Carabine Unique modèle « X51-Bis » / calibre .22 Long Rifle

Cette carabine Unique X51-Bis fabriquée en 1983 est équipée d'une lunette grossissante d'époque, de marque Weaver, modèle Marksman 3/4 pouce 4x (équivalent : 4 x 19).

Cet exemplaire de la carabine Unique X51-Bis fabriqué en 1983 est équipé ici d’une lunette grossissante d’époque, un modèle Marksman 3/4 pouce 4x (équivalent : 4 x 19) de la marque américaine Weaver.

La carabine Unique modèle « X51-Bis » de la Manufacture d’Armes des Pyrénées Françaises a longtemps été dans notre pays la carabine de petit calibre la plus diffusée, aussi bien pour le tir de loisir que pour l’initiation au tir sportif pouvant déboucher à terme sur la compétition.

Cette carabine semi-automatique, qui avait été lancée en 1964, fête cette année son demi-siècle d’existence. Elle était directement issue de la « X51 » de 1951, elle même très étroitement dérivée de la « V49 », qui avait été créée en 1938 mais dont la commercialisation n’avait débutée qu’après-guerre, en 1949.

 

Première partie : présentation

Cette carabine semi-automatique est alimentée par des chargeurs amovibles de 5 ou 10 coups.

Cette carabine semi-automatique est alimentée par des chargeurs amovibles de 5 ou 10 coups.

Deuxième partie : tirs avec et sans lunette – tirs avec silencieux

La carabine Unique X51-Bis est un modèle instantanément démontable : il suffit pour cela de desserrer la vis imperdable dont la tête, directement accessible sur le côté gauche du boîtier de culasse, se présente sous la forme d’un gros bouton moleté.

La carabine Unique X51-Bis est un modèle instantanément démontable : il suffit pour cela de desserrer la vis imperdable dont la tête, directement accessible sur le côté gauche du boîtier de culasse, se présente sous la forme d’un gros bouton moleté.

Troisième partie : Tirs de précision sur appui à 25 mètres et 50 mètres

Il suffit, après avoir désolidarisé les deux parties principales qui composent cette carabine, de retirer la culasse et l’ensemble récupérateur composé du ressort et de sa tige-guide. Cette arme est exclusivement construite en acier, exception faite pour la crosse et la longuesse qui sont en noyer.

Il suffit, après avoir désolidarisé les deux parties principales qui composent cette carabine, de retirer la culasse et l’ensemble récupérateur composé du ressort et de sa tige-guide. Cette arme est exclusivement construite en acier usiné dans la masse, exception faite pour la crosse et la longuesse qui sont en noyer.

Le banc d’essai de la carabine Unique modèle X51-Bis a été publié sur 5 pages dans le magazine Action n°391 (janvier-février 2020).

Le banc d’essai de la carabine Unique modèle X51-Bis a été publié sur 5 pages
dans le magazine Action n°391 (janvier-février 2020).

 

Vous pouvez, si vous le souhaitez, télécharger le mode d’emploi et la notice d’utilisation fournis à l’époque par le fabricant, en cliquant sur les fichiers ci-dessous : 

Unique X-51bis_document fabricant

Unique X-51bis_notice fabricant

Voici ci-dessous, par année, les numéros de série et les chiffres de production des carabines Unique X51-Bis :

1964 : 38573-42184 (2715)
1965 : 42581-47067 (2997)
1966 : 47068-51812 (3369)
1967 : 52573-57269 (3702)
1968 : 57270-62077 (3965)
1969 : 62344-69527 (5179)
1970 : 69528-76695 (5040)
1971 : 76696-83066 (4897)
1972 : 83343-89991 (5234)
1973 : 89992-95801 (5104)
1974 : 95852-103030 (5383)
1975 : 103131-110436 (5419)
1976 : 110667-116937 (4482)
1977 : 117038-123287 (3897)
1978 : 123438-129811 (4400)
1979 : 129912-135998 (4191)
1980 : 136231-142663 (4490)
1981 : 142765-147558 (3548)
1982 : 147610-154390 (4793)
1983 : 154566-162430 (4397)
1984 : 162862-169016 (4663)
1985 : 169464-174129 (2085)
1986 : 174673-176405 (900)
1987 : 176451-178801 (1079)
1988 : 178801-180683 (1482)
1989 : 180785-183067 (1308)
1990 : 183122-185293 (1435)
1991 : 185484-187248 (1095)
1992 : 187367-188779 (919)
1993 : 188780-189282 (100)
1994 : 189992-190088 (97)

Soit une production totale de 102.365 exemplaires.

Cette liste a été publiée dans le magazine Cibles N°353 (août 1999).

Fusil d’assaut Colt M 16 A1 / calibre .223 Remington (5,56 mm OTAN)

Le fusil d’assaut M 16 A1 se démarque par sa légèreté, due à l’emploi de matériaux modernes : alliage d’aluminium pour la boîte de culasse et les chargeurs ; matières plastiques à haute résistance pour le garde-main, la poignée pistolet et la crosse d’épaule. L’exemplaire que nous avons testé est ici entouré d’accessoires utilisés par les GI’s : casque, brelages et porte chargeurs.

Le fusil d’assaut M 16 A1 se démarque par sa légèreté, due à l’emploi de matériaux modernes : alliage d’aluminium pour la boîte de culasse et les chargeurs ; matières plastiques à haute résistance pour le garde-main, la poignée pistolet et la crosse d’épaule. L’exemplaire que nous avons testé est ici entouré d’accessoires utilisés par les GI’s : casque, bidon, brelages et porte chargeurs.

Digne successeur de la petite carabine U.S. M1, le fusil d’assaut Colt M 16 A1 (appellation armée américaine), également connu sous les dénominations AR-15 (appellation d’origine Armalite) et Mod. 613 (appellation commerciale COLT), constitue de l’avis de nombreux spécialistes l’arme la plus extraordinaire qui ait jamais été attribuée aux GI’s. Le recul étonnamment faible engendré par cette puissante munition de petit calibre rend le tir extrêmement confortable tandis que l’équilibre judicieux et la prise de visée très ouverte de l’œilleton privilégient le tir rapide instinctif.

Digne successeur de la petite carabine U.S. M1, le fusil d’assaut Colt M 16 A1, constitue de l’avis de nombreux spécialistes l’arme la plus extraordinaire qui ait jamais été attribuée aux GI’s.
Le recul étonnamment faible engendré par cette puissante munition de petit calibre rend le tir extrêmement confortable, tandis que l’équilibre judicieux et la prise de visée très ouverte de l’œilleton privilégient le tir rapide instinctif.

Petite collection de munitions de calibre .223 Remington (appellation américaine de notre calibre réglementaire 5,56 mm OTAN), de gauche à droite : trois cartouches à blanc (douille peinte en beige, nickelée, laiton) ; une « feuillette » pour propulser une grenade ; deux frangibles pour tir réduit ; une Simunition « Green-field » ; une Fiocchi pour le tir réduit ; une ordinaire civile ; une subsonique (pointe verte) ; une réglementaire SS109 OTAN ; une traçante (pointe rouge) ; une perforante (pointe noire).

Petite collection de munitions de calibre .223 Remington (appellation américaine de notre calibre réglementaire 5,56 mm OTAN), de gauche à droite : trois cartouches à blanc (douille peinte en beige, douille nickelée, douille en laiton) ; une « feuillette » pour propulser une grenade ; deux « frangibles » pour tir réduit ; une Simunition « Green-field » ; une Fiocchi pour le tir réduit ; une ordinaire civile ; une subsonique (pointe verte) ; une réglementaire SS109 OTAN ; une traçante (pointe rouge) ; une perforante (pointe noire).

 

Le banc d’essai du fusil d’assaut Colt M 16 A1 a été publié sur 8 pages dans le magazine Action Armes & Tir n°313 (octobre 2007)

Le banc d’essai du fusil d’assaut Colt M 16 A1 a été publié sur 8 pages
dans le magazine Action Armes & Tir n°313 (octobre 2007)

 

Carabine Mosin-Nagant modèle 1944 / Calibre .308 Norma Magnum

La carabine Mosin-Nagant modèle 1944 se démarque par la présence d'une baïonnette cruciforme rabattable. Réminiscence du passé, quand les armes étaient chargées par la bouche, une baguette de nettoyage est glissée dans le fût, sous le canon. Cette version « rechambrée » conserve intégralement son aspect et sa finition d'origine.

La carabine Mosin-Nagant modèle 1944 se démarque par la présence d’une baïonnette cruciforme rabattable. Réminiscence du passé, quand les armes étaient chargées par la bouche, une baguette de nettoyage est glissée dans le fût, sous le canon. Cette version « rechambrée » conserve intégralement son aspect et sa finition d’origine.

Fort heureusement pour les collectionneurs, les énormes stocks d’armes obsolètes qui encombrent les arsenaux militaires ne prennent pas toujours le chemin du marteau pilon. C’est notamment le cas des modèles réglementaires soviétiques du système Mosin-Nagant, le fusil 1891/30 et les carabines 1938 et 1944. Fabriqués en grand nombre, ils sont aujourd’hui couramment proposés, en bon état et à des prix très raisonnables, en version rechambrée en calibre civil.

Le banc d’essai de la carabine Mosin-Nagant modèle 1944 a été publié sur 4 pages dans le magazine Action Guns n°212 (juillet-août 1998).

Le banc d’essai de la carabine Mosin-Nagant modèle 1944 a été publié sur 4 pages
dans le magazine Action Guns n°212 (juillet-août 1998).

Fusil réglementaire MAS modèle 1936 rechambré / calibre .300 Savage

Le MAS (Manufacture d'Armes de St-Etienne) modèle 1936 est un fusil à répétition dont la construction sommaire doit être considérée comme un chef-d’œuvre de simplicité et de robustesse, qualités essentielles sur une arme militaire. Cet exemplaire rechambré en calibre civil, en l’occurrence le .300 Savage, permet l’utilisation des lames-chargeur réglementaires pour un approvisionnement rapide de son magasin.

Le MAS (Manufacture d’Armes de St-Etienne) modèle 1936 est un fusil à répétition dont la construction sommaire doit être considérée comme un chef-d’œuvre de simplicité et de robustesse, qualités essentielles sur une arme militaire.
Cet exemplaire rechambré en calibre civil, en l’occurrence le .300 Savage, permet l’utilisation des lames-chargeur réglementaires pour un approvisionnement rapide de son magasin.

Le banc d’essai du fusil réglementaire MAS 1936 rechambré en calibre civil a été publié sur 5 pages dans le magazine Cibles n°325 (avril 1997)

Le banc d’essai du fusil réglementaire MAS 1936 rechambré en calibre civil a été publié sur 5 pages
dans le magazine Cibles n°325 (avril 1997)

Le banc d’essai du fusil MAS 1936 rechambré en calibre .300 Savage ayant suscité un abondant courrier de lecteurs, il a été retenu deux lettres, concernant les éléments de visée, qui ont fait l’objet d’une publication dans le magazine Cibles n°336 (mars 1998)

Le banc d’essai du fusil MAS 1936 rechambré en calibre .300 Savage ayant suscité un abondant courrier de lecteurs, il a été retenu deux lettres, concernant les éléments de visée, qui ont fait l’objet d’une publication sur 3 pages dans le magazine Cibles n°336 (mars 1998)

 

 

Fusil d’entraînement Lee-Enfield N°2 Mark IV* / Calibre .22 Long Rifle

Ceux qui envisagent l’achat de ce fusil Lee-Enfield essentiellement pour le tir de loisir et non pas pour la collection n'auront pas à regretter leur choix ; sous un aspect rustique propre aux armes militaires, ce modèle d'entraînement constitue une carabine .22 Long Rifle de haute qualité, vendue à un prix très abordable.

Ceux qui envisagent l’achat de ce fusil Lee-Enfield essentiellement pour le tir de loisir et non pas pour la collection n’auront pas à regretter leur choix ; sous un aspect rustique propre aux armes militaires, ce modèle d’entraînement constitue une carabine .22 Long Rifle de haute qualité, vendue à un prix très abordable.

Le fusil d’entraînement Lee-Enfield No 2 Mark IV*, à un coup en calibre .22 Long Rifle, est adopté par les anglais en 1921. Il est réalisé sur la base du fusil court S.M.L.E. (Short Magazine Lee-Enfield) No 1 Mark III*. L’étoile qui suit le chiffre romain indique les modifications effectuées à partir de 1916, afin de simplifier la fabrication du No 1 Mark III de 1907.

La présence de ces boîtes de cartouches de calibre .22 Long Rifle semble tout à fait anachronique, tant il est vrai qu'extérieurement rien ne différencie le fusil d'entraînement du fusil de guerre.

La présence de ces boîtes de cartouches de calibre .22 Long Rifle semble tout à fait anachronique, tant il est vrai qu’extérieurement rien ne différencie le fusil d’entraînement du fusil de guerre.

25

La hausse à curseur du Lee-Enfield est un instrument de haute précision dont la qualité de réalisation est tout à fait remarquable. Elle ne comporte pas de réglage en dérive, ce dernier devant être effectué au niveau du guidon.

La hausse à curseur du Lee-Enfield est un instrument de haute précision dont la qualité de réalisation est tout à fait remarquable. Elle ne comporte pas de réglage en dérive, ce dernier devant être effectué au niveau du guidon.

Les différents marquages sur la crosse témoignent du passé militaire de cette arme, de sa mise en service comme No 1 Mk III* en 1943 à sa transformation en No 2 Mk IV* pour l'entraînement en 1946.

Les différents marquages sur la crosse témoignent du passé militaire de cette arme, de sa mise en service comme No 1 Mk III* en 1943 à sa transformation en No 2 Mk IV* pour l’entraînement en 1946.

Ces armes âgées d'un demi-siècle réclament un petit nettoyage, afin de les débarrasser de leur épaisse couche de graisse d'arsenal. Le démontage des parties en bois n'est pas indispensable, mais c'est une opération qui ne présente pas de grosses difficultés et permet de réaliser un travail soigné.

Ces armes âgées d’un demi-siècle réclament un petit nettoyage, afin de les débarrasser de leur épaisse couche de graisse d’arsenal. Le démontage des parties en bois n’est pas indispensable, mais c’est une opération qui ne présente pas de grosses difficultés et permet de réaliser un travail soigné.

Le banc d'essai du fusil d’entrainement Lee-Enfield N°2 Mark IV* a été publié sur 6 pages dans le magazine Action Guns n°158 (septembre 1993).

Le banc d’essai du fusil d’entrainement Lee-Enfield N°2 Mark IV* a été publié sur 6 pages
dans le magazine Action Guns n°158 (septembre 1993).