SYSTÈME TACTIQUE « KPOS-G2 » POUR GLOCK 17/19

Cette vue du pistolet Glock 17 équipé du KPOS-G2 en position repliée permet d’observer la remarquable compacité de cet ensemble.

Cette vue du pistolet Glock 17 équipé du KPOS-G2 en position repliée permet d’observer la remarquable compacité de cet ensemble.

Cette nouvelle vidéo vient en complément de notre banc d’essai du boîtier-crosse tactique KPOS, de la firme israélienne FAB Defense, que nous avions réalisé en avril 2016. Rappelons très brièvement que cet ensemble constitue un kit permettant de convertir une arme de poing, en l’occurrence un pistolet Glock G17 ou G19, en une arme d’épaule semi-automatique robuste, compacte et polyvalente.

Le KPOS-G2, équipé d’éléments de visée mécaniques repliables, d’une crosse d’épaule et d’une poignée antérieure repliables, est livré dans une très fonctionnelle mallette en cordura. Il est accompagné par un petit guide utilisateur, une clé hexagonale et une sangle tactique à un point d’accrochage.

Le KPOS-G2, équipé d’éléments de visée mécaniques repliables, d’une crosse d’épaule et d’une poignée antérieure repliables, est livré dans une très fonctionnelle mallette en cordura. Il est accompagné par un petit guide utilisateur, deux clés hexagonales (2,5 et 4 mm) et une sangle tactique à un point d’accrochage.

Nous ne disposions pas encore, au moment de ce précédent banc d’essai, du nouveau modèle dénommé KPOS-G2, sur lequel son fabricant a apporté plusieurs améliorations. Nous n’allons pas refaire de tests, puisque les fonctionnalités de ce nouveau modèle sont strictement les mêmes. En revanche, nous allons détailler ici les différences par rapport à l’ancien modèle, de façon à découvrir avec exactitude ce qu’apporte le KPOS-G2 et guider efficacement le choix des tireurs qui seront tentés par l’achat de cet accessoire.

 

Cette photo comparative antre l’ancien et le nouveau modèle (en-dessous) permet d’observer la différence de dimensionnement, le nouveau modèle étant allongé de 35 mm.

Cette photo comparative antre l’ancien et le nouveau modèle (en dessous) permet d’observer la différence de dimensionnement, le KPOS-G2 étant allongé de 35 mm.

Vidéo de présentation du KPOS-G2 :

Vue du pistolet Glock 17 équipé du KPOS-G2 en position dépliée. Nous avons équipé cet ensemble d’un viseur reflex et d’un désignateur laser (fixé sur le rail latéral droit). On notera la parfaite concordance (absolute co-witness) entre les éléments de visée mécaniques et le viseur holographique, la ligne de visée passant par le point lumineux.

Vue du pistolet Glock 17 équipé du KPOS-G2 en position dépliée. Nous avons équipé cet ensemble d’un viseur reflex et d’un désignateur laser (fixé sur le rail latéral droit). On notera la parfaite concordance (absolute co-witness) entre les éléments de visée mécaniques et le viseur holographique, la ligne de mire passant par le point lumineux.

 

Pistolet Beretta modèle « APX » / Calibre 9 mm Parabellum

Le pistolet Beretta APX est accompagné par son chargeur de secours, son outil d’aide au remplissage et deux boîtes de 50 cartouches Fiocchi à balle 123 grains FMJ, de la gamme « Classic Line » de ce fabricant italien.

Le pistolet Beretta APX est accompagné par son chargeur de secours, son outil d’aide au remplissage et deux boîtes de 50 cartouches Fiocchi à balle 123 grains FMJ, de la gamme « Classic Line » de ce fabricant italien.

Une nouveauté chez Beretta ne peut passer inaperçue. Ce modèle APX vise de toute évidence le marché des forces armées. Il est en effet prévu que l’US Army procède au remplacement de ses M9A1 (Beretta 92 A1) et le 92 A3 proposé par la firme italienne a semble-t-il d’ores et déjà été rejeté. Reste à savoir si ce nouveau pistolet pourra satisfaire au cahier des charges et devenir le modèle polyvalent (modular handgun) que les militaires attendent.

Le nom et le logo du fabricant italien sont gravés sur le côté gauche de la glissière, juste au-dessus du levier de démontage.

Le nom et le logo du fabricant italien sont gravés sur le côté gauche de la glissière, juste au-dessus du levier de démontage.

A l’image de la quasi-totalité des pistolets de dernière génération lancés par les grands fabricants, le Beretta APX ne peut raisonnablement pas cacher sa ressemblance avec le Glock auquel il emprunte sa carcasse en polymère, sa détente munie d’une pédale de sécurité et son mode de fonctionnement grâce à une platine de type « Striker-fired ». L’accent a été mis sur l’abaissement de la ligne de mire mais, là encore, l’élève ne peut raisonnablement pas dépasser le maître. Reste le design des rainures de préhension, qui se révèle efficace et constitue une réelle nouveauté sur le plan esthétique.

Cette vue de l’arme culasse ouverte permet d’observer la très faible proéminence de la commande ambidextre de son levier arrêtoir, apte à garantir qu’il ne sera pas actionné de façon involontaire au moment du recul.

Cette vue de l’arme culasse ouverte permet d’observer la très faible proéminence de la commande ambidextre de son levier arrêtoir, apte à garantir qu’il ne sera pas actionné de façon involontaire au moment du recul.

Première partie : présentation

Cette vue permet d’apercevoir, au travers de la fenêtre d’éjection, la cartouche encore retenue par les lèvres du chargeur, face à la rampe d’alimentation et prête à être chambrée.

Cette vue permet d’apercevoir, au travers de la fenêtre d’éjection, la cartouche encore retenue par les lèvres du chargeur, face à la rampe d’alimentation et prête à être chambrée.

Deuxième partie : tests dynamiques

Le bloc en acier contenant la platine peut être aisément désolidarisé de la carcasse en polymère, mais cette opération nécessite l’extraction du levier de démontage et d’une goupille transversale.

Le bloc en acier contenant la platine peut être aisément désolidarisé de la carcasse en polymère, mais cette opération nécessite l’extraction du levier de démontage et d’une goupille transversale.

 

Le banc d’essai du pistolet Beretta modèle APX a été publié sur 6 pages dans le magazine Action Guns n°372 (novembre-décembre 2016).

Le banc d’essai du pistolet Beretta modèle APX a été publié sur 6 pages
dans le magazine Action n°372 (novembre-décembre 2016).

Pistolet Walther modèle Q5 « Match » / Calibre 9 mm Parabellum

Le Walther Q5 Match, que nous avons testé en tirant sur des quilles de bowling placées à la distance de dix-neuf mètres, est accompagné ici par ses trois chargeurs de quinze coups et une boîte de cartouches Geco « Hexagon » à balle expansive de 124 grains.

Le Walther Q5 Match, que nous avons testé en tirant sur des quilles de bowling placées à la distance de dix-neuf mètres, est accompagné ici par ses trois chargeurs de quinze coups et une boîte de cartouches Geco « Hexagon » à balle expansive de 124 grains.

Lancée en 2015, cette version sportive du modèle PPQ M2 s’adresse tout particulièrement aux compétiteurs IPSC. Le nouveau Walther Q5 Match se démarque par sa culasse allongée en conformité avec son canon de 5 pouces, par sa glissière allégée au moyen des larges évents d’aération pratiqués dans sa partie antérieure, par son guidon intégrant une fibre optique de couleur rouge, par son système de platines interchangeables permettant de remplacer la hausse micrométrique LPA fournie avec l’arme par un viseur reflex à point rouge de l’une des cinq grandes marques (Trijicon, Leupold, Docter, Burris et Meopta) et par son départ amélioré, une modification que le fabricant a souhaité mettre en valeur par une coloration bleue, du plus bel effet, appliquée à la queue de détente.

L’arme est livrée dans une mallette de transport garnie de mousse, accompagnée par trois chargeurs de quinze coups, une chargette, trois dos interchangeables, quatre platines interchangeables destinées à la fixation des éléments de visée, un indicateur de chambre vide et un manuel utilisateur très détaillé.

L’arme est livrée dans une mallette de transport garnie de mousse, accompagnée par trois chargeurs de quinze coups, une chargette, trois dos interchangeables, quatre platines interchangeables destinées à la fixation des éléments de visée, un indicateur de chambre vide et un manuel utilisateur très détaillé.

Walther Q5 Match sur sa boîte_petite

Première partie : présentation

S’il est directement dérivé du Walther PPQ M2 que nous avions testé l’année dernière, le nouveau modèle Q9 s’en démarque radicalement ne serais-ce que par ses éléments de visée modulaires, l’allongement de la ligne de mire et l’allégement de sa glissière.

S’il est directement dérivé du Walther PPQ M2 que nous avions testé l’année dernière, le nouveau modèle Q5 s’en démarque radicalement, ne serait-ce que par ses éléments de visée modulaires, l’allongement de la ligne de mire et l’allègement de sa glissière.

Deuxième partie : tests dynamiques

L’indicateur de chargement visuel, constitué par un trait de peinture rouge appliqué sur la carcasse et masqué par l’extracteur en l’absence d’une cartouche chambrée, assume son rôle de façon tout à fait convaincante.

L’indicateur de chargement visuel, constitué par un trait de peinture rouge appliqué sur la carcasse et masqué par l’extracteur en l’absence d’une cartouche chambrée, assume son rôle de façon tout à fait convaincante. Notez l’arrêtoir de culasse, qui est ambidextre et très peu proéminent.

Le démontage des petites pièces internes, percuteur, extracteur et sécurité de percuteur ne présente aucune difficulté particulière mais nécessite l’utilisation d’un chasse-goupille de 2 mm de diamètre.

Le démontage des petites pièces internes, percuteur, extracteur et sécurité de percuteur ne présente aucune difficulté particulière mais nécessite l’utilisation d’un chasse-goupille de 2 mm de diamètre.

Troisième partie :tests de précision sur appui

La cible-test fournie avec l’arme, réalisée au banc par le fabricant à la distance de 25 mètres, présente un groupement dont les cinq impacts sont inscrits dans un H + L de 47 mm + 19 mm, avec un écart extrême de 47 mm.

La cible-test fournie avec l’arme, réalisée au banc par le fabricant à la distance de 25 mètres, présente un groupement dont les cinq impacts sont inscrits dans un H + L de 47 mm + 19 mm, avec un écart extrême de 47 mm.

 

Extrêmement bien détaillé et abondamment illustré, le manuel d’instructions du pistolet Walther Q5 est un modèle du genre. Sa version en anglais peut être téléchargée en cliquant ci-dessous :

SAFETY & INSTRUCTION MANUAL Q5 MATCH PISTOLS

Le banc d’essai du pistolet Walther modèle Q5 Match a été publié sur 6 pages dans le magazine Action n°371 (septembre-octobre 2016).

Le banc d’essai du pistolet Walther modèle Q5 Match a été publié sur 6 pages
dans le magazine Action n°371 (septembre-octobre 2016).

Système tactique « KPOS » pour le Glock 17

Comparaison entre deux Glock 17 Gen3, dont l’un est équipé de l’ensemble tactique KPOS de FAB Defense.

Comparaison entre deux Glock 17 Gen3, dont l’un est équipé de l’ensemble tactique KPOS de FAB Defense.

Egalement appelé « PDW Converter »  ou « Personal Defense Weapon conversion kit », le boîtier-crosse KPOS proposé par la firme israélienne FAB Defense permet de transformer radicalement, sans outil et en un laps de temps très court, une arme de poing en arme d’épaule. En l’occurrence, ce kit très complet convertit notre pistolet Glock 17 en une carabine tactique robuste, compacte et polyvalente. Sa robustesse est garantie par sa fabrication en aluminum aviation 6061-T6. Sa compacité résulte de la présence d’éléments escamotables : crosse et poignée repliables ; hausse et guidon rabattables. Sa polyvalence est assurée par des rails Picatinny situés sur le dessus, le dessous et les côtés pour accueillir tous les accessoires optionnels que l’utilisateur pourra juger utiles : lunette grossissante ; viseur à point lumineux ; désignateur laser ; lampe torche ; poignée main faible ; bipied…

Le kit de conversion KPOS, qui est livré dans une mallette souple en Cordura, se compose d’un boîtier en duralumin équipé d’une crosse rabattable, d’une poignée antérieure ajustable et repliable, d’une hausse et d’un guidon rabattables, réglables en site et en azimut. Sont également fournis un levier d’armement adaptable sur la culasse du Glock et d’une sangle tactique à un point d’accrochage.

Le kit de conversion KPOS, qui est livré dans une mallette souple en Cordura, se compose d’un boîtier en duralumin équipé d’une crosse rabattable, d’une poignée antérieure ajustable et repliable, d’une hausse et d’un guidon rabattables, réglables en site et en azimut. Sont également fournis un levier d’armement adaptable sur la culasse du Glock et une sangle tactique à un point d’accrochage.

Comme l’indique sa dénomination, le modèle KPOS G-17/19 s’adresse indifféremment  aux possesseurs d’un pistolet Glock modèle 17 ou 19 de troisième ou quatrième génération (Gen3 ou Gen4), la présence d’un rail à l’avant de la carcasse étant nécessaire à la fixation de l’arme dans le boîtier. Il existe des variantes du système KPOS adaptées aux autres modèles de Glock, de même qu’aux pistolets Beretta Px4, CZ 75 P-07 Duty, HS 2000, Jericho 941, Sig-Sauer P226 et SP 2022. A noter qu’une nouvelle évolution de ce produit, baptisée KPOS G2, est d’ores et déjà annoncée, laquelle sera plus facile à mettre en place et ne nécessitera pas l’installation d’un levier d’armement sur la culasse du pistolet.

Le viseur holographique reflex Truglo que nous avons installé sur le rail de notre arme de test se trouve à hauteur adéquate pour que l’œilleton, le guidon et le point lumineux soient alignés, ce que les américains appellent « absolute co-witness ».

Le viseur holographique reflex Truglo que nous avons installé sur le rail de notre arme de test se trouve à hauteur adéquate pour que l’œilleton, le guidon et le point lumineux soient alignés, ce que les américains appellent « absolute co-witness ».

 

Notre vidéo : présentation et test du système tactique KPOS

Cette photo prise en plaçant l’objectif à la place de l’œil du tireur, tout près de l’œilleton de la hausse (lequel apparaît ici flou en raison de la profondeur de champ réduite) permet d’observer la concordance entre les deux systèmes de visée, le point lumineux du viseur reflex se trouvant situé à l’extrémité supérieure du guidon.

Cette photo prise en plaçant l’objectif à la place de l’œil du tireur, tout près de l’œilleton de la hausse (lequel apparaît ici flou en raison de la profondeur de champ réduite), permet d’observer la concordance entre les deux systèmes de visée, mécanique et optique, le point lumineux du viseur reflex se trouvant situé à l’extrémité supérieure du guidon.

 

Voir notre précédent banc d’essai, publié à l’occasion de la sortie du Glock Gen4 et du système KPOS.

Pistolets Sig-Sauer P320 « Full size » et « Compact » / calibre 9 mm Parabellum

Les deux pistolets SIG-Sauer p-320, Compact et Full size, sont accompagnés ici par leurs chargeurs et holsters respectifs, chaque arme étant livrée avec trois chargeurs et un holster de ceinture de type « Paddle », moulé en polymère.

Les deux pistolets SIG-Sauer p-320, Compact et Full size, accompagnés par leurs chargeurs et holsters respectifs. Chaque arme est livrée avec trois chargeurs et un holster de ceinture de type « Paddle », moulé en polymère.

Le pistolet semi-automatique modèle P320 se présente comme une arme de combat moderne réussissant à faire très habilement le lien entre le présent et le passé, autrement dit à s’adapter aux critères high-tech initiés par la firme Glock, sans renier l’héritage armurier de la maison Sig-Sauer. La modernité est apportée par sa carcasse en polymère et sa platine à percuteur partiellement pré-armé. La tradition est présente à travers son traditionnel levier de démontage, emprunté au Sig-Sauer P220 de 1975 et sa platine amovible, un perfectionnement dont était doté le Sig P210 de 1949.

Ces deux variantes du Sig-Sauer P320 se démarquent essentiellement au niveau des dimensions, le modèle Compact bénéficiant d’un raccourcissement de tous ses éléments principaux : glissière, carcasse, canon, poignée et chargeur.

Ces deux variantes du Sig-Sauer P320 se démarquent essentiellement au niveau des dimensions, le modèle Compact bénéficiant d’un raccourcissement de tous ses éléments principaux : glissière, carcasse, canon, poignée et chargeur.

Nous nous sommes profondément investis dans le banc d’essai de ce nouveau modèle, au point de lui consacrer pas moins de six séquences de vidéos, pour une durée totale dépassant une heure et trente minutes. Ce qui doit très certainement constituer notre record ! Mais il y a plusieurs raisons à cela. Tout d’abord, deux pistolets nous ont été confiés, un modèle Compact et un Full size, ce qui occasionne bien sûr deux fois plus de travail. Ensuite, il apparaît de façon très claire que Jean a été immédiatement séduit par ce nouveau concurrent du Glock et que l’intérêt qu’il lui porte suffit à justifier un banc d’essai plus approfondi que de coutume. Enfin et surtout, parce que je n’ai pas souhaité faire de coupures dans nos vidéos. Il m’a en effet paru intéressant de conserver l’exact déroulement chronologique de ce banc d’essai, afin de vous permettre d’en suivre la progression. Vous découvrirez les problèmes que nous avons rencontrés au niveau du réglage des éléments de visée, vous partagerez nos interrogations concernant le fait que la culasse ne restait pas ouverte après le tir de la dernière cartouche, avant que nous en découvrions la cause et vous constaterez la très nette amélioration des résultats obtenus par Jean après seulement deux ou trois groupements de dix coups.

Chaque pistolet est livré dans une mallette garnie de mousse, accompagné par trois chargeurs, un holster en polymère, un témoin de chambre vide et un cadenas à câble permettant de neutraliser l’arme durant le transport.

Chaque pistolet est livré dans une mallette garnie de mousse, accompagné par trois chargeurs, un holster en polymère, un témoin de chambre vide et un cadenas à câble permettant de neutraliser l’arme durant le transport.

Première partie : présentation

Pour débuter ce banc d’essai, nous avons effectué sur le terrain quelques tests de précision après avoir équipé le modèle compact d’un désignateur laser.

Pour débuter ce banc d’essai, nous avons effectué sur le terrain quelques tests de précision après avoir équipé le modèle compact d’un désignateur laser.

Deuxième partie : tirs avec un pointeur laser

Cette vue de la bouche du canon, sur le modèle Compact, permet d’apercevoir les six rayures hélicoïdales qui permettent de stabiliser les projectiles sur leur trajectoire.

Cette vue de la bouche du canon, sur le modèle Compact, permet d’apercevoir les six rayures hélicoïdales destinées à stabiliser les projectiles sur leur trajectoire.

Troisième partie : premier jour d’essais

La raison sociale du fabricant figure, grâce à un moulage en lettre capitales, de chaque côté de la poignée.

La raison sociale du fabricant figure, grâce à un moulage en lettre capitales, de chaque côté de la poignée.

Quatrième partie : suite du premier jour d’essais

Le démontage sommaire de ces deux modèles P320 peut être réalisé de façon instantanée, grâce au traditionnel levier en acier qu’il suffit de basculer vers le bas pour libérer la culasse à glissière.

Le démontage sommaire de ces deux modèles P320 peut être réalisé de façon instantanée, grâce au traditionnel levier en acier qu’il suffit de basculer vers le bas pour libérer la culasse à glissière.

Cinquième partie : deuxième jour d’essais, tirs sur appui

Pouvoir déposer la platine, avec qui plus est une facilité et une rapidité déconcertantes, constitue une avancée technologique majeure dans le domaine des pistolets de combat à carcasse en polymère.

Pouvoir déposer la platine avec une facilité et une rapidité déconcertantes constitue une avancée technologique majeure dans le domaine des pistolets de combat à carcasse en polymère.

Sixième partie : deuxième jour d’essais, tirs dynamiques

Le banc d'essai des pistolets Sig-Sauer P320 « Full size » et « Compact » a été publié sur 6 pages dans le magazine Action n°368 (mars/avril 2016)

Le banc d’essai des pistolets Sig-Sauer P320 « Full size » et « Compact » a été publié sur 6 pages
dans le magazine Action n°368 (mars/avril 2016)