Pistolet SIG-Sauer modèle SP 2022 / calibre 9 mm Parabellum

Le Sig-Sauer SP-2022 de notre test est posé, avec son chargeur de secours, sur une polaire de capitaine de la gendarmerie départementale accompagnée de sa casquette.
Le Sig-Sauer SP-2022 de notre test est posé, avec son chargeur de secours, sur une polaire de capitaine de la gendarmerie départementale accompagnée de sa casquette.

Le pistolet semi-automatique Sig-Sauer SP 2022, qui équipe dans notre pays la gendarmerie, la police nationale, les douanes et l’administration pénitentiaire, est directement dérivé du modèle SP 2009, plus connu sous la dénomination de SIG « Pro » (Professionnel). Sorti vainqueur de l’appel d’offre lancé en 2002 par notre gouvernement, le SIG Pro SP 2009 sera adopté dans une version très peu différente du modèle de base, qui prendra la dénomination SP 2022, en référence non pas à son année d’adoption, comme c’est généralement le cas, mais à son année de fin de service programmée, soit 2022.

Première partie : présentation

Deuxième partie : tests dynamiques

Troisième partie : tests statiques

Publication :

Le banc d’essai du pistolet Sig-Sauer SP 2022 a été publié sur 6 pages dans le magazine Action n° 358 (juillet/août 2014).
Le banc d’essai du pistolet Sig-Sauer SP 2022 a été publié sur 6 pages
dans le magazine Action n° 358 (juillet/août 2014).

 

Ne manquez plus rien de votre passion !

Rechargez et visez juste !

Un e-mail par mois, dans lequel nous réglons la visée sur des essais d’arme de légende, moderne ou ancienne, des guides pratiques et bien plus ! 

Cartouche garantie sans spam ni défaillance de tir !

Partagez votre expérience à la communauté !

Un avis, une question ou encore une expérience particulière ? Dites nous en plus dans l’espace des commentaires ci-dessous !

107 réflexions sur “Pistolet SIG-Sauer modèle SP 2022 / calibre 9 mm Parabellum”

  1. Bonjour, merci pour vos nombreux reportages de grandes qualités. Néanmoins c’est la première fois ou je ne suis pas tout à fait d’accord avec l’éloge fait pour ce SIG PRO. Et pour cause, je suis tireur sportif depuis de nombreuses années et je possède aussi quelques armes quant au SIG PRO de part ma profession je le porte tous les jours et je peux vous dire que la qualité et plus que moyenne. J’entretiens mon arme de service avec le plus grand soin. Elle a tiré environ 800 cartouches (3 tirs de 30 cartouches avec une séance de 15 minutes à peine par an… mais bon c’est un autre débat…) Pour revenir à la qualité du SIG PRO j’ai changé 2 fois de ressort récupérateur mon tonner est plus que griffé non pas d’une usure classique mais des griffes anormalement profonde. C’est sans compter les traces de rouille. Le canon est pratiquement a nu même plus de bronzage. Je possède un GLOCK et il est en bien meilleur état et pourtant il a tiré 20 fois plus de cartouches. Quant au départ en double action aussi souple qu’un MR 73, c’est une plaisanterie j’en possède un et il est pour moi le meilleur revolver. Mais à comparer le départ d’un MR 73 au départ d’un SIG PRO la non désolé. Le SIG PRO est une arme et un pistolet automatique demandés par la France avec son cahier des charges… Une arme de qualité moyenne mais que je ne conseillerais certainement pas.

    1. Michel Bottreau

      Chacun est libre de penser comme bon lui semble et de s’exprimer. On peut aimer ou ne pas aimer les Sig-Pro. Il est évident que les armes modernes, sur lesquelles un certain nombre de pièces sont en alliage léger ou en polymère, ont beaucoup gagné en légèreté. En contrepartie, elles ont parfois perdu en longévité par rapport aux armes « tout acier ». Cependant, plusieurs choses m’interpellent dans vos affirmations.
      Premièrement, vous dites avoir tiré avec votre Sig 800 cartouches, ce qui est effectivement fort peu, mais avoir changé deux fois le ressort récupérateur. Si je compte bien, vous changez donc ce ressort tous les 400 coups ! Le ressort récupérateur fait effectivement partie des pièces qui doivent être remplacées, mais pas avant plusieurs milliers de coups. Je ne vois pas comment on pourrait l’user en quelques centaines de coups, à part peut-être en stockant constamment son arme culasse bloquée en position ouverte ?
      Deuxièmement, vous parlez du tonnerre qui comporte des griffures profondes n’ayant rien à voir avec une usure classique. Là encore, je n’ai jamais vu cela et je ne vois pas comment c’est possible. A moins peut-être de ne tirer que des cartouches militaires de récupération, trop puissantes pour les PA parce que conçues pour le MAT 49 ?
      Troisièmement, vous parlez de traces de rouille et d’un canon ayant perdu tout son bronzage. Quand il est bronzé d’origine, il n’est pas étonnant ni anormal qu’un canon perde rapidement sa protection. Cela prouve au contraire qu’il est correctement ajusté dans la culasse à glissière. Et c’est également vrai que le traitement de surface de la culasse du Sig n’a pas l’extraordinaire résistance du traitement « Tenifer » de la culasse du Glock. Mais l’arme ne rouille pas pour autant dès l’instant qu’elle est correctement entretenue. A moins peut-être de la laisser stockée dans une pièce humide sans l’avoir lubrifiée au préalable ?
      Quant au départ en double action, je continue de juger celui du Sig digne d’éloges en raison de sa souplesse et de la course réduite du chien. Même si j’ai, moi aussi, une préférence pour le Glock, je continue de penser que les experts du BAMT (Bureau de l’armement et des matériels techniques) qui ont très longuement testé le Sig Pro avant de le choisir ont bien fait leur boulot. D’ailleurs, je n’ai pas entendu parler de casse de ces armes dans les services où elles sont en dotation…

    2. Bonjour et merci pour votre réponse. Mon arme est stockée et entretenue avec le plus grand soin croyez moi!! (pas de culasse à l’arrière stockée dans un coffre fort et au sec avec mes armes personnelles qui elles n’ont pas de souci…) Je ne suis pas le seul a qui on change le ressort récupérateur après quelques centaines de coups tirés. Concernant la munition tirée c’est celle fournie par l’administration. Pour moi l’arme testée n’est pas celle de l’administration peut être y a t-il une différence pourquoi pas..? mais je persiste à dire que cette arme dotée par l’administration n’est pas aussi élogieuse que l’on peut le croire. Encore une fois c’est un avis personnel et n’engage que moi. Et je suis ravi de partager cela avec vous même si nos avis peuvent diverger.
      Mais si je peux me permettre une dernière remarque si le personnel de la BAMT avait été plus pointilleux ils auraient choisi le Glock et celui la on ne l’aurait pas changé en 2022… Et moins cher en plus!

    3. Michel Bottreau

      Le pistolet que nous avons testé, qui correspond au modèle actuellement destiné au marché US, ne fait effectivement pas partie de ceux qui ont été livrés à l’administration française. Votre témoignage est intéressant parce qu’il tendrait à prouver que certains exemplaires présentent des défauts.
      Concernant le BAMT, sauf erreur de ma part, c’est bien le Glock qu’ils avaient choisi pour équiper certaines unités spéciales (dont le RAID). Mais le cahier des charges qui a présidé à l’adoption du Sig était différent, l’arme s’adressait à un ensemble de personnel (dont une bonne partie peu familiarisée avec les armes et peu formée) et c’est sans doute pourquoi – à tort ou à raison – l’administration exigeait un PA ayant un marteau extérieur, ce qui mettait le Glock sur la touche.
      Quant à la question du prix, c’est encore un tout autre domaine. Tout aujourd’hui passe par les ceux qui décident des achats et le prix payé par l’administration n’a quasiment aucune commune mesure avec celui payé par les tireurs. Peut-être d’ailleurs qu’à trop tirer sur le prix, ils ont contraint le fabricant allemand (Sauer) à économiser sur les matériaux ? Ce n’est bien sûr qu’un supposition (totalement gratuite) de ma part…

    4. Bonjour à vous et merci encore pour votre site et vos vidéos où j’ai pu découvrir votre analyse et les avis sur cette arme administrative que je porte tous les jours.
      En cela l’avis de Jérôme et vos réponses s’ajustent car rencontrant moi même et à l’identique les problèmes de Jérôme, je peux vous glisser une information par un sous-brigadier faisant partie à l’époque BAMT, – ayant été testeur de cette arme et de ses concurrentes dans l’appel d’offre – et qui abonde dans votre sens: D’une part, l’arme devait s’adresser à un ensemble de personnel peu familier des armes et peu formé, et dont l’administration ne voulait ou pouvait le former, voire le rendre trop capable, l’enfermant psychologiquement dans le nom recours à l’arme même en LD ( de trop nombreux évènements en ont attesté avec la fin tragique de collègues ou atteints de lourdes séquelles psychologiques ou physiques; dont les débriefing techniques ont montré cette « peur d’utiliser son arme » par la seule crainte des conséquences du non respect de la LD et des dommages collatéraux attachés à l’usage de leur arme hors cadre légal. La décennie précédente étant le contraire même de celle écoulée dans cette réalité… « Ah du temps des anciens…. »)
      D’autre part, si le prix de l’arme a été négocié à prix constant pour toutes les commandes faites et à faire par l’administration, son prix de 600 euros environ reste le même. Il en est toute autre pour ses pièces consommables tel le ressort récupérateur et autres, qui suit à minima l’inflation, d’où l’avis et l’expérience de Jérôme que tout fonctionnaire ayant le soucis constant de son arme ne peut que partager, avec la même conclusion que vous quant la raison de la surprenantes capacité rapide à ce rouiller de pièces pourtant entretenues, avec l’évidente « sagacité » de notre administration à  » …à trop tirer sur le prix, (ils) ont contraint le fabricant allemand (Sauer) à économiser sur les matériaux ? »…

    5. salut michel je me permettais d’apporter une petite précision concernant le b a m t effectivement c’est le glock qu’ilavaient choisi au départ pour équiper toute les force de l’ordre néanmoin c’était le ministre de l’intérieur de l’époque mr sarkozi qui a choisi le sig qui était arriver en 2ème choix car le cahier des charge exigeais unchien extérieur pour les raisons qui touche à la légitime défence comme vous le savezpeutêtre il y a des règle spécifique à la légitime défence même pour les force de l’ordre et apparament d’après les informations que j’ai eu à l’époque il fallais que la personne braqué puisse distingué le chien extérieur sa peut^paraître un peu farfelu mais après ce n’est que les information que j’ai pu avoir moi à l’époque ou un membre de ma famille était encore en activité

      ps j’adore se sig personnellement et si les loi sur les armes étaient plus souple je l’achèterais direct.

    6. Michel Bottreau

      Les conditions de la légitime défense sont clairement stipulées par l’article 122-5 du Code pénal. Cette légende qui voudrait qu’elle ne serait pas retenue lors d’un tir en simple action, ou si un policier a déjà son arme à la main au lieu de la dégainer, sont des affabulations qui malheureusement, comme toutes les balivernes de même style colportées par le bouche à oreille, ont la vie dure…

  2. Pierre-Edouard

    Petit truc pour économiser d’acheter une « chaussette hogue », il suffit de le remplacer par un morceau de chambre à air, ou plusieurs bandelettes de chambre à air.
    Bon Tir.

    1. Michel Bottreau

      C’est exact, Jean l’a d’ailleurs précisé dans l’une de nos vidéos (je ne sais plus laquelle).

  3. Arnaud ROBERT

    Bonjour et merci pour vos vidéos fabuleuses. En tant qu’ancien Surveillant Pénitentiaire je voulais juste préciser une erreur d’orthographe : Administration Pénitentiaire au lieu d’administration Pénitencière.

    1. Michel Bottreau

      Mea culpa ! je vais rectifier sans attendre cette erreur (j’ai dû faire la même dans le texte de mon article pour Action) et merci pour votre vigilance.

  4. Bonjour merci beaucoup pour ce banc d’essai,je souhaiterai acquérir un sig 2022 et vos vidéo mon beaucoup aidé sur mon choix mais je voudrais savoir si cette arme est fiable dans la durée car l’on ma dit qu’elle était fragile et qu’elle a tendance à casser assez rapidement merci d’avance et bon tir à tous.

    1. Michel Bottreau

      Je ne sais pas qui a pu vous dire cela. L’administration a fait de nombreux tests avant d’adopter cette arme et j’ai beaucoup de mal à imaginer qu’ils aient pu choisir un modèle fragile qui casse rapidement !

  5. bonjour,

    le Sig SP 2022 et le Glock 17 sont en dotation dans mon administration que je vous remercie de ne pas avoir oublié ! (ce qui est plutôt rare)

    je trouve aussi que ces deux armes sont de très bonne qualité et offre suffisamment de sécurité pour un usage quotidien sur le terrain. sécurité qui faisait quand même pas mal défaut aux anciennes dotations m’a- t- on dit !

    pour finir, j’en profite pour vous remercier pour vos tests que je trouve complets et impartiales
    en revanche je n’ai pas trouvé en kiosque le numéro 357 du magazine, j’espère trouver le 358 ! du coup serait-il possible d’avoir un visuel sur le site du numéro en cour de parution ?

    cordialement

    1. Michel Bottreau

      J’ajoute effectivement toujours, au bas des sujets traités, un visuel du numéro dès que je l’ai reçu. En l’occurrence, le numéro 357 était arrivé en kiosque avec une bonne quinzaine de jours de retard et il va malheureusement en être de même pour le numéro 358 : il ne sera donc pas en kiosque avant le 15 juillet. De plus, le mode de distribution, régi depuis 2010 par Presstalis, ex-NMPP (Nouvelles Messageries de la Presse Parisienne), est complexe et Action n’est pas distribué partout. La seule façon d’être sûr de l’avoir est de le commander auprès de votre marchand de journaux habituel ou de vous abonner.

    2. bonjour,

      je vais attendre le 15 juillet alors 😉

      mais effectivement j’avais cru comprendre que la distribution n’était pas si simple

      je vais surement m’orienter vers un abonnement ce sera plus simple

      merci de votre réponse
      cordialement

  6. Bonjour Michel et Jean. Etant ancien gendarme engagé et actuellement réserviste, j’ai eu la chance de pouvoir tiré avec les 3 armes de service Mac 50, Mas g1 et Sig 2022. Bizarrement je trouve que le Sig relève plus que les deux autre(pourtant tous en 9mm),c’est peut-être due a son faible poids ou la longueur du canon. Quoiqu’il en soit c’est une excellente arme fiable et précise. J’ai la chance de faire parti de la GTA (gendarmerie des transports aérien) dont l’arme est le Sig et non le Mas g1 pour les réservistes. En ce qui concerne la ressemblance avec le Sig p 228, personnellement c’est plus une copie du Sig p 2009.
    Bonne continuation.

    1. Michel Bottreau

      Là, c’est vraiment chipoter : le SP 2022 est à la base un P 2009 modifié selon les désirs de l’administration et les différences entre les deux sont effectivement insignifiantes, mais il est également très proche, au moins dans les dimensions, du P 228. Ce dernier a un canon de 99 mm, alors que le SP 2022 a un canon de 98 mm. On va quand même pas ergoter pour 1 mm ! Quant au relèvement, il est bien sûr fonction de la longueur du canon et du poids de l’arme…

    2. C’est vrai je chipote, mea culpa.
      En ce qui concerne certaine marque d’arme sont elles encore européen ou américaine car je vois du : beretta usa, hk usa, sig usa….

    3. Michel Bottreau

      Les fabricants d’armes sont maintenant, à l’image d’ailleurs de l’ensemble de la société industrielle, des groupements de sociétés qui doivent satisfaire leurs actionnaires. Les machines à commandes numériques travaillent à une vitesse inimaginable et produisent pour un coût dérisoire. En implantant des usines dans les pays qui consomment, autrement dit essentiellement aux USA, on réduit encore les coûts en supprimant le transport et les intermédiaires. Comme l’a très bien expliqué un armurier, ces vingt dernières années, le commerce des armes est passé en France d’environ 15 millions de clients qui consommaient relativement bien à deux millions qui ne consomment presque plus. La consommation française annuelle d’armes et de munitions représente, plus ou moins, trois heures de fabrication des usines Winchester, Browning, Marlin, Uberti ou Sellier & Bellot. Autrement dit, sur le plan mondial, les tireurs français comptent, commercialement parlant, pour du beurre. Et comme nos salaires ne sont pas (encore) les plus bas d’Europe, on ne risque pas de voir s’installer l’une de ces usines en France.

  7. Bonjour,

    Le modèle essayé est le SP 2022 version USA, non ?

    Quel est le stand sur lequel vous pratiquez durant vos vidéos ?

    1. Michel Bottreau

      Oui, le pistolet qui nous a été confié par l’importateur pour le présent banc d’essai correspond à la version actuellement commercialisée aux USA, qui diffère du SP 2022 livré à l’administration par son extracteur externe, ce qui ne modifie toutefois pas son fonctionnement.
      En ce qui concerne le stand, nous ne sommes pas habilités à communiquer des informations à ce sujet.

  8. waou merci michel depuis le temps que je l’attendais ce banc d’essai enfin le voilà sa me fait rudement plaisir on pourrais dire que je l’attendais comme le méssi juste une petite précision néanmoin lors du petit commentaire de présentation tu écris
    (le sig est posé avec son chargeur de secour sur une veste d’un capitaine de la gendarmerie départemental) en réalité il s’agirais peut-être plus d’un capitaine de la (bt) brigade téritorial mais la je chipote un peu plus peut-être mais c’est le terme exact et il me semblais interessant de le précisé à moins qu’il s’agisse d’un capitaine de la (brd) qui est la brigade de recherche départemental mais la ce n’est pas la même chose.
    merci encore pour ton banc d’essai
    très cordialement
    geko

    1. Michel Bottreau

      Pour être très précis, puisque vous semblez y tenir, il s’agit polaire de capitaine de la GD (gendarmerie départementale), reconnaissable à ses trois galons blancs, ceux de la GM (gendarmerie mobile) étant jaunes. Plus exactement encore, il s’agit de l’ancien modèle de polaire de capitaine du PSIG (Peloton de Surveillance et d’Intervention de la Gendarmerie Nationale) et l’écusson à trois fleurs de lys est celui du groupement de l’Ile de France.

    2. et bien merci pour ces précisions et désolé pour le petit chipotage
      bien cordialement

  9. Jean-Baptiste

    Bonjour,

    Merci pour ce banc d’essai. Pour du tir de « précision » à 25 m en stand + vitesse militaire avec des munitions rechargées; que conseillerez vous entre un SP 2022 et un Glock 17 ? Un sig P226 est il vraiment supérieur aux deux autres pour ces deux utilisations? Je ne connais que le Glock. Savez vous si des accessoires existent pour un sp 2022 comme une détente allégée par exemple?

    Bien cordialement,

    1. Michel Bottreau

      Les SIG modèles P226 et SP 2022 sont quasiment identiques au niveau de leur conception et de leurs performances, ce dernier étant toutefois plus compact et plus léger. Ce sont deux armes excellentes, tout comme le Glock 17, mais vouloir comparer ces Sig-Sauer au Glock n’est pas très réaliste. Cela reviendrait à comparer deux automobiles, dont l’une aurait une boîte de vitesses manuelle et l’autre une boîte automatique !
      Remplacer le connecteur d’un Glock pour bénéficier d’un poids de détente à 2,0 kg au lieu de 2,5 kg se comprend aisément, encore que ce n’est pas indispensable parce que sa détente est franche, nette et ne gratte pas. En revanche, vouloir améliorer la détente du SP 2022, qui est excellente en simple comme en double action et qui bénéficie d’un poids de départ à 1,7 kg en simple action, ne me semble guère justifié.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Essai armes icon
Retour en haut