Pistolet Walther modèle PPQ M2 « Tactical Navy SD » / calibre 9 mm Parabellum

Le Walther PPQ équipé d’un canon fileté est accompagné ici d’un modérateur de son « Impuls IIA » de la firme suisse Brügger & Thomet et d’un holster « Funny Pancake » de la maison française La Sellerie du Thymerais, un modèle en cuir qui offre cinq positions de tir et qui dispose d’un poussoir du dégainage.
Le Walther PPQ équipé d’un canon fileté est accompagné ici d’un modérateur de son « Impuls IIA » de la firme suisse Brügger & Thomet et d’un holster « Funny Pancake » de la maison française La Sellerie du Thymerais, un modèle en cuir qui offre cinq positions de tir et qui dispose d’un poussoir du dégainage.

La firme allemande Carl Walther avait abordé de plain-pied le domaine des pistolets semi-automatiques de la nouvelle génération en 1996, avec le lancement de son modèle P99. Ce tout nouveau Walther « PPQ » (Polizei Pistole Quickdefense) se présente comme une version améliorée du P99, puisqu’il dispose désormais d’une platine à simple action lui procurant une simplicité d’utilisation comparable à celle du Glock 17.

L'arme est livrée dans une mallette de transport, accompagnée par deux chargeurs (15 et 17 coups), une chargette et des dos interchangeables permettant de moduler la poignée en fonction de la morphologie de l’utilisateur.
L’arme est livrée dans une mallette de transport, accompagnée par deux chargeurs (15 et 17 coups), une chargette (outil d’aide au remplissage du chargeur) et des dos interchangeables permettant de moduler la poignée en fonction de la morphologie de l’utilisateur.

Première partie : présentation, tirs sur appui à 25 m


Mouler l’élévateur du chargeur en polymère de couleur rouge vif est un choix judicieux, qui permet à l’utilisateur de vérifier plus aisément si le chargeur est vide et procure également une lecture plus facile de son remplissage en regard des trous de visualisation percés sur sa paroi arrière.
Mouler l’élévateur du chargeur en polymère de couleur rouge vif est un choix judicieux, qui permet à l’utilisateur de vérifier plus aisément si le chargeur est vide et procure également une lecture plus facile de son remplissage en regard des trous de visualisation percés dans sa paroi arrière.

Deuxième partie : prise en main, tirs de précision à 18 m


Si le modérateur de son vient partiellement cacher la cible au niveau des éléments de visée, ces derniers restent toutefois utilisables sans trop de difficulté grâce aux trois points blancs dont ils sont dotés.
Si le modérateur de son vient cacher la cible au niveau des éléments de visée, ces derniers restent toutefois utilisables sans trop de difficulté grâce aux trois points blancs dont ils sont dotés.

Troisième partie : tirs dynamiques à 15 m, tirs avec silencieux


S’il conserve globalement la silhouette du modèle P99, le Walther PPQ ne s’en démarque pas moins par un grand nombre de modifications destinées à simplifier et améliorer son utilisation.
Le Walther PPQ conserve globalement la silhouette du modèle P99, mais il s’en démarque par un grand nombre de modifications destinées à simplifier et améliorer son utilisation.

Quatrième partie : analyse des résultats et conclusion

Le banc d’essai du Walther PPQ M2 Tactical Navy SD a été publié sur 6 pages dans le magazine Action n°363 (mai/juin 2015).
Le banc d’essai du Walther PPQ M2 Tactical Navy SD a été publié sur 6 pages
dans le magazine Action n°363 (mai/juin 2015).

 

Envie d’en voir plus ?

Ne manquez plus rien de votre passion !

Rechargez et visez juste !

Un e-mail par mois, dans lequel nous réglons la visée sur des essais d’arme de légende, moderne ou ancienne, des guides pratiques et bien plus ! 

Cartouche garantie sans spam ni défaillance de tir !

Partagez votre expérience à la communauté !

Un avis, une question ou encore une expérience particulière ? Dites nous en plus dans l’espace des commentaires ci-dessous !

52 réflexions sur “Pistolet Walther modèle PPQ M2 « Tactical Navy SD » / calibre 9 mm Parabellum”

  1. Bonjour,
    J’ai fait l’acquisition d’un PPQ M2 en 5 pouces.
    La detente est tres agreable, bonne prise en main, je voulais un autre pistolet pour faire un peu plus de point sur de la c50, j’ai aussi un MP9 de derniere generation, plus tactique, avec une detente plus dur. Je me felicite de cet achat, le tir avec est tres agreable, sur la prise en main, la petite chargette, et le tir, je fait beaucoup de noir, …du point. vraiment merci pour vos videos et essais, je suis tres satisfait de mon achat et votre essai a pesé dans la balance, l’offre étant tellement vaste..

    serait il possible d’avoir un essai sur le pistolet xdm 5.25 en 9 para ou 45 acp.

    Après je suis dans l’optique d’un pistolet en 22lr, mais quoi choisir P22, mosquito, dés que l’on est en dessous de 500 euros tout le monde dit, c’est pas bon, c’est cheap…

    merci et bonne continuation.
    slts

    1. Michel Bottreau

      Merci pour ce retour d’expérience.

      Concernant le pistolet croate HS-2000 (Springfield Armory aux Etats-Unis), nous l’avons testé en 2004, avec un canon de 4 pouces.
      http://www.essai-armes.fr/2004/05/01/pistolet-hs-2000-9para/

      Si l’importateur actuel nous propose une version à canon plus long, comme le XDM-9 5.25, nous testerons cette arme avec plaisir.
      http://www.sunrock.fr/hs-produkt/

      Pour ce qui est du Sig-Sauer Mosquito, nous l’avons testé en 2005 et l’avions jugé plutôt satisfaisant. Cependant nos bancs d’essais, au cours desquels nous tirons quelque deux ou trois cents cartouches, ne permettent pas de juger la fiabilité d’une arme à longue échéance et c’est vrai que les retours le concernant ne sont pas très positifs…
      http://www.essai-armes.fr/2005/07/01/pistolet-sig-sauer-modele-mosquito-22lr/

  2. Je viens de recevoir mon PPQ Navy SD. Merci a toute l’équipe pour la qualité de l’analyse, et la série de vidéo. Dans la longue recherche « du » premier 9mm (après des années au plomb), cette analyse m’a aidé et conforté dans mon choix ! Il me reste à commencer à tirer quelques cartouches.
    J’ai trouvé la vidéo nettoyage Glock 17 très pertinente également pour le PPQ… alors un bravo massif à toute l’équipe.
    J’ai testé : laisser 18 minutes au lieu de 15 mn l’arme dans le pétrole ne l’a pas fait fondre ! ;-).

  3. Je m’associe aux autres commentaires pour vous remercier et vous féliciter pour la qualité et l’utilité de tous ces essais et videos.
    Je découvre un peu le tir sportif et les armes de poing en particulier, étant originaire du monde de la chasse et plus habitués aux fusils à canons lisses… quelques petites questions me turlupine que je me permets de vous poser. Un point de sécurité essentiel que m’expliquait mon père avant que je commence à manipuler mon calibre 16 était que le percuteur était en permanence armé (sauf évidement immédiatement après le tir…) et prêt à être libéré via pression sur la queue de détente… ou au moindre choc ! De là la recommandation qu’on me faisait de ne jamais utiliser, avec une cartouche chambrée, le petit curseur de sécurité présent sur ces armes car il pouvait laisser faussement croire que l’arme était sécurisée alors que cette sécurité ne permettait de bloquer que la queue de détente mais pas nécessairement le percuteur lui-même… qui pouvait se libérer en cas de choc un peu violent.
    J’en viens à mes questions concernant la position du percuteur sur les pistolets semi-auto.
    Tout d’abord, sur les modèles simple/double action munis d’un levier de decocking : lorsque le chien est ramené à l’abattue pour utiliser l’arme en mode double action, le percuteur est-il aussi ramené au repos (armé uniquement lors de l’appui sur la détente) ou déjà armé, seul le chien étant « désarmé » via le levier de decocking ? Dans le premier cas, le risque d’accident me semble beaucoup plus limité car seul l’appui sur la queue de détente peut réellement provoquer le départ du coup. Dans le second cas, un choc (chute de l’arme) peut-il potentiellement libérer le percuteur et provoquer le départ ?

    Une dernière question si je peux me permettre : je n’ai pas bien compris si le PPQ, à l’instar du Sig P320 pour lequel vous apportez justement cette précision, fonctionne sur le principe du glock c’est-à-dire avec un percuteur partiellement armé (et qu’on finit d’armer en pressant la queue de détente), ou sur celui d’un simple action (percuteur complètement armé qui n’attend que d’être libéré) dont le chien ne serait simplement pas visible à l’extérieur de l’arme ?

    Merci d’avance pour ces précisions si vous trouvez le temps de me lire !

    1. Michel Bottreau

      Les premiers pistolets semi-automatiques fonctionnaient grâce à une platine à simple action. Qu’il s’agisse d’un marteau (apparent ou caché) ou d’un percuteur (lancé par un ressort), le dispositif de percussion devait être préalablement armé avant d’être libéré par l’action du doigt sur la queue de détente. Cet armement pouvait se faire au moment du tir, en manœuvrant manuellement la culasse à glissière, ce qui permettait de porter l’arme sans aucun risque puisqu’aucune cartouche n’était chambrée, mais augmentait considérablement le temps de réponse. En d’autres termes, cela ne permettait pas de riposter de façon instantanée. L’autre solution était de porter le pistolet armé avec une cartouche chambrée, mais il était alors impératif d’enclencher un levier de sûreté permettant de bloquer le mécanisme.

      Une amélioration sera apportée avec l’apparition des modèles à platine sélective permettant d’effectuer le tir en double action. Ils offraient un avantage, puisqu’ils pouvaient être portés avec une cartouche chambrée sans qu’il soit nécessaire d’enclencher la sûreté, mais également un inconvénient du fait que la course et la résistance de la queue de détente étaient très différentes entre le premier coup, tiré en double action, et les coups suivants tirés en simple action. Une alternative apparaitra avec les pistolets à platine DAO (Double Action Only) sur lesquels tous les coups sont tirés en double action, avec cependant un inconvénient en raison de la course plus longue et du départ plus ferme de leur détente.

      Qu’il s’agisse d’un modèle à Double action ou d’un DAO, porter ces pistolets avec une cartouche chambrée présentait toutefois un risque, puisque le coup pouvait très exceptionnellement partir si l’arme chutait brutalement sur une surface dure. C’est pourquoi la grande majorité des P.A. actuels est munie d’un dispositif, appelé sécurité au choc ou sécurité de percuteur, qui bloque mécaniquement le percuteur tant que la détente n’est pas actionnée.

      L’introduction du Glock, avec son système de platine hybride et ses sécurités internes multiples, va bouleverser la donne. Grâce à son percuteur partiellement pré-armé, il présente un compromis particulièrement intéressant : il peut être porté sans aucun risque avec une cartouche chambrée ; il est conçu pour pouvoir faire feu instantanément en cas de nécessité et autorise donc une riposte immédiate ; le poids du départ est le même du premier au dernier coup tiré ; la course de sa détente et le poids de son départ sont bien meilleurs que sur une platine DAO traditionnelle.

      Le Walther PPQ est doté de sécurités multiples comparables à celles du Glock, mais sa platine est à simple action.

    2. mise au point très claire ! merci.
      Cela veut-il dire que, quand une cartouche est chambrée, le ressort du percuteur du PPQ est toujours en pleine tension et que donc il peut s’affaiblir ?

    3. ok, mais alors, au vu de sa bonne détente, je pense que le système PPQ est supérieur au système Glock qui n’a pas besoin de tendre d’avantage ce ressort de percuteur.

  4. Bonjour et merci à vous deux pour votre site vraiment top ;).
    Je me laisserai bien tenté par ce PA mais en 5 pouces. Auriez vous des retours sur ce modele, ou même l’avez vous essayé?
    Merci d’avance et bonne continuation.

    1. Michel Bottreau

      Nous n’avons pas testé le pistolet Walther PPQ M2 à canon de 5 pouces. Ceci dit, 5 pouces au lieu de 4,6 pouces, ça ne doit quand même pas faire une différence de nature à remettre en question la plupart des constatations que nous avons pu faire au sujet de cette arme…

  5. Bonjour

    merci pour vos vidéos.

    Question adressée à vous deux. Concernant ce PPQ M2 vous n’avez pas donné, sauf erreur de ma part, votre sentiment sur la queue de détente : courte ou pas, reset…car j’ai lu qu’elle était exceptionnelle. Qu’en pensez-vous ?
    Cordialement

    1. Michel Bottreau

      J’en ai parlé dans l’article publié. Exceptionnel est quand même un peu excessif.

  6. Bonjour Michel et Jean, je suis devenu un FAN de vos vidéos!vos explications et démonstrations sont vraiment tres instructives pour quelqu un comme moi qui est tout neuf et ignare dans le monde des armes et du tir sportif. (Licence de tir depuis janvier 2015,jamais toucher une arme a part les petoirs de fêtes foraines avant ça…)continuez vos essais et video aussi longtemps que possible!c est vraiment très utile pour des gens comme moi!et comme le dit la formule consacrée; bons tirs et a bientot amis tireurs!

  7. Bonsoir Michel et Jean. Je lis très souvent vos articles sur votre site et bien sur le magasine Action. Et félicitation aussi pour vos vidéos très intéressantes et instructifs.
    Je souhaiterais connaitre dans la mesure du possible vos impressions sur la précision du pistolet HK USP custom sport en calibre 45 ACP ou si vous envisagez de faire l’essai.
    Merci de votre attention et encore félicitation pour vos essais et commentaire.

    1. Michel Bottreau

      Nous n’avons pas testé ce modèle en calibre .45 ACP, uniquement en 9 mm Parabellum :
      http://www.essai-armes.fr/2014/12/09/hk-usp-custom-sport/

      Le banc d’essai de la version chambrée en .45 ACP n’est pas prévu pour l’instant.

      Concernant les pistolets Heckler & Koch, nous en avons déjà testé un certain nombre :
      – HK USP « Custom Sport » en calibre 9 mm Parabellum, Action n° 361, janvier-février 2015.
      – HK USP « Compact » en calibre .40 S&W, Action Guns n° 261 janvier 2003.
      – HK USP « Tactical » en calibre .45 ACP, Action Guns n° 257, septembre 2002.
      – HK USP « Expert » en calibre 9 mm Parabellum, Action Guns n° 239, janvier 2001.
      – HK USP Mark 23 « SOCOM » en calibre .45 ACP, Action Guns n° 217, janvier 1999.
      – HK USP « Match » en calibre 9 mm Parabellum, Action Guns n° 206, janvier 1998.
      – HK USP en calibre .45 ACP, Action Guns n° 197, mars 1997.

    2. Bonsoir Michel. Je vous remercie pour votre réponse. Ayant des doutes sur la précision à 25 mètres de mon HK USP 45 custom sport (Déçu), j’envisage de le changer contre un HK USP « Expert » toujours en calibre 45 ACP. Pensez vous que s’est une bonne idée ?

    3. Michel Bottreau

      J’ai expliqué, dans mon banc d’essai du Heckler & Koch modèle USP Custom Sport en calibre 9 mm Parabellum, publié dans le magazine Action n° 361 (janvier-février 2015), pourquoi les pistolets « Match », « Tactical », « Expert » et « Elite » étaient plus précis que les autres modèles de la firme Heckler & Koch. Donc, oui, je pense que le modèle Expert sera plus précis que votre actuel Custom Sport. Nous parlons toutefois ici de la précision intrinsèque de l’arme. Ne perdez pas de vue que la précision que vous pouvez obtenir en cible dépend d’un certain nombre d’autres facteurs.

    4. Je vous remercie pour votre réponse. Il est vrai que l’autre problème de l’USP pour moi est sa carcasse et donc sa poignée très massive. Vue que je n’ai pas des mains de bucheron…
      Encore merci !
      Cordialement : Vincent

  8. Bonsoir Michel et Jean,en relisant un de vos articles, vous parliez de votre classement de 80 armes. Pensez le publier un jour ? Ou l’ avez déjà fait. Bravo pour votre travail.
    Patrick

    1. Michel Bottreau

      Vous faites sans doute référence à l’article « La précision des armes de poing, un classement élaboré à partir de 200 bancs d’essais complets » que nous avons publié dans le magazine Action Armes & Tir n° 311, juillet-août 2007.

      Nous ne prévoyons pas de publier l’intégralité de ce classement, mais nous continuons la mise à jour des tableaux au fur et à mesure des bancs d’essais. Ceci nous permet de mieux situer les armes testées sur le plan de leur précision en cible et d’en parler, de temps à autre, dans les articles que nous publions.

    2. Bonsoir Michel, d’abord je vous remercie pour votre réponse. En fait je faisais référence à votre article sur le CZ P-09 parut dans action de septembre /octobre 2014. Ou vous le classiez 25 sur 80.
      Cordialement.
      Patrick

    3. Michel Bottreau

      C’est ça, je me réfère de temps à autre à mes tableaux pour comparer une arme avec celles de même calibre que nous avons testées.

  9. laurent g 62

    Bonjour Michel et Jean ,c’est toujours un régale de vous suivre sur votre site web ,je n’en ratte pas une miette de votre vidéo .Je suis toujours épater de voir jean faire des groupement très serré avec une arme de combat qui n’est pas faite pour cela.Pour ma pare je reste admiratif ,chapeau bas mr Jean .Merci a vous Michel pour vos explication sur les munissions testé sur cette arme .
    bon tir à tous.

  10. Bonjour Michel et Jean,

    Banc d’essai très instructif, et super sympa le bonus, ça fait du bien de vous revoir tout les deux sur le pas de tir.

    Merci pour la qualité de vos analyses et de cette complicité amicale que vous nous faites partager à nous tous, les amis tireurs.

    Vivement la prochaine vidéo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Essai armes icon
Retour en haut