Carabine de cavalerie nordiste Smith (Pietta) / calibre .50

Utilisée par les troupes nordistes durant la guerre de Sécession, la carabine de cavalerie « Poultney & Trimble » système Smith présente la particularité de son chargement par la culasse.

La mise à feu s’effectue de façon classique, par percussion d’une capsule placée sur la cheminée, mais le chargement fait appel à une douille en laiton, contenant la balle et la charge de poudre noire, que l’on introduit directement dans la chambre grâce à la culasse « à brisure » dont cette arme est équipée.

La mise à feu s’effectue de façon classique, par percussion d’une capsule placée sur la cheminée, mais le chargement fait appel à une douille en laiton, contenant la balle et la charge de poudre noire, que l’on introduit directement dans la chambre grâce à la culasse « à brisure » dont cette arme est équipée.

La firme Pietta a réalisé une très belle réplique de cette carabine, dans sa version destinée à la cavalerie. Grâce à sa culasse « à brisure », cette réplique est facile et rapide à charger,  au moyen des douilles en laiton fournies par la fabricant italien, dans lesquelles sont introduites la charge de poudre et le projectile. 

Le banc d’essai de la réplique de carabine de cavalerie « Smith » a été publié sur 5 pages dans le magazine Action Guns n° 184 (janvier 1996).

Le banc d’essai de la réplique de carabine de cavalerie « Smith » a été publié sur 5 pages
dans le magazine Action Guns n° 184 (janvier 1996).

 

Poudre Noire : Les répliques disparues des catalogues

Répliques disparues_ouverture_small

Ces répliques, qui ne sont plus disponibles dans le commerce parce qu’il s’agit de modèles abandonnés par leur fabricant – quand il n’a pas cessé définitivement toute activité – entrent de plain-pied dans le domaine de la collection.

Diffusés par Palmetto et par Richland Arms Company, ces petits derringers "New Orleans" reproduisent assez fidèlement le minuscule pistolet de gousset "HERO" produit de 1868 à 1873 par la Manhattan Fire Arms company, puis l'American Tool Company dans le New Jersey.

Diffusés par Palmetto, puis par Richland Arms Company, ces petits derringers « New Orleans » reproduisent assez fidèlement le minuscule pistolet de gousset « HERO » produit aux Etats-Unis, de 1868 à 1873, par la Manhattan Fire Arms company, puis l’American Tool Company.

Précisons que ce dossier n’est nullement exhaustif. Des répliques dont la production a cessé de façon définitive, il y en a beaucoup d’autres. Nous pouvons citer, à titre d’exemple : la poivrière « Gold Rush » à six coups en calibre .22 produite par la firme espagnole Astra ; le très original pistolet monocoup « Tingle », ainsi que le modeste mais sympathique pistolet Black Watch Scottish, tous deux réalisés par la firme italienne Armi San Marco ; le petit derringer Sharps à quatre canons en calibre .22 Short, le double-derringer « Maverick » en calibre .45 Long Colt et le superbe pistolet à silex Murdoch, tous trois fabriqués par Aldo Uberti ; le pistolet « Duckfoot » (patte de canard) à trois canons de calibre .36 disposés en éventail commercialisé par la firme américaine Classic Arms ; le revolver Whitney fabriqué par Palmetto ; sans oublier les revolvers produits en Belgique par Centaure…

Cette originale réplique d'un pistolet de voyage était commercialisée par la Navy Arms Company sous la dénomination de "Snake Eyes" (yeux de serpent) en raison du dessin formé par la bouche de ses deux canons juxtaposés.

Cette originale réplique d’un pistolet de voyage était commercialisée aux USA par la Navy Arms Company, sous la dénomination de « Snake Eyes » (yeux de serpent) en raison du dessin formé par la bouche de ses deux canons juxtaposés.

Plus connue par ses produits d'entretien pour armes, la firme américaine Hoppe"s a commercialisé cette étonnante réplique du pistolet Single Shot Sidehammer Target fabriqué par Allen & Thurber aux alentours de 1850.

Plus connue pour ses produits d’entretien destinés aux armes à feu, la firme américaine Hoppe’s a commercialisé cette étonnante réplique du pistolet Single Shot Sidehammer Target fabriqué par Allen & Thurber aux alentours de 1850.

Hoppe's a également diffusé cette très intéressante réplique de la poivrière Worcester Single Action produite par Ethan Allen vers 1835.

Hoppe’s a également diffusé cette très intéressante réplique de la poivrière « Worcester Single Action » produite aux Etats-Unis par Ethan Allen vers 1835.

Le pistolet Rochatte modèle 1830, produit par l'italien Paolo Bondini, constitue une réplique particulièrement soignée d'une arme de tir fabriquée en France vers le milieu du XIXème siècle.

Le pistolet Rochatte modèle 1830, produit par l’italien Paolo Bondini, constitue une réplique particulièrement soignée d’une arme de tir fabriquée en France vers le milieu du XIXème siècle.

Le modèle Andrew Target du fabricant italien Palmetto ne constitue pas la réplique d'une arme ancienne, mais plutôt une adaptation moderne destinée au tir à la poudre noire.

Le modèle Andrew Target du fabricant italien Palmetto ne constitue pas la réplique d’une arme ancienne, mais plutôt une adaptation moderne destinée au tir à la poudre noire. Il est doté d’une poignée anatomique extrêmement bien réalisée.

Cet article ne serait pas complet si nous ne citions pas la « Classic Arms International Ltd », basée à Lynbrook, dans l’état de New York. Cette firme a standardisé la fabrication de façon étonnante, en produisant des modèles qui partagent un grand nombre d’éléments, à commencer par leur poignée taillée d’une seule pièce dans un bloc de noyer américain. Ces répliques portent le marquage « CMC PAT. PEND. » qui laisse à penser qu’elles ont été produites sous une licence accordée par la Colt Manufacturing Company. Elles ont été largement diffusées aux Etats-Unis, à partir des années 1970, par la maison Dixie Gun Works. Elles étaient notamment proposées sous la forme de kits, la grande facilité avec laquelle elles pouvaient être assemblées garantissant leur succès.

Le « New Orleans Ace » constitue la réplique d’un pistolet monocoup.

Le « New Orleans Ace » constitue la réplique d’un pistolet monocoup.

Dénommé « Elgin Cutlass », ce pistolet combine arme à feu et arme blanche grâce à l’imposante lame dont il est doté.

Dénommé « Elgin Cutlass », ce pistolet combine arme à feu et arme blanche grâce à l’imposante lame dont il est doté.

Baptisée « Duckfoot » (patte de canard), cette réplique dispose de trois canons simultanément mis à feu par une cheminée unique.

Baptisée « Duckfoot » (patte de canard), cette réplique d’un pistolet destiné à éviter les mutineries à bord des navires dispose de trois canons simultanément mis à feu par une cheminée unique.

Cette réplique de poivrière « Ethan Allen » dispose d’un mécanisme à double action, mais son faisceau de quatre canons doit être tourné manuellement après chaque coup.

Cette réplique de poivrière « Ethan Allen » dispose d’un mécanisme à double action, mais son faisceau de quatre canons doit être tourné manuellement après chaque coup.

Cet article consacré aux "Répliques disparues" a été publié sur 6 pages dans le magazine Gazette des Armes n°260 (novembre 1995).

Cet article consacré aux « Répliques disparues » a été publié sur 6 pages
dans le magazine Gazette des Armes n°260 (novembre 1995).

Le numéro 260 (novembre 1995) du magazine Gazette des Armes est aujourd’hui épuisé. Vous pouvez télécharger gratuitement les 6 pages de cet article consacré aux répliques disparues en cliquant sur le lien ci-dessous :
Gazette n°260 novembre 1995_Poudre Noire – Répliques disparues

Les Colt « Sheriff » en calibre .36

Les modèles Sheriff se démarquent du Colt 1851 par leur canon raccourci à la longueur de 5 pouces ; outre un aspect plus moderne et plus original, ce canon raccourci leur apporte une meilleure maniabilité.

Les modèles Sheriff se démarquent du Colt 1851 par leur canon raccourci à la longueur de 5 pouces ; outre un aspect plus moderne et plus original, ce canon raccourci leur apporte une meilleure maniabilité.

Munies d’un canon raccourci et parfois dotées d’un anneau de calotte, les répliques italiennes des revolvers Colt Navy 1851 deviennent des « Sheriff model ». Les deux exemplaires soumis à notre appréciation font partie de cette catégorie. Il s’agit de modèles bas de gamme, dont le bâti est en laiton et non en acier. Ils ne correspondent pas aux armes fabriqués par la maison Colt, ni à celles produites au XIXème siècle par les autres grandes firmes des états du nord comme New-York, le Connecticut, le Massachusetts ou la Pennsylvanie. Les seuls revolvers de ce type dotés d’une carcasse en laiton sont les rares copies de Colt réalisées par les petites manufactures sudistes durant la guerre de Sécession, comme « Griswold & Gunnison » en Georgie ou « Schneider & Glassick » dans le Tennessee. Si le laiton convient moins bien que l’acier à un usage intensif, il n’en offre pas moins une fiabilité amplement suffisante pour l’utilisation qu’en fera la grande majorité des amateurs. Il permet d’abaisser le prix de revient et procure à l’arme un aspect très décoratif.

Le banc d’essai des revolvers Colt « Sheriff » en calibre .36 a été publié sur 5 pages dans le magazine Action Guns n°179 (juillet-août 1995).

Le banc d’essai des revolvers Colt « Sheriff » en calibre .36 a été publié sur 5 pages
dans le magazine Action Guns n°179 (juillet-août 1995).

Les pistolets « Patriot » à silex et à percussion / calibre .45

Les mâchoires du chien en col de cygne du modèle à silex enserrent la pierre à feu enrobée d'une feuille de plomb pour en assurer la prise. Dans sa version à percussion, le canon reçoit une masselotte cylindrique porte-cheminée munie à son extrémité d'une vis pour faciliter le nettoyage interne.

Les mâchoires du chien en col de cygne du modèle à silex enserrent la pierre à feu enrobée d’une feuille de plomb pour en assurer la prise. Dans sa version à percussion, le canon reçoit une masselotte cylindrique porte-cheminée munie à son extrémité d’une vis pour faciliter le nettoyage interne.

Distribuées en France depuis plusieurs décennies, en kit ou en version assemblée, sous les marques « Jukar » et « Macris », puis sous le nom de leur fabricant ibérique « Ardesa », ces pistolets constituent des classiques incontournables pour tous les débutants. Si leur prix des plus abordables les relègue le plus souvent parmi les modèles considérés comme des « bas de gamme », ces répliques simples et bon marché gagnent à être connues…

Le banc d'essai des pistolets « Patriot » à silex et à percussion a été publié sur 5 pages dans le magazine Action Guns n° 178 (juin 1995).

Le banc d’essai des pistolets « Patriot » à silex et à percussion a été publié sur 5 pages
dans le magazine Action Guns n° 178 (juin 1995).

 

Revolver Remington New Model Army « Old Silver » / Calibre .44

Cette version bicolore du revolver remington New Model Army est entièrement gravée en rinceaux, polie blanc au niveau de la carcasse, bronze sur le canon, le barillet et les différentes pièces du mécanisme.

Cette version bicolore du revolver remington New Model Army est entièrement gravée en rinceaux, polie blanc au niveau de la carcasse, bronze sur le canon, le barillet et les différentes pièces du mécanisme.

Avec ses jolies gravures, sa finition bicolore et ses plaquettes de crosse en ivoirine (un matériau plastique dont la couleur imite l’ivoire de façon assez réaliste), cette réplique « Old Silver » de la firme italienne Pietta procure au Remington New Model Army un attrait supplémentaire.

Le banc d'essai du revolver Remington New Model Army « Old Silver » a été publié sur 4 pages dans le magazine Action Guns n° 177 (mai 1995).

Le banc d’essai du revolver Remington New Model Army « Old Silver » a été publié sur 4 pages
dans le magazine Action Guns n° 177 (mai 1995).