Les revolvers sudistes à bâti en laiton / calibre .36

Lorsque la Guerre de Sécession éclate, le 14 avril 1861, les états confédérés du Sud ne manquent pas d’hommes braves et vigoureux. En revanche, les industries, le savoir-faire et les matières premières nécessaires à la fabrication des armes leur font cruellement défaut. Celles prises sur l’ennemi, celles qu’arrivent à leur faire parvenir les « Forceurs de blocus » et les petites quantités fabriquées à la hâte dans des manufactures improvisées ne suffiront pas à combler la pénurie.

L'amateur de répliques peut se procurer, pour une somme relativement modique puisque les modèles à carcasse en laiton sont les moins chers de la gamme, une copie relativement fidèle des rarissimes revolvers sudistes « Spiller & Burr », « Griswold & Gunnison » et « Schneider & Glassick ».

L’amateur de répliques peut se procurer, pour une somme relativement modique puisque les modèles à carcasse en laiton sont les moins chers de la gamme, une copie relativement fidèle des rarissimes revolvers sudistes « Spiller & Burr », « Griswold & Gunnison » et « Schneider & Glassick ».

Le tir, les performances et l’agrément d’utilisation de ces répliques sont identiques à ceux des modèles plus onéreux, leur carcasse en laiton ne constituant nullement un handicap.

Superbe réplique gravée à la main de revolver confédéré Spiller & Burr de calibre .36, numéro de série 972, fabriquée en Italie pour la firme américaine Navy Arms, présentée dans une réplique artisanale de coffret en acajou réalisée par le français Rémi Bourgeois, accompagnée par des répliques modernes d’accessoires d’époque : poire à poudre, distributeur d’amorces, moule à balles, huilier...

Superbe réplique gravée à la main du modèle confédéré Spiller & Burr 1862 de calibre .36. Ce revolver, qui a été fabriqué en Italie pour la firme américaine Navy Arms, porte le numéro de série 972. Il a reçu les poinçons du banc d’épreuve de Gardone, parmi lesquels figure le code XXX désignant l’année 1972. Il est présenté dans un coffret en acajou réalisé par l’artisan français Rémi Bourgeois, accompagné par des répliques modernes d’accessoires d’époque : poire à poudre, distributeur d’amorces, moule à balles et huilier.

Le banc d'essai des revolvers à bâti en laiton a été publié sur 6 pages dans le magazine Action Guns n° 152 (décembre 1992).

Le banc d’essai des revolvers à bâti en laiton a été publié sur 6 pages
dans le magazine Action Guns n° 152 (décembre 1992).

 

Retrouvez des armes de catégorie B chez l'Armurerie Pascal.

"Vous avez aimé cet article ?
Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons Facebook, Twitter, Google + ci-dessous. Merci."

4 commentaires sur “Les revolvers sudistes à bâti en laiton / calibre .36

Répondre à PHILIPPE KEUSCH Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Je viens d’acquerir un Spiller et Burr sudiste.Arme que je ne connaissais pas.1er modèle avec seuls marquages le C.S et sous les plaquettes en noyer un M et sur le bati de crosse un JJ ? Quelqu’un pourrait-il me renseigner sur l’éventuel fabricant car ce n’est ni palmetto ni Pietta.En vous remerciant.

    • Désolé, mais je n’ai pas la réponse. Les revolvers Spiller & Burr d’époque portent souvent les initiales « C.S. » (Confederate States) frappées sur le bâti. En revanche, ils n’ont pas tous le nom du fabricant « SPILLER & BURR » frappé sur le haut du canon. Mais je serai étonné que ce soit un modèle d’époque, parce qu’ils sont rarissimes, même en état médiocre. Si c’est une réplique, je ne connais effectivement que Palmetto et Pietta. Certaines répliques portent le marquage « NAVY ARMS Co. RIDGEFIELD N.J. » et « CAL.36 MADE IN ITALY », sans logo du fabricant italien. Quant au marquage « JJ », il n’évoque à priori rien pour moi.

  2. Bonsoir Michel,

    tout à fait par hasard, au fil des liens successifs, je tombe sur cette page. Et mes yeux s’embrument… Le « Griswold & Gunnison », mon premier PN, acheté à l’aube de mes 20 ans… j’en ai aujourd’hui 63…
    Mais j’ai perdu le grain d’orge qui sert de guidon. Sauriez-vous me dire comment je pourrais le remplacer?
    Merci d’avance de votre réponse, et félicitations pour vos essais que je dévore à chaque fois!
    Et conservez votre liberté de ton, je me régale :-)

    • Vous pouvez assez facilement le fabriquer avec une lime et un petit morceau de laiton. Si vous n’êtes pas bricoleur, votre armurier pourra aisément faire cette petite réparation.