Revolver Smith & Wesson modèle 1917 / calibre .45 ACP

Au moment où ils prennent la décision de se joindre aux alliés, en déclarant la guerre à l’Allemagne le 6 avril 1917, les Etats-Unis vont devoir très rapidement équiper en armes individuelles les centaines de milliers d’hommes des contingents qui seront envoyés sur le front européen.

Le revolver S&W modèle 1917 que nous avons testé est accompagné ici de son holster en cuir (copie), de clips chargeurs en demi-lune (copies) garnis de cartouches modernes de calibre .45 ACP et des poignards de tranchée américains modèles 1917 et 1918 (authentiques), prêtés par la maison AAS (www.aassniper98.com).
Le revolver S&W modèle 1917 que nous avons testé est accompagné ici de son holster en cuir (copie), de clips chargeurs en demi-lune (copies) garnis de cartouches modernes de calibre .45 ACP et des poignards de tranchée américains modèles 1917 et 1918 (authentiques), prêtés par la maison AAS (www.aassniper98.com).

Colt, qui a déjà livré à l’armée plus de 150 000 pistolets semi-automatiques modèle 1911, va recevoir une nouvelle commande portant sur un million d’exemplaires. Devant l’impossibilité qu’il puisse honorer un tel contrat dans des délais acceptables, le gouvernement américain va mettre à contribution le secteur privé. C’est ainsi que les pistolets modèle 1911 seront fabriqués par des firmes telles que Remington, Winchester, Savage et Springfield Armory, pour ne citer que les plus connues. Afin de pouvoir répondre le plus rapidement possible à la demande urgente d’armes de poing, les grandes firmes Colt et Smith & Wesson vont également modifier les revolvers alors en production de façon à ce qu’ils puissent chambrer la cartouche réglementaire. Sont ainsi adoptés, en 1917, un revolver fabriqué par Colt, issu de son modèle « New Service » de 1909 et un revolver fabriqué par Smith & Wesson, issu de son « .44 Hand Ejector Second Model » lancé en 1915.

Préambule : Le rechargement de la cartouche

Appelée « Crimp die », « Factory crimp » ou bien encore « Carbide factory crimp die », la matrice de sertissage conique peut être utilisée comme quatrième outil pour le rechargement des cartouches à douille droite destinées aux armes de poing. Cet outil a une double fonction : il recalibre la cartouche terminée, supprimant les gonflements créés par l’introduction du projectile ; il permet, en resserrant les parois du collet, de sertir les balles démunies de gorge de sertissage. Nous avons utilisé ici un sertisseur conique de la marque américaine Dillon, qui présente la particularité de pouvoir aisément être démonté et nettoyé sans en modifier le réglage.
Appelée « Crimp die », « Factory crimp » ou bien encore « Carbide factory crimp die », la matrice de sertissage conique peut être utilisée comme quatrième outil pour le rechargement des cartouches à douille droite destinées aux armes de poing. Cet outil a une double fonction : il recalibre la cartouche terminée, supprimant les gonflements créés par l’introduction du projectile ; il permet, en resserrant les parois du collet, de sertir les balles démunies de gorge de sertissage. Nous avons utilisé ici un sertisseur conique au carbure de tungstène de la marque américaine Dillon.

Première partie : Les tests dynamiques

Le chargement du S&W modèle 1917 peut être réalisé grâce aux clips en demi-lune (half moon) en acier ressort, mais les modèles d’époque sont rares et leurs copies chinoises sont de piètre qualité. La meilleure solution consiste à utiliser les clips en étoile (full moon) en acier ressort actuellement commercialisés par Smith & Wesson, qui sont peu onéreux, ou à ne pas employer de clip, l’extraction devant alors être effectuée en saisissant le culot de chaque cartouche.
Le chargement du S&W modèle 1917 peut être réalisé grâce aux clips en demi-lune (half moon) en acier ressort, mais les modèles d’époque sont rares et leurs copies chinoises sont de piètre qualité. La meilleure solution consiste à utiliser les clips en étoile (full moon) en acier ressort actuellement commercialisés par Smith & Wesson, qui sont peu onéreux, ou à ne pas employer de clip, l’extraction devant alors être effectuée en saisissant le culot de chaque cartouche.

Deuxième partie : Les tests statiques

Cet ancien revolver réglementaire de l’armée américaine comporte de très nombreux marquages qui permettent de l’identifier aisément, à commencer par ceux qui sont frappés au talon de sa poignée.
Cet ancien revolver réglementaire de l’armée américaine comporte de très nombreux marquages qui permettent de l’identifier aisément, à commencer par ceux qui sont frappés au talon de sa poignée.

 

Le banc d'essai du revolver S&W modèle 1917 a été publié sur 6 pages dans le magazine Action n° 361 (janvier-février 2015).
Le banc d’essai du revolver S&W modèle 1917 a été publié sur 6 pages
dans le magazine Action n° 361 (janvier-février 2015).

Le numéro 361 (janvier-février 2015) du magazine Action est aujourd’hui épuisé. Vous pouvez télécharger gratuitement les 6 pages de ce banc d’essai (1,6 Mo) en cliquant sur le lien ci-dessous :

Action n°361_janv fev 2015_S&W Modèle 1917 .45ACP

Ne manquez plus rien de votre passion !

Rechargez et visez juste !

Un e-mail par mois, dans lequel nous réglons la visée sur des essais d’arme de légende, moderne ou ancienne, des guides pratiques et bien plus ! 

Cartouche garantie sans spam ni défaillance de tir !

Partagez votre expérience à la communauté !

Un avis, une question ou encore une expérience particulière ? Dites nous en plus dans l’espace des commentaires ci-dessous !

47 réflexions sur “Revolver Smith & Wesson modèle 1917 / calibre .45 ACP”

  1. Bonjour,
    Je voulais seulement passer un message de soutien à Jean. Je pratique le tir sportif depuis quelque mois et j’ai énormément appris grâce à vos vidéos. Votre binôme est à la fois très professionnel, très intéressant et très attachant. Pouvez vous souhaiter un prompt rétablissement à Jean de ma part, en espérant bientôt le revoir en forme sur de nouvelles vidéos!
    Bien à vous
    Fx

    1. Michel Bottreau

      Je vous remercie et je ne manquerai pas de transmettre à mon ami Jean vos encouragements.

  2. Merci pour cette vidéo.
    Je ne connaissais pas ce revolver et c’est toujours intéressant de découvrir une nouvelle arme.
    Je souhaite un prompt rétablissement à Jean.
    Bon courage à vous deux.
    Prenez soin de vous et faites-nous encore de nombreuses vidéos sympas.
    A bientôt.

  3. Bonjour Michel,

    Très intéressante cet essai, je ne connaissais pas cet outil pour le serrage conique, je comprends mieux les problèmes que rencontrent certains tireurs lors du rechargement, c’est tout un art.

    Une arme très précise, oui mais avec un très bon tireur, c’est normal …

    Merci de nous avoir donné des nouvelles de votre ami Jean, ça fait plaisir de savoir qu’il a un bon moral, c’est important.

  4. merci de nous avoir donné des nouvelles de Jean… très cordialement …
    et si vous avez l occasion, souhaitez lui beaucoup de courage et un très bon rétablissement de la part de tous les abonnés de « essai armes » bonne continuation a vous…

  5. Michel Bottreau

    Comme la question risque de m’être encore souvent posée, je vous informe que j’ai donné des nouvelles de la santé de Jean Gillet à la fin de la vidéo de Préambule.

    Avancez directement jusqu’aux toutes dernières minutes de la vidéo, vous éviterez ainsi tout le laïus sur le rechargement de la .45 ACP, qui ne vous intéresse pas forcément…

  6. merci pour cet essais, le grand père fait encore des étincelles !!!!!!

    des nouvelles de la santé de Jean ?

    merci pour vos vidéos.

    cordiales salutations

    1. Michel Bottreau

      J’ai donné les dernières nouvelles de la santé de Jean à la fin de la vidéo de Préambule…

  7. Bonjour Michel !

    Ça fait bizarre de voir jean mais j’ai ensuite compris que vous aviez enregistré la vidéo en avril.
    Avez vous des nouvelles de jean ? Comment va t il ?
    Pour en revenir au grand père qu’est ce pistolet c’est dingue de voir à quel point finalement certains nouveau modèle de pistolet ne font pas beaucoup mieux en termes de précision, comme la senstion de tir.
    A plus!

    1. Michel Bottreau

      J’ai donné les dernières nouvelles de la santé de Jean à la fin de la vidéo de Préambule…

  8. MASCLET Didier

    Vidéo passionnante traitant de l’un de mes revolvers préférés qui reste malheureusement encore du domaine du rêve me concernant, vu le coût et la difficulté de trouver un modèle en bon état ! Un jour peut-être ! Concernant les munitions montées sur clip, les manufactures,au début des années 20, ont produit une cartouche de 45 dite 45 auto-rim qui permettait de s’affranchir des clips demi-lune ce qui rendait effectif l’utilisation de l’éjecteur du revolver, facilitant en principe son alimentation. Merci encore pour cette vidéo et prompt rétablissement à jean Gillet.

    1. Michel Bottreau

      C’est exact. Sur le S&W 1917, la feuillure ne se fait pas au niveau de la gorge, mais sur le collet de la douille, comme sur les pistolets semi-automatiques. C’est pourquoi on peut très bien se passer des clips de chargement. Vu la faible pression de la munition, on retire sans difficulté la douille vide en agrippant la gorge avec l’ongle.

      La .45 Auto Rim, qui possède un bourrelet, présente l’avantage d’offrir un appui à l’étoile de l’extracteur, ce qui permet d’éjecter rapidement, d’un seul mouvement, les six douilles vides. Cette cartouche était surtout intéressante pour les utilisateurs du Colt modèle 1917, parce que les chambres de ce dernier n’avaient pas – du moins dans la première version de ce revolver – de rétreint permettant de réaliser la feuillure au niveau du collet.

      Il est en effet difficile de trouver un S&W 1917 en parfait état, mais avez- vous pensé à sa version moderne rééditée par Smith & Wesson ?
      http://www.essai-armes.fr/2009/09/01/revolver-smith-wesson-modele-22-of-1917/

    2. MASCLET Didier

      Effectivement, cela pourrait être une alternative pour moi, mais ultérieurement malheureusement. Je viens simultanément de faire l’acquisition d’une CZ 452, suite à votre essai de cette carabine et d’un Lee Enfield SMLE en calibre 303 british, donc pour moi c’est Noël avant l’heure comme dirait mon épouse, en me lançant en prime, un regard que l’on pourrait comparer à un tir d’armes automatiques. Merci pour le lien et vous souhaitant bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Essai armes icon
Retour en haut