Les pistolets lance-fusées réglementaires français en 1914-1918

Les principaux modèles réglementaires français de la Grande Guerre, accompagnés par l'étui portefeuille en cuir officiellement dénommé "étui ceinturon de la cavalerie modèle 1918" et par divers insignes portés sur la manche gauche par les signaleurs et transmetteurs.
Les principaux modèles réglementaires français de troupe de la Grande Guerre, accompagnés par l’étui portefeuille en cuir officiellement dénommé « étui ceinturon de la cavalerie modèle 1918 » et par divers insignes portés sur la manche gauche par les signaleurs et transmetteurs.

La Grande Guerre est le théâtre d’une multitude d’innovations issues des formidables progrès technologiques accomplis en ce début de XXème siècle. Les pistolets de signalisation, apparus à la fin du siècle précédent, occupent dans cette panoplie une place importante, que ce soit pour éclairer le terrain lors des attaques nocturnes ou pour transmettre à distance des signaux codés.

Le très beau pistolet expérimental St-Etienne modèle 1898, construit sur la base de notre revolver réglementaire modèle 1892, n'avait pas réussi à convaincre les militaires de la Commission d'Expérience de 1905.
Le très beau pistolet expérimental St-Etienne modèle 1898, construit sur la base de notre revolver réglementaire modèle 1892, n’avait pas réussi à convaincre les militaires de la Commission d’Expériences de 1905.
C’est finalement un pistolet de fabrication rustique et peu onéreuse, copié sur les modèles déjà existants, qui sera adopté et produit à la hâte au moment des hostilités. Ce pistolet signaleur à canon court (Gazette des Armes N°485) présente l’avantage d’être robuste en raison de son extrême simplicité et sa fabrication en bronze le met à l’abri de la corrosion.
C’est finalement un pistolet de fabrication rustique et peu onéreuse, copié sur les modèles déjà existants, qui sera adopté et produit à la hâte au moment des hostilités. Ce pistolet signaleur à canon court (Gazette des Armes N°485) présente l’avantage d’être robuste en raison de son extrême simplicité et sa fabrication en bronze le met à l’abri de la corrosion.
Il sera remplacé par le « modèle 1917 », un pistolet de conception semblable mais doté d’un canon long de 180 mm, en acier, permettant d’accroître la portée des artifices.
Il sera remplacé en 1917 par le « modèle 1917 » (Gazette des Armes N°509) , un pistolet de conception semblable mais doté d’un canon long de 180 mm, en acier, permettant d’accroître la portée des artifices.
Le « modèle 1918 », développé durant la dernière année de guerre, ne présente guère d’innovations, si ce n’est la présence d’un busc proéminant dans la partie haute de la poignée, destiné à mieux assurer la prise en main au moment du tir.
Le « modèle 1918 » (Gazette des Armes N°510) , développé durant la dernière année de guerre, ne présente guère d’innovations, si ce n’est la présence d’un busc proéminent dans la partie haute de la poignée, destiné à mieux assurer la prise en main au moment du tir.
Une version en calibre 35 mm sera développée en 1916 pour un usage spécifique dans l'aviation. Ce pistolet se distingue par la présence d'un extracteur manuel coulissant sur le côté gauche du canon.
Une version en calibre 35 mm sera développée en 1916 pour un usage spécifique dans l’aviation (Gazette des Armes N°525) . Ce modèle se distingue par la présence d’un extracteur manuel coulissant sur le côté gauche du canon.
L'année 1917 voit également l'apparition d'un pistolet signaleur réalisé en aluminium, destiné à équiper les aéroplanes. Il est fabriqué à St-Etienne par la maison Chobert et dispose d'un extracteur automatique. Les américains vont adopter en 1918 une copie conforme de ce pistolet pour équiper leurs aviateurs mais la fin de la guerre mettra un terme à ce projet.
L’année 1917 voit l’apparition d’un pistolet signaleur étonnamment moderne, réalisé en aluminium, destiné à équiper les aéroplanes (Gazette des Armes N°499) . Il est fabriqué à St-Etienne par la maison Chobert et dispose d’un extracteur automatique. Les américains vont réaliser en 1918 une copie conforme de ce pistolet pour équiper leurs aviateurs, mais la fin de la guerre mettra un terme à leur projet.
Une version de calibre 35 mm plus aboutie, mais également plus lourde, sera adoptée par l'aviation sous la dénomination "Modèle 1918". Ce pistolet, qui est produit à St-Etienne par la firme Grivolat Gerest fils et Cie, ne sera diffusé qu'en un petit nombre d'exemplaires en raison de la fin des hostilités.
Une version en calibre 35 mm du Modèle 1917 de troupe, plus aboutie mais également plus lourde, sera adoptée par l’aviation sous la dénomination « Modèle 1918 » (Gazette des Armes N°500) . Ce pistolet, qui est produit à St-Etienne par la firme Grivolat Gerest fils et Cie, ne sera diffusé qu’en un petit nombre d’exemplaires en raison de la fin des hostilités.
Une version en calibre 35 mm du Modèle 1918 de troupe sera également étudiée, mais elle restera au stade expérimental. L'exemplaire présenté ici porte le numéro 2, sans aucune indication du fabricant.
Une version en calibre 35 mm du Modèle 1918 de troupe sera également étudiée, mais elle restera au stade expérimental (Gazette des Armes N°491). L’exemplaire présenté ici porte le numéro 2, sans aucune indication du fabricant.
Les pistolets lance-fusées français de 14-18 ont fait l'objet d'une présentation sur quatre pages dans le magazine Gazette des Armes n°139 (mars 1985).
Les pistolets lance-fusées français de 14-18 ont fait l’objet d’une publication sur 8 pages dans le magazine Gazette des Armes n°139 (mars 1985).

Ne manquez plus rien de votre passion !

Rechargez et visez juste !

Un e-mail par mois, dans lequel nous réglons la visée sur des essais d’arme de légende, moderne ou ancienne, des guides pratiques et bien plus ! 

Cartouche garantie sans spam ni défaillance de tir !

Partagez votre expérience à la communauté !

Un avis, une question ou encore une expérience particulière ? Dites nous en plus dans l’espace des commentaires ci-dessous !

2 réflexions sur “Les pistolets lance-fusées réglementaires français en 1914-1918”

    1. Michel Bottreau

      On peut utiliser sans danger les fusées actuelles de calibre 4 dans tous les pistolets chambrés pour ce calibre, à l’image des réglementaires allemands Hebel 1894. Les modèles réglementaires français posent un problème parce que les cartouches françaises avaient un bourrelet étroit. Une cartouche actuelle ne rentre pas. On peut y remédier assez facilement en réduisant le bourrelet d’une cartouche actuelle. Ce bourrelet est en aluminium, il est donc assez facile d’en limer le pourtour, mais cette opération est quand même un peu fastidieuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Essai armes icon
Retour en haut