Pistolet de gendarmerie modèle an IX / calibre .60 (15,2 mm)

Cette belle réplique commémorative signée Davide Pedersoli est ici accompagnée des éléments permettant son rechargement : balles sphériques Hornady de calibre .575 et calepins Ox-Yoke en pur coton.

Cette belle réplique commémorative signée Davide Pedersoli est ici accompagnée des éléments permettant son rechargement : balles sphériques Hornady de calibre .575 et calepins Ox-Yoke en pur coton.

Le banc d’essai de la réplique du pistolet de gendarmerie modèle An IX a été publié sur 7 pages dans le magazine Action Armes & Tir n°338 (mars-avril 2011)

Le banc d’essai de la réplique du pistolet de gendarmerie modèle An IX a été publié sur 7 pages dans le magazine Action Armes & Tir n°338 (mars-avril 2011)

 

Pistolet an XIII (Davide Pedersoli) / calibre .69 (17,6 mm)

La réplique du pistolet an XIII, réalisée par le fabricant italien Davide Pedersoli, accompagnée ici de balles sphériques de calibre .675 (17,15 mm), en plomb martelé, fabriqués en Allemagne par Haendler & Natermann, de calepins « Black Powder N°1 », en pur coton pour calibre .62 à .69, fabriqués par Pedersoli, d’une poire à poudre en cuivre d’un modèle civil et d’une petite poire d’amorçage en laiton contenant le pulvérin (poudre noire fine PNF4 pour l’amorçage du bassinet).

La réplique du pistolet an XIII, réalisée par le fabricant italien Davide Pedersoli, accompagnée ici de balles sphériques de calibre .675 (17,15 mm), en plomb martelé, fabriqués en Allemagne par Haendler & Natermann, de calepins « Black Powder N°1 », en pur coton pour calibre .62 à .69, fabriqués par Pedersoli, d’une poire à poudre en cuivre d’un modèle civil et d’une petite poire d’amorçage en laiton contenant le pulvérin (poudre noire fine PNF4 pour l’amorçage du bassinet).

Cette très belle reproduction d’un pistolet réglementaire français utilisé durant les conquêtes du Premier empire se révèle particulièrement décorative, par l’élégance de sa silhouette et les contrastes que présentent entre elles les parties en métal blanc (acier), en métal jaune (laiton) et en bois richement veiné (noyer).

Cette très belle reproduction d’un pistolet réglementaire français utilisé durant les conquêtes du Premier empire se révèle particulièrement décorative, par l’élégance de sa silhouette et les contrastes que présentent entre elles les parties en métal blanc (acier), en métal jaune (laiton) et en bois richement veiné (noyer).

La poignée arrondie procure une prise en main confortable et amortit le recul en permettant à l’arme de se relever sans tordre le poignet. En l’absence de hausse et de guidon, la prise de visée ne peut être qu’approximative, et encore faut-il être capable de la conserver après l’inflammation de la poudre d’amorçage…

La poignée arrondie procure une prise en main confortable et amortit le recul en permettant à l’arme de se relever sans tordre le poignet. En l’absence de hausse et de guidon, la prise de visée ne peut être qu’approximative, et encore faut-il être capable de la conserver après l’inflammation de la poudre d’amorçage…

La platine telle qu’elle apparaît, sérieusement encrassée, à l’issue de la séance de tir. Un nettoyage s’impose sans tarder, les résidus de poudre noire brûlée étant très corrosifs.

La platine telle qu’elle apparaît, sérieusement encrassée, à l’issue de la séance de tir. Un nettoyage s’impose sans tarder, les résidus de poudre noire brûlée étant très corrosifs.

Cette réplique nous permet d’apprécier l’ingéniosité des armes militaires de cette époque, conçues pour en faciliter le démontage et l’entretien.

Cette réplique nous permet d’apprécier l’ingéniosité des armes militaires de cette époque, conçues pour en faciliter le démontage et l’entretien.

Le banc d’essai de la réplique du pistolet an XIII a été publié sur 6 pages dans le magazine Action Armes & Tir n°276 (mai 2004)

Le banc d’essai de la réplique du pistolet an XIII a été publié sur 6 pages
dans le magazine Action Armes & Tir n°276 (mai 2004)

 

 

 

 

 

 

La réplique du derringer Remington « Rider » / calibre .17

Une finition luxueuse, le pistolet étant gravé et présenté dans un petit coffret en noyer massif, est proposée uniquement en série spéciale au tirage très limitée (120 exemplaires pour la France).

Une finition luxueuse, le pistolet étant gravé et présenté dans un petit coffret en noyer massif, est proposée uniquement en série spéciale au tirage très limitée (120 exemplaires pour la France).

S’il constitue bien la réplique exacte d’un pistolet américain du XIXème siècle, ce derringer Remington « Rider » ne devrait logiquement pas être classé dans la catégorie des armes à poudre noire, pour la simple et bonne raison qu’il fonctionne sans poudre…

Ce pistolet dessiné par Joseph Rider en 1859 est un modèle de taille extrêmement réduite, pour ne pas dire miniaturisée. Sa réplique est proposée en deux versions, qui diffèrent uniquement par leur finition : jaspée ou nickelée.

Ce pistolet dessiné par Joseph Rider en 1859 est un modèle de taille extrêmement réduite, pour ne pas dire miniaturisée. Sa réplique est proposée en deux versions, qui diffèrent uniquement par leur finition : jaspée ou nickelée.

Spécifiquement destinée au tir réduit, la réplique de ce pistolet produite par Davide Pedersoli est strictement identique au modèle original autrefois fabriqué par Remington, à l’exception toutefois du matériau de construction. Elle est en effet réalisée en acier et proposée en deux finitions, jaspée ou nickelée, alors que le modèle original était coulé en bronze et recevait une finition argentée. Son aspect extérieur était donc très proche de celui de la réplique en version nickelée.

Le banc d’essai de la réplique du derringer Remington Rider a été publié sur 4 pages dans le magazine Action Guns n°248 (novembre 2001).

Le banc d’essai de la réplique du derringer Remington Rider a été publié sur 4 pages
dans le magazine Action Guns n°248 (novembre 2001).

Pistolet Harper’s Ferry modèle 1805 / Calibre .58

Si cette réplique est très proche du modèle original, les puristes ne manqueront pas de regretter que son fabricant italien l'ait munie d'un canon rayé.

Si cette réplique est très proche du modèle original, les puristes ne manqueront pas de regretter que son fabricant italien l’ait munie d’un canon rayé.

Les pistolets militaires fabriqués au début du XIXème siècle par la jeune nation américaine sont copiés sur les réglementaires français et le modèle 1805 n’échappe pas à cette règle. Il se démarque par une rare élégance et sa très belle reproduction produite par la fabricant italien Davide Pedersoli mérite l’attention de tous ceux que passionnent les armes et l’histoire de ce pays.

Adopté par les Etats-Unis en 1805 pour équiper la cavalerie, ce pistolet bénéficie d'une silhouette harmonieuse. L'arme est ici accompagnée par des balles sphériques en plomb doux, un pousse-balle et une poire à poudre.

Adopté par les Etats-Unis en 1805 pour équiper la cavalerie, ce pistolet bénéficie d’une silhouette harmonieuse. L’arme est ici accompagnée par des balles sphériques en plomb doux, un pousse-balle et une poire à poudre.

Le banc d’essai de la réplique du pistolet mu pistolet Harper's Ferry modèle 1805 a été publié sur 5 pages dans le magazine Action Guns n°221 (mai 1999).

Le banc d’essai de la réplique du pistolet Harper’s Ferry modèle 1805 a été publié sur 5 pages
dans le magazine Action Guns n°221 (mai 1999).

Pistolet « Buck Hunter » (Ardesa) / Calibre .50

Les deux versions du pistolet Buck Hunter, accompagnées d'une poire à poudre U-View (Thompson/Center) en plastique transparent et de Maxi-Bullets de calibre .504 (moule Pedersoli).

Les deux versions du pistolet Buck Hunter, accompagnées d’une poire à poudre U-View (Thompson/Center) en plastique transparent et de Maxi-Bullets de calibre .504 (moule Pedersoli).

Le pistolet « Buck Hunter » a été spécialement conçu à l’intention de ceux qui pratiquent, sur le vaste continent américain, la chasse au gros gibier avec des armes se chargeant par la bouche. Ses aptitudes à supporter les plus fortes doses de poudre noire sont telles qu’il peut rivaliser sans complexe avec les armes de poing modernes utilisant les cartouches métalliques et la poudre sans fumée.

Le Buck Hunter est proposé en version « classique », en acier bronzé noir et hêtre vernis semi-mat et en version « tous-temps », en acier sablé nickelé et bois plastifié noir mat.

Le Buck Hunter est proposé en version « classique », en acier bronzé noir et hêtre vernis semi-mat et en version « tous-temps », en acier sablé nickelé et bois plastifié noir mat.

Spécialement destinés à la chasse, les projectiles « Sabot » commercialisés par Hornady (armurerie Universal-Arms) se composent d'une balle blindée Hollow-Point de calibre .44, d'un poids de 240 ou 300 grains, accompagnée d'un godet en nylon de calibre .50.

Spécialement destinés à la chasse, les projectiles « Sabot » commercialisés par Hornady (armurerie Universal-Arms) se composent d’une balle blindée Hollow-Point de calibre .44, d’un poids de 240 ou 300 grains, accompagnée d’un godet en nylon de calibre .50.

Le banc d’essai du pistolet à poudre noire Buck Hunter a été publié sur 5 pages dans le magazine Action Guns n°216 (décembre 1998).

Le banc d’essai du pistolet à poudre noire Buck Hunter a été publié sur 5 pages
dans le magazine Action Guns n°216 (décembre 1998).