subsoniques.

Le modérateur de son finlandais ASE UTRA se révèle très efficace, puisqu’il permet de tirer sans protection auditive, pour peu qu’on prenne soin de choisir des munitions subsoniques.

Brügger & Thomet APC9 – 3ème partie : tests avec silencieux

Le banc d’essai du Brügger & Thomet APC9 a été publié sur 8 pages dans le magazine Action Armes & Tir n°354 (novembre-décembre 2013)

Le banc d’essai du Brügger & Thomet APC9 a été publié sur 8 pages
dans le magazine Action Armes & Tir n°354 (novembre-décembre 2013)

Carabine Zastava M-90 SA / calibre .308 Winchester

La carabine M-90 SA constitue la version semi-automatique, chambrée en calibre .308 Winchester, du moderne fusil d’assaut M90 de calibre 5,56 x 45 NATO, une copie de l’AK-47 (kalashnikov) construite par la firme serbe Zastava Arms.

La carabine M-90 SA constitue la version semi-automatique, chambrée en calibre .308 Winchester, du moderne fusil d’assaut M90 de calibre 5,56 x 45 NATO, une copie de l’AK-47 (kalashnikov) construite par la firme serbe Zastava Arms.

Tir à 100 mètres en position couchée, en prenant soin d’écarter les jambes, de bien plaquer les pieds et le bassin au sol pour une parfaite stabilité, sans écraser le ventre de façon à pouvoir continuer à respirer sans difficulté. La crosse se révèle un peu trop courte et la bonnette qui équipe d’origine la lunette est trop étroite. Quant au bipied non réglable, ce n’est bien sûr qu’un pis-aller. Nos efforts conjugués (Jean et Michel) ne nous ont permis d’obtenir avec cette arme des résultats véritablement probants sur le plan de la précision.

Tir à 100 mètres en position couchée, en prenant soin d’écarter les jambes, de bien plaquer les pieds et le bassin au sol pour une parfaite stabilité, sans écraser le ventre de façon à pouvoir continuer à respirer sans difficulté. La crosse se révèle un peu trop courte et la bonnette qui équipe d’origine la lunette est trop étroite. Quant au bipied non réglable, ce n’est bien sûr qu’un pis-aller. Nos efforts conjugués (Jean et Michel) ne nous ont permis d’obtenir avec cette arme des résultats véritablement probants sur le plan de la précision.

 

Le banc d’essai de la carabine Zastava M90 SA a été publié sur 5 pages dans le magazine Action Armes & Tir n°341 (septembre-octobre 2012)

Le banc d’essai de la carabine Zastava M90 SA a été publié sur 5 pages dans le magazine Action Armes & Tir n°341 (septembre-octobre 2011)

 

Carabine Colt-Burgess 1883 / calibre .44-40

Cela ressemble à une Winchester, mais ce n’est pas une Winchester ! La carabine Burgess, dont la firme italienne Aldo Uberti nous propose la réplique, est un modèle atypique, réalisé par la maison Colt en 1883 dans le but de ravir à Winchester ses parts de marché.

Cela ressemble à une Winchester, mais ce n’est pas une Winchester ! La carabine Burgess, dont la firme italienne Aldo Uberti nous propose la réplique, est un modèle atypique, réalisé par la maison Colt en 1883 dans le but de ravir à Winchester ses parts de marché.

Légère et maniable, cette carabine est très agréable à utiliser sur le terrain. Son levier procure un mouvement fluide, permettant un réarmement rapide après chaque coup tiré. Avec un peu d’entrainement, il est possible de réarmer sans quitter des yeux la cible et la ligne de mire.

Légère et maniable, cette carabine est très agréable à utiliser sur le terrain. Son levier procure un mouvement fluide, permettant un réarmement rapide après chaque coup tiré. Avec un peu d’entrainement, il est possible de réarmer sans quitter des yeux la cible et la ligne de mire.

 

Le banc d’essai de la réplique de la carabine Colt-Burgess 1883 a été publié sur 7 pages dans le magazine Action Armes & Tir n°337 (janvier-février 2011)

Le banc d’essai de la réplique de la carabine Colt-Burgess 1883 a été publié sur 7 pages dans le magazine Action Armes & Tir n°337 (janvier-février 2011)

 

Carabine Marlin modèle 1895 SS « Co-Pilot » / calibre .45/70 Government

Cette carabine Marlin modèle 1895 SS a été habilement customisée par la firme « Wild West Guns », basée à Anchorage (Alaska), pour en faire un modèle de type « Take Down » (démontable), ce qui la rend particulièrement pratique et discrète à transporter. Son canon reçoit six évents (trois de chaque côté) destinés à réduire le relèvement au départ du coup. La carabine ainsi modifiée est baptisée « Co-Pilot » en référence à son utilisation comme arme de survie dans le cockpit des petits appareils qui survolent l’Alaska, état dont le territoire est trois fois plus vaste que la France.

Cette carabine Marlin modèle 1895 SS a été habilement customisée par la firme « Wild West Guns », basée à Anchorage (Alaska), pour en faire un modèle de type « Take Down » (démontable), ce qui la rend particulièrement pratique et discrète à transporter. Son canon reçoit six évents (trois de chaque côté) destinés à réduire le relèvement au départ du coup. La carabine ainsi modifiée est baptisée « Co-Pilot » en référence à son utilisation comme arme de survie dans le cockpit des petits appareils qui survolent l’Alaska, état dont le territoire est trois fois plus vaste que la France.

La carabine de survie Co-Pilot dispose d'une capacité de cinq coups, avec une cartouche dans la chambre et quatre dans le magasin tubulaire. Ces quatre grosses cartouches de calibre .45/70 Govt sont introduites par la portière de chargement située sur le côté droit du boîtier de culasse, en les poussant les unes à la suite des autres.

La carabine de survie Co-Pilot dispose d’une capacité de cinq coups, avec une cartouche dans la chambre et quatre dans le magasin tubulaire. Ces quatre grosses cartouches de calibre .45/70 Govt sont introduites par la portière de chargement située sur le côté droit du boîtier de culasse, en les poussant les unes à la suite des autres.

Courte et maniable, dotée d’un mécanisme à levier de sous-garde autorisant un maniement rapide sans désépauler l’arme, la Marlin Co-Pilot se révèle très agréable à utiliser sur le terrain.

Courte et maniable, dotée d’un mécanisme à levier de sous-garde autorisant un maniement rapide sans désépauler l’arme, la Marlin Co-Pilot se révèle très agréable à utiliser sur le terrain.

 

Le banc d’essai de la carabine Marlin Co-Pilot a été publié sur 9 pages dans le magazine Action Armes & Tir n°285 (mars 2005)

Le banc d’essai de la carabine Marlin Co-Pilot a été publié sur 9 pages
dans le magazine Action Armes & Tir n°285 (mars 2005)