Pistolet Glock modèle 41 Gen4 « MOS » / Calibre .45 ACP

Le pistolet semi-automatique Glock 41 MOS est équipé ici d’un viseur reflex « STS » de la firme américaine C-More Systems.

Le pistolet semi-automatique Glock 41 MOS est équipé ici d’un viseur reflex « STS » de la firme américaine C-More Systems.

La firme Glock propose, pour ses principaux modèles, une version extrêmement intéressante puisqu’elle permet à son propriétaire de fixer lui-même sur l’arme, avec une très grande facilité, l’un de micro viseurs reflex compacts dont l’utilisation tend actuellement à se généraliser.

En l’absence de viseur optique, l’arme adopte la silhouette habituelle des pistolets Glock grâce à la plaque de finition qui vient combler le vide laissé par la découpe MOS.

En l’absence de viseur optique, l’arme adopte la silhouette habituelle des pistolets Glock grâce à la plaque de finition qui vient combler le vide laissé par la découpe MOS.

Le Glock 41 Gen4 dont nous réalisons ici le banc d’essai est un modèle allongé, destiné aux compétitions de tir IPSC/TSV. Il dispose d’un canon de 5 pouces ¼ (135 mm), d’une détente Match à 2 kilogrammes et d’une confortable ligne de mire de 195 mm.

Cette arme est livrée dans une mallette de transport, accompagnée par deux chargeurs de 13 coups, une chargette, quatre dos adaptables permettant d’augmenter la taille de la poignée et quatre platines interchangeables dédiées à la fixation des différents viseurs reflex disponibles sur le marché.

Cette arme est livrée dans une mallette de transport, accompagnée par deux chargeurs de 13 coups, une chargette, quatre dos adaptables permettant d’augmenter la taille de la poignée et quatre platines interchangeables dédiées à la fixation des différents viseurs reflex disponibles sur le marché.

 

Première partie : présentation

Le micro viseur reflex DocterSight, qui se positionne de façon parfaite sur la culasse à glissière, se révèle idéal pour être utilisé sur le pistolet Glock en version MOS.

Le micro viseur reflex DocterSight, qui se positionne de façon parfaite sur la culasse à glissière, se révèle idéal pour être utilisé sur le pistolet Glock en version MOS.

 

Deuxième partie : tirs

Ce viseur qui ne grossit pas permet très facilement de tirer en gardant les deux yeux ouverts et il sera particulièrement apprécié par les utilisateurs atteints de presbytie du fait que le point rouge se situe sur la même plan focal que la cible.

Ce viseur qui ne grossit pas permet très facilement de tirer en gardant les deux yeux ouverts et il sera particulièrement apprécié par les utilisateurs atteints de presbytie du fait que le point rouge se situe sur le même plan focal que la cible.

ATTENTION : Ce que vous voyez ci-dessous, en avant-première, n’est que la maquette d’un magazine qui n’est pas encore imprimé. Il vous faudra patienter au moins jusqu’au 5 janvier pour le voir arriver dans les kiosques à journaux…

Le banc d’essai du pistolet Glock modèle 41 « MOS » a été publié sur 6 pages dans le magazine Action n°373 (janvier/février 2017).

Le banc d’essai du pistolet Glock modèle 41 « MOS » a été publié sur 6 pages
dans le magazine Action n°373 (janvier/février 2017).

Pistolet Korth « PRS » 1911 (5 pouces) / Calibre .45 ACP

La firme allemande Korth s’est forgée une réputation de tout premier ordre par la qualité de fabrication hors du commun de ses revolvers chambrés en calibre .357 Magnum, dont la commercialisation a débuté en 1959. Elle est fréquemment comparée aux marques de prestige des domaines où s’exprime le luxe comme Rolls-Royce pour les automobiles, Rolex pour les montres ou Louis Vuitton pour la maroquinerie.

Le pistolet Korth PRS 5 pouces est accompagné ici par les divers éléments fournis avec l’arme par le fabricant, à savoir : deux chargeurs de 7 coups ; deux ressorts récupérateurs (le modèle le plus puissant étant installé sur l’arme) ; trois amortisseurs de glissière (le modèle le plus souple étant installé sur l’arme) ; un outil spécifique pour le démontage ; une clé multiple pour le réglage de la hausse et un manuel utilisateur.

Le pistolet Korth PRS 5 pouces est accompagné ici par les divers éléments fournis avec l’arme par le fabricant, à savoir : deux chargeurs de 7 coups ; deux ressorts récupérateurs (le modèle le plus puissant étant installé sur l’arme) ; trois amortisseurs de glissière (le modèle le plus souple étant installé sur l’arme) ; un outil spécifique pour le démontage ; une clé multiple pour le réglage de la hausse et un manuel utilisateur.

Le pistolet semi-automatique « PRS » (Pistole Roller-locking System) qu’elle vient de lancer en 2015 reprend la silhouette, la poignée, les commandes et le calibre du légendaire Colt modèle 1911, mais il s’en démarque radicalement par son système de culasse à verrouillage par galets, une solution technique élégante dont la réalisation exige un travail d’usinage complexe et par son canon fixe, qui constitue une configuration idéale pour favoriser la précision en cible.

Ce pistolet est livré dans une mallette étanche et antichoc, de type « PeliCase », injectée en résine synthétique (polyéthylène) à haute résistance et munie d’une soupape de purge automatique (valve de dépressurisation) pour égaliser la pression de l'air.

Ce pistolet est livré dans une mallette étanche et antichoc, de type « PeliCase », injectée en résine synthétique (polyéthylène) à haute résistance et munie d’une soupape de purge automatique (valve de dépressurisation) pour égaliser la pression de l’air.

Première partie : Présentation

La culasse reste automatiquement bloquée en position ouverte une fois la dernière cartouche tirée, dévoilant son original système de canon fixe, ce dernier restant toujours parfaitement aligné dans l’axe du tir.

La culasse reste automatiquement bloquée en position ouverte une fois la dernière cartouche tirée, dévoilant son original système de canon fixe, ce dernier restant toujours parfaitement aligné dans l’axe du tir.

Deuxième partie : Tirs dynamiques

La séparation des deux principaux sous-ensembles est obtenue sans l’aide d’outil, par simple extraction de l’arrêtoir de culasse qui fait office de clé de démontage. Cependant, la dépose du canon nécessite, sur ce modèle à canon de cinq pouces, l’utilisation de deux clefs hexagonales pour desserrer les mâchoires du manchon fixé à son extrémité.

La séparation des deux principaux sous-ensembles est obtenue sans l’aide d’outil, par simple extraction de l’arrêtoir de culasse qui fait office de clé de démontage. Cependant, la dépose du canon nécessite, sur ce modèle à canon de cinq pouces, l’utilisation de deux clefs hexagonales pour desserrer les mâchoires du manchon fixé à son extrémité.

Troisième partie : Précision en cible

Vidéos du fabricant (cliquer sur l’une des lignes ci-dessous) :

Présentation du pistolet Korth PRS

Démontage du pistolet Korth PRS

Le banc d'essai du pistolet Korth PRS 1911 a été publié sur 6 pages dans le magazine Action n°367 (janvier-février 2016).

Le banc d’essai du pistolet Korth PRS 1911 a été publié sur 6 pages
dans le magazine Action n°367 (janvier-février 2016).

Pistolet MAC « American Classic II » / calibre .45 ACP

Cette très belle copie du Colt 1911 A1, baptisée « American Classic II » et réalisée par la firme philippine MAC (Metro Arms Corporation), devrait éveiller l’intérêt des tireurs sportifs, ne serait-ce qu’en raison de son prix particulièrement attractif, de sa fabrication « tout acier » et de la présence d’éléments de visée de grande qualité.

Le pistolet MAC American Classic II est accompagné ici par un superbe holster en cuir noir et peau de raie réalisé par la maison française La Sellerie du Thymerais.

Le pistolet MAC American Classic II est accompagné ici par un superbe holster en cuir noir et peau de raie réalisé par la maison française La Sellerie du Thymerais.

Ce pistolet constitue une synthèse entre le classicisme du Colt 1911 et les améliorations communément apportées à ses copies modernes. Le classicisme est assuré par une fabrication en acier, un traditionnel bronzage noir et des plaquettes de poignée en bois dur. Les améliorations modernes sont représentées, entre autres, par une fenêtre d’éjection agrandie, un rainurage de préhension à l’avant de la glissière, une détente et un chien allégés, un levier de sûreté et un arrêtoir de culasse allongés, une pédale de sécurité munie d’un Memory bump, un chargeur de huit coups au lieu de sept, un  guidon à fibre optique et une hausse réglable.

Jean n’a malheureusement pas été en mesure de participer à la vidéo et j’ai dû me débrouiller seul. Il a néanmoins eu l’occasion de tester le MAC avant sa restitution à l’importateur et vous trouverez, dans le prochain numéro du magazine Action, les photos des cibles qu’il a réalisées en tir rapide ainsi que son avis au sujet de ce pistolet.

Jean n’a malheureusement pas été en mesure de participer à la vidéo et j’ai dû me débrouiller seul.
Il a néanmoins eu l’occasion de tester le MAC avant sa restitution à l’importateur et vous trouverez, dans le prochain numéro du magazine Action, les photos des cibles qu’il a réalisées en tir rapide
ainsi que son avis de professionnel au sujet de ce pistolet.

Première partie : présentation, tirs à 18 m 

Quelques unes des cartouches que nous avons rechargées pour ce banc d’essai, accompagnées par leur projectile (de gauche à droite) : - MPF 185 grains SWC-TML cuivrée ; - IMI 185 grains SWC blindée ; - Sierra 185 grains ACP Hollow Cavity ; - MPF 200 grains Lead RN ; - Fiocchi 200 grains SWC blindée ; - Ares 225 grains peinture époxy ; - Balleurope 230 grains Lead RN ; - Hornady 230 grains FMJ-FN ; - MPF 234 grains RN cuivrée graissée.

Quelques unes des cartouches que nous avons rechargées pour ce banc d’essai,
accompagnées par leur projectile (de gauche à droite) :
– MPF 185 grains SWC-TML cuivrée ;
– IMI 185 grains SWC blindée ;
– Sierra 185 grains ACP Hollow Cavity ;
– MPF 200 grains Lead RN ;
– Fiocchi 200 grains SWC blindée ;
– Ares 225 grains peinture époxy ;
– Balleurope 230 grains Lead RN ;
– Hornady 230 grains FMJ-FN ;
– MPF 234 grains RN cuivrée graissée.

Deuxière partie : tests de précision à 25 m 

Le démontage sommaire, strictement conforme à celui du Colt 1911 A1, ne présente aucune difficulté et peut être aisément effectué sans outil.

Le démontage sommaire, strictement conforme à celui du Colt 1911 A1, ne présente aucune difficulté et peut être aisément effectué sans outil.

Troisième partie : démontage/remontage

Le banc d'essai du pistolet MAC American Classic II a été publié sur 7 pages dans le magazine Action n°365 (septembre-octobre 2015).

Le banc d’essai du pistolet MAC American Classic II a été publié sur 7 pages
dans le magazine Action n°365 (septembre-octobre 2015).

 

Revolver Smith & Wesson modèle 1917 / calibre .45 ACP

Au moment où ils prennent la décision de se joindre aux alliés, en déclarant la guerre à l’Allemagne le 6 avril 1917, les Etats-Unis vont devoir très rapidement équiper en armes individuelles les centaines de milliers d’hommes des contingents qui seront envoyés sur le front européen.

Le revolver S&W modèle 1917 que nous avons testé est accompagné ici de son holster en cuir (copie), de clips chargeurs en demi-lune (copies) garnis de cartouches modernes de calibre .45 ACP et des poignards de tranchée américains modèles 1917 et 1918 (authentiques), prêtés par la maison AAS (www.aassniper98.com).

Le revolver S&W modèle 1917 que nous avons testé est accompagné ici de son holster en cuir (copie), de clips chargeurs en demi-lune (copies) garnis de cartouches modernes de calibre .45 ACP et des poignards de tranchée américains modèles 1917 et 1918 (authentiques), prêtés par la maison AAS (www.aassniper98.com).

Colt, qui a déjà livré à l’armée plus de 150 000 pistolets semi-automatiques modèle 1911, va recevoir une nouvelle commande portant sur un million d’exemplaires. Devant l’impossibilité qu’il puisse honorer un tel contrat dans des délais acceptables, le gouvernement américain va mettre à contribution le secteur privé. C’est ainsi que les pistolets modèle 1911 seront fabriqués par des firmes telles que Remington, Winchester, Savage et Springfield Armory, pour ne citer que les plus connues. Afin de pouvoir répondre le plus rapidement possible à la demande urgente d’armes de poing, les grandes firmes Colt et Smith & Wesson vont également modifier les revolvers alors en production de façon à ce qu’ils puissent chambrer la cartouche réglementaire. Sont ainsi adoptés, en 1917, un revolver fabriqué par Colt, issu de son modèle « New Service » de 1909 et un revolver fabriqué par Smith & Wesson, issu de son « .44 Hand Ejector Second Model » lancé en 1915.

Préambule : Le rechargement de la cartouche

Appelée « Crimp die », « Factory crimp » ou bien encore « Carbide factory crimp die », la matrice de sertissage conique peut être utilisée comme quatrième outil pour le rechargement des cartouches à douille droite destinées aux armes de poing. Cet outil a une double fonction : il recalibre la cartouche terminée, supprimant les gonflements créés par l’introduction du projectile ; il permet, en resserrant les parois du collet, de sertir les balles démunies de gorge de sertissage. Nous avons utilisé ici un sertisseur conique de la marque américaine Dillon, qui présente la particularité de pouvoir aisément être démonté et nettoyé sans en modifier le réglage.

Appelée « Crimp die », « Factory crimp » ou bien encore « Carbide factory crimp die », la matrice de sertissage conique peut être utilisée comme quatrième outil pour le rechargement des cartouches à douille droite destinées aux armes de poing. Cet outil a une double fonction : il recalibre la cartouche terminée, supprimant les gonflements créés par l’introduction du projectile ; il permet, en resserrant les parois du collet, de sertir les balles démunies de gorge de sertissage. Nous avons utilisé ici un sertisseur conique au carbure de tungstène de la marque américaine Dillon.

Première partie : Les tests dynamiques

Le chargement du S&W modèle 1917 peut être réalisé grâce aux clips en demi-lune (half moon) en acier ressort, mais les modèles d’époque sont rares et leurs copies chinoises sont de piètre qualité. La meilleure solution consiste à utiliser les clips en étoile (full moon) en acier ressort actuellement commercialisés par Smith & Wesson, qui sont peu onéreux, ou à ne pas employer de clip, l’extraction devant alors être effectuée en saisissant le culot de chaque cartouche.

Le chargement du S&W modèle 1917 peut être réalisé grâce aux clips en demi-lune (half moon) en acier ressort, mais les modèles d’époque sont rares et leurs copies chinoises sont de piètre qualité. La meilleure solution consiste à utiliser les clips en étoile (full moon) en acier ressort actuellement commercialisés par Smith & Wesson, qui sont peu onéreux, ou à ne pas employer de clip, l’extraction devant alors être effectuée en saisissant le culot de chaque cartouche.

Deuxième partie : Les tests statiques

Cet ancien revolver réglementaire de l’armée américaine comporte de très nombreux marquages qui permettent de l’identifier aisément, à commencer par ceux qui sont frappés au talon de sa poignée.

Cet ancien revolver réglementaire de l’armée américaine comporte de très nombreux marquages qui permettent de l’identifier aisément, à commencer par ceux qui sont frappés au talon de sa poignée.

 

Le banc d'essai du revolver S&W modèle 1917 a été publié sur 6 pages dans le magazine Action n° 361 (janvier-février 2015).

Le banc d’essai du revolver S&W modèle 1917 a été publié sur 6 pages
dans le magazine Action n° 361 (janvier-février 2015).

Pistolet Sig-Sauer 1911 « Scorpion » / calibre .45 ACP

La firme helvétique avait surpris tout le monde en lançant en 2003, par l’intermédiaire de sa filiale américaine SIGARMS, une copie du Colt 1911 dénommée « GSR ».

Le Sig-Sauer 1911 Scorpion, accompagné par un ensemble en cuir composé d’un holster « Multi Purpose », offrant le choix de six positions de tir et la possibilité de régler la pression assurant la rétention de l’arme et d’un porte-chargeur, ces deux éléments bénéficiant de la même finition « Crossing » (La Sellerie du Thymerais).

Le Sig-Sauer 1911 Scorpion est accompagné ici par un ensemble en cuir composé d’un holster « Multi Purpose », offrant le choix de six positions de tir et la possibilité de régler la pression assurant la rétention de l’arme, ainsi que d’un porte-chargeur, ces deux éléments bénéficiant de la même finition « Crossing » (La Sellerie du Thymerais).

L’actuel modèle 1911, qui est décliné dans une quarantaine de versions au rang desquelles figure le « Scorpion » faisant l’objet du présent banc d’essai, n’est autre que le GSR revu et corrigé. Les modifications qui lui ont été apportées sont mineures, mais elles sont nombreuses. De judicieuses retouches esthétiques permettent à cette arme de se rapprocher de son illustre modèle créé pour la firme Colt par John Moses Browning, sans pour autant se départir des particularités mécaniques qui lui sont propres.

Première partie : tests sur appui

 

Ce pistolet très bien équipé, réalisé en acier inoxydable, recouvert d’un revêtement high-tech à base de céramique et doté de plaquettes de crosse en G10 formant au bas de la poignée une extension élargie du puits de chargeur, procure en cible une précision de tout premier ordre.

Ce pistolet très bien équipé, réalisé en acier inoxydable, recouvert d’un revêtement high-tech à base de céramique et doté de plaquettes de crosse en G10 formant au bas de la poignée une extension élargie du puits de chargeur, procure en cible une précision de tout premier ordre.

Deuxième partie : tests dynamiques

 

Le Sig-Sauer 1911 Scorpion est accompagné ici par ses deux chargeurs de 8 coups, un holster Sig-Sauer en polymère, avec système automatique de rétention et porte-chargeur intégré, et un outil universel d’aide au remplissage des chargeurs « UpLULA » de la firme israélienne Maglula Ltd.

Le Sig-Sauer 1911 Scorpion est accompagné ici par ses deux chargeurs de 8 coups, un holster Sig-Sauer en polymère, avec système automatique de rétention et porte-chargeur intégré, et un outil universel d’aide au remplissage des chargeurs « UpLULA » de la firme israélienne Maglula Ltd.

Troisième partie : holsters – outil d’aide au remplissage du chargeur

 

Le banc d’essai du pistolet Sig-Sauer 1911 Scorpion a été publié sur 6 pages dans le magazine Action n°356 (mars-avril 2014)

Le banc d’essai du pistolet Sig-Sauer 1911 Scorpion a été publié sur 6 pages
dans le magazine Action n°356 (mars-avril 2014)