Pistolet Ruger modèle Mark III 22/45 « LITE » / Calibre .22 Long Rifle

Le pistolet semi-automatique Ruger modèle Mark III 22/45 « Lite » est ici équipé d’un micro viseur reflex « DocterSight II Plus », installé sur le rail Picatinny au moyen d’un montage à griffes HMS.
Le pistolet semi-automatique Ruger modèle Mark III 22/45 « Lite » est ici équipé d’un micro viseur reflex « DocterSight II Plus », installé sur le rail Picatinny au moyen d’un montage à griffes HMS.

La version « 22/45 » du Ruger modèle Mark III rompait délibérément avec la traditionnelle silhouette inspirée du Luger pour emprunter la poignée d’un autre pistolet semi-automatique mythique, le Colt modèle 1911 A1. Les innovations ne s’arrêtaient pas là, puisque la carcasse n’était plus usinée en acier mais moulée en polymère. La nouvelle arme ne se contentait donc pas d’offrir aux tireurs américains une prise en main qui leur était familière, elle leur procurait en plus une légèreté appréciable pour la pratique du tir à bras franc.

Ce modèle ultra léger se démarque par sa carcasse en polymère surmontée par un tube cylindrique en aluminium qui constitue à la fois le boîtier de culasse et le manchon du canon.
Ce modèle ultra léger se démarque par sa carcasse en polymère surmontée par un tube cylindrique en aluminium qui constitue à la fois le boîtier de culasse et le manchon du canon.

La déclinaison « Lite » du 22/45 pousse encore plus loin le processus d’allégement, grâce à son boîtier de culasse en alliage léger qui se prolonge vers l’avant pour former le manchon du canon. L’arme que nous testons bénéficie d’une superbe finition « Cobalt Titanium », à laquelle s’ajoutent de généreux évents qui participent à l’allégement de l’ensemble et favorisent le refroidissement.

Equipé d’un montage à griffes permettant sa fixation sur le rail Picatinny du pistolet Ruger, le micro viseur DocterSight présente l’intérêt de n’apporter qu’un supplément de poids négligeable, de l’ordre de 50 grammes.
Equipé d’un montage à griffes permettant sa fixation sur le rail Picatinny du pistolet Ruger, le micro viseur DocterSight présente l’intérêt de n’apporter qu’un supplément de poids négligeable, de l’ordre de 50 grammes.

 

Vidéo :

Ce pistolet dispose d’un filetage au standard ½-28 UNEF permettant l’installation d’un modérateur de son, à l’image du Brügger & Thomet HP 22 que nous avons utilisé sur notre arme de test.
Ce pistolet dispose d’un filetage au standard ½-28 UNEF permettant l’installation d’un modérateur de son, à l’image du Brügger & Thomet HP 22 que nous avons utilisé sur notre arme de test.

 

Le banc d’essai du pistolet Ruger modèle Mark III 22/45 « Lite » a été publié sur 6 pages dans le magazine Action n°373 (janvier/février 2017).
Le banc d’essai du pistolet Ruger modèle Mark III 22/45 « Lite » a été publié sur 6 pages
dans le magazine Action n°373 (janvier/février 2017).

Le numéro 373 (janvier/février 2017) du magazine Action est aujourd’hui épuisé chez l’éditeur. Vous pouvez télécharger gratuitement les 6 pages de ce banc d’essai (3,1 Mo) en cliquant sur le lien ci-dessous :
Action n°373 janvier-février 2017_pistolet Ruger Mark III 22-45 LITE .22LR

Ne manquez plus rien de votre passion !

Rechargez et visez juste !

Un e-mail par mois, dans lequel nous réglons la visée sur des essais d’arme de légende, moderne ou ancienne, des guides pratiques et bien plus ! 

Cartouche garantie sans spam ni défaillance de tir !

Partagez votre expérience à la communauté !

Un avis, une question ou encore une expérience particulière ? Dites nous en plus dans l’espace des commentaires ci-dessous !

43 réflexions sur “Pistolet Ruger modèle Mark III 22/45 « LITE » / Calibre .22 Long Rifle”

  1. Bonjour,
    en revoyant l’essai du mkIII » target », ce dernier ne semble pas avoir les problèmes de départ et de hausse de celui-ci. Un internaute dit plus bas avoir des problèmes de départ sur un modèle « hunter »
    Le « target » aurait-il une construction différente, ou un controle qualité pluspoussé que les autres Ruger ?

    1. Michel Bottreau

      Oui bien sûr, il ne faut pas tout confondre. Ce sont tous deux des Mark III, mais ils sont radicalement différents. Le modèle « Target » est tout acier, il a un très bon départ et un canon plus long, donc pas de problème d’accord entre la hausse et le guidon…

    2. D’accord, je pensais qu’il s’agissait de différentes déclinaisons d’une même arme.
      Merci pour vos explications.

      Bien cordialement.

  2. Bonjour,
    Merci pour vos vidéos toujours aussi agréables à regarder. J’ai fait l’acquisition du ruger 22/45 il y a quelques mois maintenant. J’ai effectivement constaté un souci avec le départ. Cependant il existe un kit pour améliorer radicalement ce problème. Un kit de la marque Volquarsten qui permet d’avoir une arme nouvelle ! Pour la somme non négligeable de 180€ vous pouvez vraiment transformer l’arme et avoir un pistolet très agréable à manipuler. Le départ est alors quasi inexistant. Pour celles et ceux qui serait intéressé par cette arme mais qui auraient des freins suite à votre essai je ne peux que recommander l’achat de ce kit. J’ai aussi fait quelques autres transformations avec le retrait de la sécurité de chargeur qui permet une éjection des chargeurs bien plus franche. Si quelqu’un souhaite avoir plus d’infos je pourrai donner toutes les référence de mes achats. Amicalement amis tireurs.

    1. Michel Bottreau

      Merci pour ces informations. Ce kit Volquartsen, qui nous a été recommandé également par les commentaires d’autres internautes, semble être effectivement intéressant.

    2. C’est normal de pouvoir, à notre petite échelle, aider les internautes à faire leurs choix. Concernant ce kit contrairement à ce que l’on peut lire, n’est pas bien compliqué à monter soi-même. Avec de la rigueur et de la méthode on peut très bien mettre en place les pièces sans souci. J’ai également fait l’acquisition d’un kit de la fabrique Majestic-arm qui permet de retirer la culasse pour le nettoyage sans démonter le mécanisme dans la poignée. Je ferai un commentaire plus détaillé des modifications que j’ai réalisé sur mon ruger 22/45 en janvier si cela peut aider les amis tireurs ! Encore merci pour vos vidéos !

  3. Pa trick Gossiaux

    Bonjour,
    En ce qui concerne le ruger 22, j’ai un MKIII Hunter, pour moi la détente était également « difficile ».
    J’opté pour un kit VOLQUARSTEN, le pied, environ 700 grammes.
    Par contre il vaut mieux confier la pose à un armurier, même avec une vidéo explicative le professionnel a ramė.
    Prix un peu plus de 100€ si j’ai bonne mémoire plus pose, mais maintenant j’ai une arme top.
    Patrick

    1. Michel Bottreau

      Merci pour ce commentaire qui pourra certainement intéresser les futurs acquéreurs de cette arme.

  4. Bonjour et merci pour ces éléments qui feront forcément réfléchir.
    Quel dommage, j’espère qu’un firme comme Ruger aura vent de ces retours et fera évoluer ce pistolet car s’ils sont si près d’une grosse réussite, se louper pour si peu c’est bête.

  5. Bonjour Michel,
    Bonjour Jean,

    Merci pour cet excellent essai.
    Je vous invite, tous les deux, à essayer le nouveau S&W SW22 Victory.
    Excellente arme avec un démontage bien moins complexe que le Ruger.
    Certes, elle est plus lourde en main que le Ruger, mais un confort de tir élevé.

    Meilleures salutations.
    Grégor (Armurier en Suisse)

  6. Merci pour ce nouvel essai de qualité ! Une nouvelle vidéo du duo Michel/Jean c’est comme une production SIG, Manurhin ou HK … Une valeur sûre. Jamais déçu et vivement la sortie du prochain action !

    En tout cas quel dommage, c’est vraiment aberrant de voir une détente pareille et un départ à 1.7 KG (c’est le poids de départ d’une arme de service en SA et presque d’une safeaction Glock qui tourne à 2,2).

    C’est d’autant plus décevant que l’arme est destinée au tir purement sportif : en témoignent la hausse réglable, sa canonnerie de qualité et le nombre impressionnant de détails – par ailleurs très pertinents – permettant de gagner en légèreté (alliages légers, polymers, échancrures sur le manchon de canon …)

    A ce compte là il aurait au moins fallu (à défaut d’un vrai contrôle qualité ayant nécessairement mené à un allègement/adoucissement de la détente) élargir encore la préhension ou intégrer un système d’étrier dans le style du 1911.

    En espérant que Ruger mette vite sur le marché un kit d’amélioration de leur détente afin de sauver le modèle et d’éviter le divorce avec une partie de sa clientèle sportive civile (femmes, débutants, tireurs aimant le « confort » …)

    Bien cordialement,
    TONY

  7. Fournier jean-Marc

    Bonjour, très intéressé par cette nouveauté de Ruger, malgré vos « réserves » sur la détente…Ce pistolet ne sera t’il qu’ en 22LR ou y aura -t’il du 22 mag, d’autre part, ferez-vous des essais et démonstrations plus complets (démontage-remontage ? )comme d’habitude ? Merci

  8. Merci à tous les deux pour ces essais.
    Par contre pas de merci à Ruger qui a réussi à produire une arme aussi laide, digne de startreck…

  9. chiaroni gabriel

    bonjour a vous deux , j’était très intéresser par cette armes . jusqu’à votre superbe vidéo .
    là pour le coup je suis un peut moins chaud .
    bon le départ on peut toujours le refaire travailler par un armurier, quoi que avec l’anodisé bonjour les rayure .
    le plus qui me dérange c’est cette hausse .
    moi aussi je titre point visé point toucher .
    c’est incompréhensible que la firme ruger et monter une hausse qui a fond en hauteur les impacte sont trop bas .
    on peut toujours mettre un guidon plus bas pour essayer de monter le tir si on en trouve qui se monte sur l’armes .mais acheter une armes neuves avec tout c’es inconvénient, j’ai pas envie .
    voila ma conclusion .
    merci du travail remarquable , que vous faite vous et jean

    1. Michel Bottreau

      Il suffit en fait de limer un peu le haut du guidon, puis de noircir l’acier en utilisant une liqueur de bronzage. Ce guidon mal adapté est le résultat de la standardisation pratiquée par Ruger pour abaisser les coûts.

  10. Bonjour Jean & Michel

    Le départ peut il être varié d’une arme à une autre exemple en prenant deux Ruger Mark III 22/45 ? Seront t’ils mesurés avec le même départ sorties de la boite ? Et l’usure a t’il une incidence après plusieurs année sur le départ.

    1. Michel Bottreau

      Deux exemplaires d’une même arme peuvent-ils avoir un départ différent à leur sortie de boîte ?
      Je ne le pense pas, du moins pas dans des proportions notables parce que la production est standardisée.
      L’usure a-t-elle une incidence après plusieurs années ?
      Sans doute mais, là encore, je pense que cette incidence est faible, parce que les pièces en frottement sont usinées dans un acier extrêmement dur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Essai armes icon
Retour en haut