Pistolets Glock 17 Gen5 & Glock 19 Gen5 / Calibre 9 mm Parabellum

Les pistolets semi-automatiques Glock 17 Gen5 et Glock 19 Gen5 sont accompagnés ici par leurs chargeurs respectifs de 17 et 15 coups, par un holster à rétention « Serpa Concealment » de la firme américaine Blackhawk et par une boîte de 50 cartouches à balle blindée expansive « First Defense » de la firme brésilienne Magtech.
Les pistolets semi-automatiques Glock 17 Gen5 et Glock 19 Gen5 sont accompagnés ici par leurs chargeurs respectifs de 17 et 15 coups, par un holster à rétention « Serpa Concealment » de la firme américaine Blackhawk et par une boîte de 50 cartouches à balle blindée expansive « First Defense » de la firme brésilienne Magtech.

Trente-quatre années après le lancement de son pistolet modèle 17, qui allait quasiment révolutionner l’industrie armurière, le fabricant autrichien annonce la sortie de la cinquième génération. Cette dernière ne bénéficie pas moins de vingt modifications par rapport à la précédente, au rang desquelles figure un canon de qualité match. Nous avons bien sûr voulu savoir ce qu’il en était réellement, sur le terrain…

Ces modèles Gen5 intègrent désormais le biseautage appliqué sur la partie antérieure de la culasse à glissière, un perfectionnement dont bénéficient depuis très longtemps les modèles ultra-compacts du fabricant autrichien.
Ces modèles Gen5 intègrent désormais le biseautage appliqué sur la partie antérieure de la culasse à glissière, un perfectionnement dont bénéficient depuis très longtemps les modèles ultra-compacts du fabricant autrichien.

Nous n’avons pas passé systématiquement en revue ces vingt modifications, parce que nombre d’entre-elles concernent des retouches apportées aux pièces internes du mécanisme. En contrepartie, nous nous sommes intéressés de très près à toutes celles qui nous semblaient marquantes. De plus, ce banc d’essai nous a permis de confronter de façon rigoureuse, dans les mêmes conditions et en utilisant des lots de munitions identiques, le modèle standard G-17 avec sa version compacte G-19.

On peut noter un net évasement de l’entrée du puits, dans le but de faciliter l’introduction du chargeur ; ce dernier est désormais muni d’un élévateur dont la couleur rouge orangée saute aux yeux quand toutes les cartouches qu’il contenait ont été tirées.
On peut noter un net évasement de l’entrée du puits, dans le but de faciliter l’introduction du chargeur ; ce dernier est désormais muni d’un élévateur dont la couleur rouge orangée saute aux yeux quand toutes les cartouches qu’il contenait ont été tirées.

Vidéo 1ère partie – présentation et tirs sur appui :

La partie antérieure de la poignée perd les creux ergonomiques destinés à accueillir le majeur, l’annulaire et l’auriculaire, mais elle retrouve la large échancrure découpée dans la partie antérieure qui avait disparue sur le Gen4. Combinée avec l’échancrure arrière, elle facilite l’extraction manuelle d’un chargeur récalcitrant en saisissant son talon entre le pouce et l’index.
La partie antérieure de la poignée perd les creux ergonomiques destinés à accueillir le majeur, l’annulaire et l’auriculaire, mais elle retrouve la large échancrure découpée dans la partie antérieure qui avait disparue sur le Gen4. Combinée avec l’échancrure arrière, elle facilite l’extraction manuelle d’un chargeur récalcitrant en saisissant son talon entre le pouce et l’index.

Vidéo 2ème partie – début des tests dynamiques :

Son démontage instantané, obtenu sans la dépose d’une quelconque clef, constitue toujours l’un des points forts des pistolets Glock, tous modèles confondus.
Son démontage instantané, obtenu sans la dépose d’une quelconque clef, constitue toujours l’un des points forts des pistolets Glock, tous modèles confondus.

Vidéo 3ème partie – suite et fin des tests dynamiques :

Hormis quelques rares exceptions qui confirment la règle, les groupements de 10 coups réalisés sur appui à la distance de 25 mètres avec diverses munitions manufacturées mettent très clairement en évidence la meilleure précision en cible du Glock 17 comparée à celle du Glock 19.
Hormis quelques rares exceptions qui confirment la règle, les groupements de 10 coups réalisés sur appui à la distance de 25 mètres avec diverses munitions manufacturées mettent très clairement en évidence la meilleure précision en cible du Glock 17 comparée à celle du Glock 19.
Le banc d’essai des pistolets Glock modèles 17 Gen5 et 19 Gen5 a été publié sur 7 pages dans le magazine Action n° 378 (novembre/décembre 2017).
Le banc d’essai des pistolets Glock modèles 17 Gen5 et 19 Gen5 a été publié sur 7 pages
dans le magazine Action n° 378 (novembre/décembre 2017).

Le numéro 378 (novembre-décembre 2017) du magazine Action est aujourd’hui épuisé. Vous pouvez télécharger gratuitement les 7 pages de ce banc d’essai (3,2 Mo) en cliquant sur le lien ci-dessous :

Action n°378 nov-dec 2017_Glock 17 & Glock 19 Gen5

Ne manquez plus rien de votre passion !

Rechargez et visez juste !

Un e-mail par mois, dans lequel nous réglons la visée sur des essais d’arme de légende, moderne ou ancienne, des guides pratiques et bien plus ! 

Cartouche garantie sans spam ni défaillance de tir !

Partagez votre expérience à la communauté !

Un avis, une question ou encore une expérience particulière ? Dites nous en plus dans l’espace des commentaires ci-dessous !

124 réflexions sur “Pistolets Glock 17 Gen5 & Glock 19 Gen5 / Calibre 9 mm Parabellum”

  1. Bonjour Michel,

    Avant tout, merci pour votre brillant travail (axé sportif) et merci à Jean pour son expertise (axée combat), vous êtes parfaitement complémentaire. Et en français, vous êtes sans concurrent. Bravo à vous.

    Voyant ce magnifique face à face surprenant du G19 vs G17 de cinquième génération (je ne m’attendais jamais à autant d’écart en précision), je me demandais pour vous n’explorez pas un peu plus l’excellente gamme Glock (déjà précédemment d’ailleurs en Gen 3 et Gen 4) ?

    En effet, cela me semblerait intéressant de pouvoir juxtaposer les résultats avec différents calibres de la gamme Glock également, vous ne pensez pas?

    Bien cordialement 😉

    1. J’aurais dû me relire… désolé… mais je pense que vous avez compris le message n’est-ce pas ?

      😀

    2. Michel Bottreau

      Je pense que nous l’avons fait :

      – banc d’essai du Glock 41 Gen4 « MOS » en calibre .45 ACP, Action n°373 janvier/février 2017.
      – banc d’essai du Glock modèle 22 en calibre .40 S & W, Action Guns n°248 novembre 2001.
      – banc d’essai des Glock ultra-compacts modèles 30 et 36 en calibre .45 ACP, Action Guns n°231 avril 2000.
      – banc d’essai des Glock modèles 31 standard et 33 ultra-Compact en calibre .357 SIG, Action Guns n°212 juillet-août 1998.
      – banc d’essai du Glock modèle 24 long slide en calibre .40 S & W, Action Guns n°176 avril 1995.

  2. Bonjour Michel,

    J’attends toujours avec impatience vos nouvelles vidéos, merci pour cet essai du nouveau Glock gen 5.

    Je suis également très content de revoir votre ami Jean à vos coté, le binôme fonctionne toujours merveilleusement bien comme au premier jour du début de vos vidéos, il est vrai que je vous suis depuis le début et je ne m’en lasse pas.

    En visionnant la troisième partie de cet essai, j’ai eu un « coup de blues », car tout ce que dit votre ami Jean est vrai, dans le tir récréatif cela doit rester un plaisir, mais pour cela faudrait-il encore que l’on dispose d’une bonne Instruction, or je dois constaté depuis plusieurs années en Belgique que cela n’existe pas.

    Malgré m’a participation dans trois club différents depuis 5 ans, j’ai pu constaté que la majorité vient sur le pas de tir, tire ses 30 cartouches « réglementaire » pour avoir son cachet de présence et ce une fois par mois, l’on ne pratique, pour les armes de poing que du tir académique à 25 mètres et c’est la débrouille pour chaque tireur, il y a bien soi-disant des moniteurs, des directeurs de tirs, des vérificateurs, que de beaux titres …, mais il n’y a pas d’instruction, ni d’instructeur disponible et capable de vous prendre en charge, d’analyser vos défauts, et ainsi vous permettre de progresser, et c’est bien triste.

    Cela étant je ne suis ni un bon, ni un mauvais tireur, j’ai pratiqué également un peu ce que l’on appelle l’ »IPSC », mais cela n’était pas réalisé dans ce que je considérais de bonnes règles de sécurité par manque d’encadrement.

    En conclusion, il y a un peu de tout et du n’importe quoi dans les différentes associations, de ce fait et force de constater que je ne progresse plus, je ne me rend plus qu’une fois par mois pour avoir également mon « stamp » obligatoire, et oui je suis devenu comme la majorité des tireurs que je rencontre, je n’ai pas envie que l’on me retire mes autorisations, et puis j’aime la mécanique et j’aime mon Glock, j’ai même plus de plaisir à nettoyer celui-ci comme votre ami Jean nous l’avait montré que d’aller parfois au stand de tir …

    Votre ami Jean a bien raison, si l’on ne dispose pas d’une bonne instruction, et que l’on ne peut pas ou plus progresser …., à la longue n’est-il pas normal de décrocher, c’est comme à l’école pour bon nombre d’étudiant.

    L’on se plaint que la population du nombre de tireurs est vieillissante, outre les autres difficultés à pratiquer cette discipline (réglementations, contrôles, autorisations, certificats, etc … et sans compter le contexte actuel), j’ai vu bon nombre de jeunes abandonner le tir par découragement et surtout un manque d’encadrement.

    J’ai le sentiment qu’il y a 30 ou 40 ans en arrière que c’était certainement mieux comme dans beaucoup de domaine aujourd’hui, malheureusement je ne pratique que depuis 5 ans.

    Désolé de vous avoir déranger, et j’espère ne pas vous avoir transmis ce « coup de blues », mais j’avais envie de vous écrire et de partager mon ressenti.

    Heureusement qu’il y a encore des personnes comme vous qui nous font partager leur passion, tout ce que j’ai appris outre mon assiduité au début dans la pratique du tir, je l’ai appris au travers de vos articles et bien sûr vos vidéos, je pense qu’il en ait ainsi pour beaucoup d’internaute.

    Bonne continuation à vous deux et encore merci. 😉

    1. Michel Bottreau

      Merci pour ce témoignage poignant, qui explique parfaitement bien les choses. Je vais le transmettre à Jean qui l’appréciera sans aucun doute, parce qu’il se bat depuis toujours pour faire reconnaître la nécessité d’une formation.
      Ce qui est vrai en Belgique l’est aussi en France et, plus grave encore, ce qui est vrai pour les clubs de tir l’est ausi au sein des forces de l’ordre. Jean se heurte malheureusement partout à une inertie telle qu’il est extrêmement difficile de faire bouger les choses…
      Mais peut être nos vidéos auront-elles, à la longue, un peu d’influence pour améliorer cet état de fait. Nous pouvons en tout cas l’espérer.

  3. CASTELA Roland.

    Bonjour Michel. J’ai regardé attentivement cet essai de ces deux Glock G5.
    J’ai bien compris que ces nouveaux modèles sont proposés, par le fabricant, avec un canon
    finition « match ». Qu’en est il de la précision exactement par rapport à la G4 ou G3 ? Supérieure ? Je vois que Jean, à la fin de la troisième partie de la vidéo fait un tir super avec son « vieux » Glock, car même ! Alors….ce nouveau canon apporte- t il un plus dans les résultats en cible, bien entendu à qualité égale du tireur ?
    Cordialement.

    1. Michel Bottreau

      Vous trouverez la réponse à cette question dans le magazine Action n°378, qui sera en kiosque la semaine prochaine.

    2. CASTELA Roland.

      Bon, j’attends la parution de ce numéro 378 d’Action.
      Merci Michel.
      Cordialement.

    3. CASTELA Roland.

      Bonjour Michel. Passage ce matin à la maison de la Presse et pas de n°378 d’ACTION. Nous attendons………………….
      Cordialement.

    4. Michel Bottreau

      Malgré tous nos efforts, le magazine Action n’est jamais en kiosque le premier jour du mois, il y a coutumièrement une semaine de retard. Et j’en suis en partie responsable, parce que j’ai toujours beaucoup de mal à remettre mes textes en temps et en heure. Je crains que vous ne deviez patienter jusqu’à la fin de la semaine prochaîne…

  4. Bonjour , super video,comme a vos habitudes!!il y a un petit detail que j ai remarquer dans la 2eme video a environ 13 minutes,c est a quel point lors d un tir,la culasse passe vraiment tres pres de la peau de la main de jean!certe Mr Gillet a des mains de belles tailles,mais je me dit qu avec ce genre d armes,un tireur mal informer ou primo-tireur pourrait se blesser!qu en pensez vous?

    1. Michel Bottreau

      Très franchement, depuis les très nombreuses années où nous tirons avec des Glock, Jean et moi, cela ne nous est jamais arrivé.
      En revanche, autrefois, avec les vieux MAC 50, c’était courant !

  5. Bonjour Jean et Michel,

    Merci pour ces vidéos toujours très sympas et fort instructives. Étant également moi même possesseur d’un G17 G4 je trouve cette arme très précise … à condition de s’entraîner régulièrement.

    Petite question au passage : bien que Jean préconise l’utilisation d’une hausse réglable, quid de sa propre arme ? Fixe ou réglable ? Plastique ou métal de préférence les hausses ?

    Merci et à bientôt de vous lire et vous regarder encore.

    1. Michel Bottreau

      Pour votre info, Jean a installé sur son Glock 17 une hausse réglable et elle est en polymère.

    2. Bonjour,
      La hausse de Jean est réglable aussi en site ?
      merci et bonne continuation.
      Que ferait-on sans vous deux !

    3. Bonjour Monsieur Bottreau,
      Une petite info sur la hausse proposée sur le site de l’Armurerie de la Bourse ; si elle est identique à celle présente d’origine sur mon Glock 41, le réglage en « site » est une came on peut la tourner indéfiniment dans le même sens, la hausse monte et descend puis monte etc, pas facile à régler !

      Nicolas.

    4. Michel Bottreau

      Cela ne pose pas véritablement de problème pour la régler, n’oublions pas que ce réglage joue sur quelques dixièmes de millimètre. Mais j’ai également mis le lien vers une hausse plus traditionnelle pouvant convenir aux tireurs sportifs.

  6. bonjour,
    Vous parlez souvent de graisses de rodage, hors ils me semblent bien que Glock comme Sig Sauer et la plupart des fabricants d’armes disent dans les manuels d’utilisations de nettoyer les armes avant la 1ère utilisation.

    1. Michel Bottreau

      Attention de ne pas confondre « graisse de stockage » et « graisse de rodage ». L’importateur Glock (armurerie de la Bourse à Paris) demande aux acheteurs de ne pas enlever la graisse de rodage avant 400 coups.

  7. Bonjour Michel et merci pour vos tests, hâte de lire celui-ci. Une question me taraude depuis la sortie de la génération 5, faut-il mieux privilégier l’achat d’un glock 17 génération 5 par rapport à un génération 4? L’évolution entre ces deux générations le justifie t’elle? Précision ce sera mon premier glock et c’est pour du tir sportif. D’avance merci de m’éclairer.

    1. Michel Bottreau

      Faut-il privilégier l’achat d’un Glock 17 gen5 par rapport à un gen4 ? C’est justement pour vous permettre de répondre à cette question que nous publions ce banc d’essai. Mais le magazine Action ne sera pas en kiosque avant la semaine prochaine, encore un peu de patience…

  8. Merci Michel et Jean pour cet essai, c’est un beau cadeau, je me réjouis déjà de la lecture du magazine, j’aime la qualité, ainsi que la présentation des articles préparés aux petits soins par Mr. Bottreau 😉

  9. Bonjour à tous. J’attend avec impatience la réception de ma revue favorite dans ma boîte aux lettres pour découvrir le test tant attendu. Je regarderai les vidéos après, en complément. Encore merci pour votre travail

    1. Michel Bottreau

      Très bonne façon de procéder. Le magazine devrait être en kiosque dans une semaine environ.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Essai armes icon
Retour en haut