Démontage des revolvers à poudre noire / Première partie : les modèles à bâti fermé

Vue de l'ensemble des pièces qui composent l'arme après avoir terminé le grand démontage. Le démontage des pièces ne doit pas être poussé plus avant. Certaines sont soudées (guidon sur le canon), d'autres fermement bloquées et parfois collées (canon sur la carcasse), d'autres encore serties ou matées (petit ressort à lame sur le doigt élévateur).

Vue de l’ensemble des pièces qui composent l’arme après avoir terminé le grand démontage. Le démontage des pièces ne doit pas être poussé plus avant. Certaines sont soudées (guidon sur le canon), d’autres fermement bloquées et parfois collées (canon sur la carcasse), d’autres encore serties ou matées (petit ressort à lame sur le doigt élévateur).

Les armes à poudre noire réclament impérativement, après utilisation, un démontage et un nettoyage scrupuleux afin d’éviter une oxydation irréversible des pièces restées en contact avec les résidus de combustion. Le démontage d’un revolver à poudre noire ne présente aucune difficulté pour tous ceux qui sont familiarisés avec la mécanique. Pour les autres, et le courrier que nous recevons nous laisse supposer qu’ils sont relativement nombreux, les conseils et les photos destinés à les guider pas à pas dans la séquence de démontage ne seront sans doute pas inutiles.

La première partie de cet article, consacrée aux revolvers à bâti fermé, a été publiée sur 5 pages dans le magazine Action Guns n° 199 (mai 1997).

La première partie de cet article, consacrée aux revolvers à bâti fermé, a été publiée sur 5 pages
dans le magazine Action Guns n° 199 (mai 1997).

Voir aussi :

– Les vidéos de démontage et remontage d’une réplique de revolver Remington 1858

– Les vidéos de démontage et remontage d’une réplique de Colt 1851 Navy

– Un article (2ème partie) consacré au démontage des revolvers à bâti ouvert

 

Arquebuse japonaise « Tomonobu Teppo » / calibre 12,6 mm

La réplique d’arquebuse Tomonobu Teppo, dont le serpentin en forme de bambou est muni d’une mèche lente (corde de coton trempée dans une solution de chlorate de potassium), est accompagnée ici par un Wakizashi dont le fourreau renferme un Kogatana (petit couteau utilitaire).

La réplique d’arquebuse Tomonobu Teppo, dont le serpentin en forme de bambou est muni d’une mèche lente (corde de coton trempée dans une solution de chlorate de potassium), est accompagnée ici par un Wakizashi dont le fourreau renferme un Kogatana (petit couteau utilitaire).

Cette réplique, réalisée par la firme italienne Davide Pedersoli, reprend le mode de fonctionnement, au moyen d’une platine à mèche et serpentin, ainsi que l’aspect bien spécifique des arquebuses japonaises. Nous en avons effectué le banc d’essai en employant une balle sphérique de calibre .495 poussée par une charge de 3,20 g de poudre noire PNF2.

Le banc d’essai de la réplique d’arquebuse japonaise a été publié sur 6 pages dans le magazine Action Guns n°197 (mars 1997).

Le banc d’essai de la réplique d’arquebuse japonaise a été publié sur 6 pages
dans le magazine Action Guns n°197 (mars 1997).

 

Les charges propulsives de poudre noire Vectan / calibre .36 & .44

Les charges propulsives VECTAN se présentent sous forme de cylindres solides, constitués par de la poudre noire compactée. Leurs dimensions sont parfaitement adaptées à celles des chambres des barillets de calibre .36 et .44.

Les charges propulsives VECTAN se présentent sous forme de cylindres solides, constitués par de la poudre noire compactée. Leurs dimensions sont parfaitement adaptées à celles des chambres des barillets de calibre .36 et .44.

Les nouvelles charges propulsives Vectan ne peuvent rivaliser, ni en puissance, ni en régularité, avec la poudre noire en vrac, même mesurée volumétriquement au moyen d’une poire à poudre. En revanche, sur le plan de la fiabilité et de la sécurité, elles représentent un immense progrès par rapport à ce qui existait jusqu’alors. Très faciles d’emploi, parfaitement calibrées pour être introduites dans les barillets, elles permettent aux débutants de goûter aux joies du tir au revolver à percussion sans investir dans un matériel relativement complexe et coûteux.

Le banc d'essai des charges propulsives Vectan en calibre .36 et .44 a été publié sur 5 pages dans le magazine Action Guns n° 196 (février 1997).

Le banc d’essai des charges propulsives Vectan en calibre .36 et .44 a été publié sur 5 pages
dans le magazine Action Guns n° 196 (février 1997).

 

Pistolet « Le Page » à percussion / Calibre .44

Le pistolet Le Page réalisé par la firme italienne Davide Pedersoli constitue la reproduction fidèle d'un modèle à percussion du XIXè siècle.

Le pistolet Le Page réalisé par la firme italienne Davide Pedersoli constitue la reproduction fidèle d’un modèle à percussion du XIXè siècle.

La réplique du pistolet Le Page produite par Davide Pedersoli s’est rapidement imposée sur les pas de tir, supplantant, par la qualité de sa fabrication et la précision de son canon, la grande majorité des autres reproductions d’armes anciennes.

Groupements comparatifs réalisés avec une balle sphérique Hornady .445 sans calepin propulsée par des charges de 1,20 g de PNF2 ancienne et nouvelle production qualité « Bourdaine » (cible de gauche).

Groupements comparatifs réalisés avec une balle sphérique Hornady .445 sans calepin, propulsée par des charges de 1,20 g de PNF2 ancienne et nouvelle production qualité « Bourdaine » (cible de gauche).

Le banc d'essai du pistolet Le Page à percussion a été publié sur 6 pages dans le magazine Action Guns n°194 (décembre 1996).

Le banc d’essai du pistolet Le Page à percussion a été publié sur 6 pages
dans le magazine Action Guns n°194 (décembre 1996).

Creuset électrique LEE / fondre le plomb et couler les balles

Le creuset électrique Lee est muni d'un thermostat réglable et d'une valve, située au fond du creuset, dont l'ouverture est commandée par un levier. C'est uniquement la force appliquée par le contrepoids qui assure la fermeture et l'étanchéité de la soupape.

Le creuset électrique Lee est muni d’un thermostat réglable et d’une valve, située au fond du creuset, dont l’ouverture est commandée par un levier. C’est uniquement la force appliquée par le contrepoids qui assure la fermeture et l’étanchéité de la soupape.

Vous êtes tireur à la poudre noire. Vous coulez occasionnellement vos balles, en faisant fondre le plomb dans une vieille casserole sur la gazinière de la cuisine, et vous vous demandez si cette occupation marginale justifie l’achat d’un appareil électrique. Voici la réponse que vous attendez…

En chauffant, le plomb prend une couleur irisée au contact de l'air et s'oxyde. Les impuretés et les scories montent en surface et ne perturbent pas la coulée, le plomb étant prélevé au fond du creuset.

En chauffant, le plomb prend une couleur irisée au contact de l’air et s’oxyde. Les impuretés et les scories montent en surface et ne perturbent pas la coulée, le plomb étant prélevé au fond du creuset.

Le banc d'essai du creuset électrique LEE a été publié sur 5 pages dans le magazine Action Guns n°193 (novembre 1996).

Le banc d’essai du creuset électrique LEE a été publié sur 5 pages
dans le magazine Action Guns n°193 (novembre 1996).